Accueil / Appels d'offres / Recherche sur les petits producteurs dans le secteur de la tomate dans a région de Souss Massa

Recherche sur les petits producteurs dans le secteur de la tomate dans a région de Souss Massa

Contexte global du projet

Oxfam est un mouvement citoyen mondial qui vise à mettre fin à l’injustice de la pauvreté.

Cela signifie que nous luttons contre les inégalités qui perpétuent la pauvreté. Ensemble, nous sauvons, protégeons et reconstruisons des vies. En cas de catastrophe, nous aidons les populations à améliorer leur vie et celle des autres. Nous intervenons dans des domaines comme les droits fonciers, le changement climatique et la discrimination à l’égard des femmes. Nous poursuivrons notre action jusqu’à ce que chaque être humain puisse vivre à l’abri de la pauvreté.

Nous sommes une confédération internationale de 19 organisations (les affiliés) qui, en collaboration avec des partenaires et les communautés locales, mènent un travail humanitaire, de développement et de campagne dans plus de 90 pays.

Toutes nos activités sont guidées par trois valeurs fondamentales: l’autonomisation, la redevabilité et l’inclusivité. Pour en savoir plus sur nos valeurs, cliquez ici.

 

Oxfam est présent au Maroc depuis plus de 20 ans dans le cadre de programmes de développement en lien avec la justice de genre, la citoyenneté active ainsi que la justice économique.

Depuis 2009, Oxfam et ses partenaires ont mis en œuvre un programme pour l’amélioration des conditions de travail dans le secteur des fruits rouges. Afin de construire sur les importantes avancées du programme et dans le cadre des efforts visant la promotion du secteur agricole comme levier de développement, le programme s’est élargi à d’autres secteurs à haut taux d’exportation (le secteur des tomates et des agrumes).

L’action implique les différentes parties prenantes (les femmes travailleuses, la société civile, le secteur privé et les institutions publiques). Notre analyse de la situation nous conduit à croire que l’amélioration de la situation des travailleuses et travailleurs agricoles de la région de Souss Massa, et des femmes travailleuses du secteur des tomates en particulier, ne peut se concrétiser que par le renforcement de l’autonomie et du leadership des femmes travailleuses et de la société civile en général afin qu’ils se positionnent comme interlocuteurs et interlocutrices crédibles pour défendre leurs droits et influencer les décisions auprès des différents acteurs du secteur.

Contexte de la recherche

Les études menées sur les conditions de travail des femmes dans le secteur agricole, de la région de Souss Massaont démontré les violations de droits suivantes:

  • Non-respect des droits socio-économiques et en particulier du code du travail ;
  • Discrimination et violence dans les espaces de travail ;
  • Difficulté structurelles à se mettre en conformité pour les producteurs;
  • Mauvaises conditions matérielles (transport) et environnementales de travail (santé au travail).

Ces conditions rendent la situation de ces femmes encore plus vulnérables sur le plan économique, social et environnemental. Les travailleuses subissent d’évidentes violations de leurs droits et ne disposent pas des moyens de se défendre, principalement à cause d’autres discriminations subies : rôle « traditionnel » de la femme dans la société, déséquilibre du pouvoir, faible accès à la scolarisation, autonomie et liberté de mouvement limitées, pas de connaissance de leurs droits, etc.

Les possibilités d’amélioration des conditions socio-économiques et environnementales des travailleuses agricoles sont liées en partie à l’action des pouvoirs publics pour promouvoir un développement économique et social équitable de la région et pour garantir la préservation de l’environnement, mais aussi à l’appui de la société civile et au rôle des producteurs ayant de bonnes pratiques dans le secteur.

La situation du marché, le partage des superficies entre les producteurs et les exportateurs est peu documentée. La situation socio-économique des petits producteurs (moins de 5 hectares), leur importance dans le volume de légumes exportés, ainsi que leur façon de fonctionner, et les problématiques que rencontrent les producteurs et les travailleuses dans ces exploitations demeurent relativement méconnues.

La recherche sollicitée dans ces termes de référence permettra à Oxfam, ses partenaires, ainsi qu’à la société civile et aux différents acteurs potentiels liés aux domaines de cette recherche d’identifier la façon de fonctionner des petits producteurs et leur poids réel dans le secteur, les difficultés qu’ils rencontrent, leurs liens avec les moyens et les gros producteurs, les contraintes qu’ils rencontrent à la mise en conformité avec le code du travail, mais aussi des pistes d’action pour encourager les petits producteurs à adopter des bonnes pratiques de travail avec les femmes travailleuses et les soutenir face aux défis auxquels ils font face.

 

Résumé de la recherche

La recherche portera sur quatre questions de recherche qui permettront de faire une cartographie des petits producteurs de la région du Souss Massa, ainsi que de donner des pistes de compréhension sur leur façon de fonctionner, leur importance dans le secteur, les liens qu’ils entretiennent avec les plus grosses entreprises et aussi les conditions de production pour les producteurs tout comme pour les travailleurs-ses. Ainsi la recherche porte sur les quatre questions suivantes :

1) Quelle est la place, le rôle et l’importance des petits producteurs dans les chaines d’approvisionnement liées à l’exportation ? Quelle est leur place dans le marché national ?

  • Typologie générale, profil socio-économique et tendance sur les 3-5 dernières années : nombre actuel de producteurs, augmentation ou réduction de la superficie, sous-traitance des gros producteurs/agrégations ?
  • Quelles sont les perspectives de durabilité ou stabilité de la production sur les prochaines années ?

2) Quelles sont leurs opportunités en termes de financement et moyens mis à disposition par l’Etat pour ces petits et moyens producteurs ?

  • Y a-t-il actuellement des formes de regroupement de petits producteurs (coopératives ou agrégation) ? Quelles sont les contraintes ou difficultés face à la création de ces regroupements ? Quelle est leur vision du secteur et quelles stratégies emploient-ils?
  • D’après les acteurs locaux, quels sont les avantages et inconvénients des politiques actuelles de promotion de regroupement des petits producteurs agricoles (Plan Maroc Vert, coopératives, etc.) ?

3) Quel sont leurs capacités de négociations et l’accessibilité à un marché offrant des possibilités diversifiées ?

  • Quel type de relation les petits producteurs entretiennent avec les plus gros producteurs ou les stations de conditionnement ou usines de transformation (obligation contractuelle, échange de plantes contre échange de production, accompagnement technique…) ?
  • Quelle est leur capacité de négociation avec les plus grosses entreprises ?
  • Quels sont leurs modes de fonctionnement ? Quelles sont leurs contraintes de travail et quelles opportunités dans les marchés national et international? Quelles sont leurs opportunités pour améliorer leur position dans la chaîne de valeur ?

4) Quelle est la nature de la main d’oeuvre ?

  • Type de recrutement : Familial, recrutement externe via intermédiaire, voisinage ?
  • Quelle est leur capacité à se conformer à la législation nationale ?

La recherche devrait être en mesure de couvrir toute la zone de production des tomates primeurs (Souss-Massa et des Doukkala-Abda) avec l’utilisation d’un échantillon représentatif.

 

Méthodologie de la recherche

En tenant compte des procédures à mettre en place dans le cadre du projet et du chronogramme d’activité actuel, le travail de recherche devrait démarrer au 01 septembre et se clôturer au 30 septembre 2019.

Cette période de mise en œuvre de la recherche devra inclure les différentes phases : étude bibliographique, conception d’outils, étude sur le terrain, élaboration d’un draft de rapport à soumettre à Oxfam pour commentaires et élaboration d’une version finale du rapport à présenter au cours d’un atelier de restitution.

Les résultats de la recherche seront compilés dans un rapport en français qui fera l’objet d’une présentation à l’équipe d’Oxfam et ses partenaires.

 

Livrables :

  • Avant la mission : La méthodologie de la recherche décrivant le processus de mise en œuvre, les méthodes et les instruments de collecte et d’analyse des données et un plan de travail/chronogramme détaillé des activités à réaliser.
  • Durant la mission : Un rapport de recherche préliminaire.
  • Au terme de la mission: Rapport final en français de la recherche sur les petits producteurs et un guide de bonnes pratiques du secteur.

 

Profils requis des consultant(e)s :

Les personnes offrant leurs services pour cette recherche devraient:

  • Avoir une connaissance des spécificités du monde rural, du secteur agricole et de l’agroindustrie en lien avec l’exportation ;
  • Avoir connaissance de la région du Souss Massa et les environs d’Agadir ;
  • Avoir une expérience prouvée sur les études dans le secteur agricole et les thématiques liées au travail en milieu agricole ;
  • Avoir une bonne connaissance des législations en lien avec le code du travail et le Plan

Maroc Vert ;

  • Avoir une bonne connaissance des acteurs institutionnels du milieu de l’agriculture ;
  • Etre sensible à l’approche genre ;
  • Etre en mesure d’utiliser des outils de recherche participatifs.

Soumission des propositions de prestation

Le dossier de proposition de prestation doit inclure les documents suivants :

  • Curriculum Vitae des consultant(e)s ;
  • Proposition méthodologique pour la mise en œuvre de la recherche ;
  • Chronogramme détaillé tenant en compte les dates spécifiées dans ces Termes de référence ;
  • Offre financière pour la réalisation de la recherche, incluant toutes les charges.

Les propositions de prestation doivent être envoyées au plus tard le 23 aout 2019 aux adresses suivantes : asmaa.fakhoury@oxfam.org et tarik.mrini@oxfam.org