Accueil / Actualités / Le comité du pilotage du Partenariat pour le gouvernement ouvert demandent au gouvernement d’assumer sa responsabilité

Le comité du pilotage du Partenariat pour le gouvernement ouvert demandent au gouvernement d’assumer sa responsabilité

Les neuf associations membres du comité du pilotage du Partenariat pour le gouvernement ouvert demandent au gouvernement d’assumer sa responsabilité dans  le déraillement du processus de Partenariat avec la société civile marocaine, et  l’invitent  à revoir son refus de prendre en charge leur participation au Sommet d’Ottawa sur le gouvernement ouvert.

 

Le 17 juillet 2018, le Maroc a rejoint officiellement le Partenariat du gouvernement ouvert (PAGOV) durant son Sommet à Tbilissi en Géorgie.  Les organisations de la société civile intéressées ont encouragé cette initiative estimant que cet engagement mettrait toutes les parties prenantes sur la voie de la coopération en vue de réaliser des objectifs concrets comme le  renforcement de la transparence budgétaire, la lutte contre la corruption, le droit d’accès à l’information, la publication des informations relatives aux élus et hauts fonctionnaires publics et la participation citoyenne. Le PAGOV comme l’exigent les conditions de l’adhésion du Maroc, doit reposer  sur un partenariat complet et efficace entre les composantes de la société civile et les institutions de l’État afin d’atteindre des résultats concrets dans les engagements adoptées par chaque pays membre. A cet effet, neuf (9) représentants d’organisations de la société civile ont été sélectionnés après un appel à candidature pour intégrer un comité de pilotage comprennent aussi neuf (9) membres représentants divers ministères et institutions de la gouvernance.

Cependant après quelques mois, le processus a démontré que les autorités gouvernementales n’avaient pas compris le sens du partenariat pour un gouvernement ouvert, et ont traité  les représentants de la société civile comme des objets de façade. Cela a été fait en neutralisant le travail du comité de pilotage, en évitant de définir  les responsabilités de chaque partie, et en suite en invitant des ministères impliqués à présenter des évaluation de la mise en œuvre de leurs  engagements dans le premier plan d’action du Maroc, sans l’implication des associations dans le suivi et l’évaluation de ces engagements.  La marginalisation des associations membres du comité du Pilotage a atteint son comble lors de la conférence internationale organisée par le Ministère délégué pour la réforme de l’administration et la fonction publique,  sur le gouvernement ouvert et l’accès à l’information qui s’est tenue du  13 mars 2019 à Salé. Malgré l’accord initial avec les membres du Comité du Pilotage d’engager activement  les associations marocaines dans l’organisation et l’animation des sessions de cette conférence, le résultat a été leur marginalisation.

La dernière grave décision en date est le refus du gouvernement de ne pas inclure  toutes les neuf (9) associations membre du Comité du Pilotage au sein de la délégation marocaine pour le Sommet du Partenariat pour le gouvernement ouvert qui se tiendra à Ottawa (Canada) entre le 29 et 31 mai 2019. Le gouvernement a proposé de prendre en charge seulement deux associations. Cette solution a été rejetée par toutes les associations, considérant qu’en tant que membres de la délégation officielle, elles ont droit à une prise en charge comme les membres représentants les ministères et autres institutions publiques de la gouvernance.  Les associations croient fortement que leur participation est une obligation qu’incombe au gouvernement d’assurer car c’est un investissement dans l’avenir du PAGOV au Maroc. Le Sommet est une occasion pour l’ensemble des membres du Comité de pilotage de s’informer  des expériences des autres pays, des dernières innovations dans le Partenariat international et de nouer des relations de travail avec les autres parties prenantes d’autres pays. Le pire est que le Sommet d’Ottawa consacrera toute une journée de débat sur les rôles de la société civile dans le PAGOV, débat que le gouvernement marocain a privé la société marocaine d’y participer.

Nous associations marocaines membres du Comité de Pilotage nous demandons au  gouvernement à prendre son entière responsabilité dans  le déraillement du processus de Partenariat avec la société civile marocaine dans la PAGOV et nous l’invitons à revoir sa décision de notre participation au Sommet d’Ottawa et permettre à la société civile d’occuper sa place de plein partenaire selon les règles contraignantes définies par le Partenariat internationale du gouvernement ouvert.

Les ONG membres du Comité de pilotage du gouvernement ouvert

  1. Saïd Essoulami – Réseau marocain pour le droit d’accès à l’information
  2. Ahmed Dahmani – Mouvement alternatives citoyennes
  3. Nadia Hmaity – Association démocratique des femmes du Maroc
  4. Abdellatif Chentouf – Club des magistrats du Maroc
  5. Mohamed El Aouni – Organisation pour les libertés de l’information et de l’expression
  6. Ahmed Bernoussi – Transparency Maroc
  7. Youssef Lamdasni -Réseau Marocain pour la Défense des Biens Publics.
  8. Saïd Chakri – Alliance marocaine pour le climat et développement durable
  9. Driss El Ouali – Centre marocain pour le droit d’accès à l’information