Home / Appels d'offres / Développement d’un modèle et d’une approche de prévention et de prise en charge des femmes usagères de drogues

Développement d’un modèle et d’une approche de prévention et de prise en charge des femmes usagères de drogues

  1. CADRE GENERAL

Le Maroc est l’un des pays africains à adopter une politique de réduction des risques avec un paquet minimum de services pour la prévention de la transmission du VIH chez les injecteurs de drogues comme défini par les Nations Unies. Il figure parmi les 97 pays qui soutiennent la réduction des risques et offre un paquet de service qui combine les programmes d’échange de seringues (PES) et le traitement gratuit de substitution à la méthadone (TSO).

Néanmoins, au Maroc, comme dans la plupart des pays, les politiques de prise en charge des addictions restent influencées par les aspirations et les points de vue masculins. Les approches et les interventions sont encore souvent empreintes d’une vision stéréotypée de la «nature des femmes ».

Malgré les progrès réalisés par le Maroc et son implication dans la réponse à la problématique de l’usage de drogues, les connaissances disponibles dans la stratégie nationale, et sur la façon d’intervenir auprès des personnes UD, proviennent du vécu des hommes et elles sont ensuite appliquées aux femmes et les approches prenant en compte le genre dans la prévention et la réduction des risques liés aux usages de substances psychoactives se révèlent beaucoup plus limitées.

La population des femmes usagères de drogues (UD) ou ayant un rapport problématique aux drogues est mal connue. Quand les femmes sont étudiées, c’est essentiellement à travers leur identité de mère et des risques liés à la prise de toxiques pour le fœtus durant la grossesse.

Au Maroc, Bien que la stratégie nationale à priorisé les femmes UD dans les critères d’inclusion à la méthadone, les structures de prise en charge en général reste inadaptée aux femmes avec des enfants. En conséquence, on constate une faible proportion de femmes dans les files actives dans les centres de prise en charge des addictions qui ne dépasse pas les 10%.

Il apparaît en effet que les contextes de consommations ou de comportements addictifs des femmes sont différenciés de ceux des hommes, tant dans leur origine, plus souvent traumatique, que dans leur expression.

Les facteurs de risque et de vulnérabilité chez les femmes usagères de drogues nécessitent de revoir le paquet de services offerts pour leur assurer une prise en charge adaptée et basée sur une approche intégrée.

  1. OBJECTIF ET TACHES DU (DE LA) CONSULTANT(E)

2.1 Objectif

Définir les modalités de prise en charge proposées à des femmes toxicodépendantes au regard de besoins et de questions propres à leur genre.

2.2  Tâches du (de la) consultant(e)

Le (la) consultant(e) devra conduire les activités suivantes en étroite concertation avec le comité de suivi de la consultation.

  1. Faire un état des lieux de la situation de prise en charge des femmes usagères de drogue dans les villes de Tanger, Tétouan et Nador. Cette tâche sera réalisée au moyen d’un revue documentaire, une visite de terrain et des entretiens / focus groups avec les femmes usagères et les intervenants.
  2. Elaborer une proposition de modèle et une approche pour la prévention et la prise en charge des femmes usagères de drogue (UD) adapté au contexte national pour compléter les interventions RdR. Comprenant.
  • Les approches pour assurer l’accès des femmes UD aux services.
  • Le paquet de services spécifique aux femmes UD y compris SSR.
  • L’identification des intervenant(e)s ayant un rôle à jouer dans la prévention et la prise en charge des femmes UD.

III. Organiser et faciliter un atelier de validation du modèle et des approches de prise en charge des femmes toxicomanes.

  1. Elaborer et soumettre un rapport final de la consultation incluant les étapes du processus, le modèle élaboré et un plan de mise en œuvre.
  2. Préparer et conduire une formation de deux jours sur les modèles et les approche de prise en charge des femmes UD.
  3. LIVRABLES

 Livrable 1 : Version finalisée du Modèle de prise en charge des femmes usagères de drogues

Livrable 2 : Rapport de la session de formation

  1. ORGANISATION DE LA CONSULTATION 

Le consultant sera recruté(e) pour une durée de 20 homme/jours sur la période d’octobre à Décembre 2019, répartis à titre indicatif comme suit :

  1. Tâches I et II : 8 jours
  2. Tâches III et IV: 7 jours
  3. Tâche V : 5 jours

Ces journées de travail incluent 7 jours de déplacement.

La date prévue de démarrage est le 7 octobre 2019.

  1. COMPETENCES ET QUALIFICATIONS REQUISES :

Le/la consultant (e) international (e) devra répondre aux qualifications suivantes :

  • Avoir des compétences scientifiques et une expérience technique reconnue dans le domaine de la prise en charge des personnes usagères de drogues et des programmes de réduction des risques ;
  • Maitrise l’approche et les mécanismes d’analyse basée sur le genre
  • Avoir une connaissance du contexte national relatif aux dispositifs de soins et de prise en charge des dépendances aux opiacés et de réduction des risques liés à l’usage de drogues, est souhaitable ;
  • Etre francophone.

Dépôt du dossier de soumission :

  • Date limite de réception des dossiers de candidature est le samedi 21 septembre à 12h30mn horloge marocaine.

Le dossier de candidature devra comprendre :

  • Le CV détaillé
  • Une Lettre de motivation
  • Une note méthodologique détaillée relative à la conduite de cette activité, avec proposition de planning des différentes étapes de la consultation.
  • Une proposition financière.