Accueil / Développement durable / Environnement / Développement Humain et Citoyenneté

Développement Humain et Citoyenneté

– Introduction

– Nous sommes tous des consommateurs

– Mouvement consumériste

Introduction

 

Le marocain est par essence individualiste. Il se méfie de toute forme d’association qu’elle soit commerciale ou à but non lucratif.

Cet individualisme, se révèle surtout lorsqu’il s’agit d’affaires touchant à une entité ou une personne hors de son cercle familial ou relationnel. L’enseignement ne fait aucun effort pour intéresser les élèves à la citoyenneté.

Les coopératives scolaires, les kermesses ont été jetées aux oubliettes depuis longue date.

En France, il existe plus d’un million d’associations en exercice, et il s’en crée soixante dix mille par an, soit 196 par jour.

Nous ne pouvons parler de développement humain pérenne que lorsqu’à l’école déjà, les élèves connaissent la valeur, le pourquoi et le comment de l’association à but non lucrative, et qu’au lycée, ils participent à la vie d’au moins une association.

Les associations marocaines devant l’urgence, s’attachent à agir pour éradiquer la pauvreté, pour promouvoir la santé et le développement humain.

A la base de ces associations, il devrait y avoir des associations de défense du consommateur, actives dans tout le sens du terme. Ceci car celles qui existes actuellement ne sont là que pour assister aux réunion et défendre les positions de leurs adhérents. Aucun esprit critique ne les anime face à l’agressivité publicitaire ou aux abus administratifs.

Nous sommes tous des consommateurs

La notion de consommateur est une des composantes de l’être humain. Elle devrait être même enseignée à l’école car les sujets traités font partie intégrante de toutes les matières au programme et à tous les niveaux. Les enseignants devraient faire allusion à chaque fois qu’une application se présente au statut de l’élève et de l’homme en tant que consommateur.

Les acteurs sociaux, pourraient au cours de leurs actions sensibiliser le citoyen de base à l’usage de l’administration et de ses services et à « la consommation utile ».

La notion de la « consommation utile et réfléchie » ou « consommation » diffusée par tous les intervenants de la société civile au Maroc aiderait beaucoup les marocains à acquérir les libertés de choix et de comportement. Elle les habituerait à poser des questions et à exiger une réponse convaincante. Elle le pousserait surtout à l’action efficace et utile.

J.F. Kennedy fut le premier chef d’État à aborder le sujet du consumérisme :  » Nous sommes tous, par définition des consommateurs ; nous constituons le groupe économique le plus important. Pourtant, nous sommes le seul groupe qui ne soit pas efficacement organisé et dont le point de vue est toujours ignoré »…

Depuis la révolution industrielle, les producteurs se sont toujours regroupés en associations pour défendre leurs intérêts et imposer leurs exigences. Les puissants syndicats firent plier les gouvernements de tous les pays plus d’une fois.

L’homme, en tant qu’individu est libre d’adhérer à un parti ou à un syndicat ou à une association. Citoyen, il jouit de droits établis et reconnus par la loi. Pourquoi, en sa qualité première de consommateur il reste isolé face aux producteurs et distributeurs qui usent de tous les moyens pour tirer le maximum de profits de leur activité ?

Dès notre naissance, nous sommes des consommateurs. Enfants, aiguillonnés par la publicité omniprésente dans notre environnement, nous consommons sans retenue. Adultes, nous nous investissons dans notre besoin de nous affirmer comme des producteurs, nous adhérons à des syndicats, à des partis et nous ignorons le côté vital et essentiel pour notre santé, celui du consommateur en pratiquant le suivisme aveugle des modes et des habitudes irréfléchies.

Mouvement consumériste

La première manifestation de force du mouvement consumériste est due outre atlantique à un avocat, Ralph Nader qui triompha en 1970 de « Général Motors » en dénonçant l’insécurité de ses véhicules. Ceux-ci furent rappelés en usine pour modification et parfois mêmes, furent échangés par des véhicules neufs aux acheteurs. Ralf Nader devint ainsi le symbole du consumérisme dans le monde, créant une dynamique du consommateur, sans cesse reproduite dans les pays les plus avancés. Ainsi en France, en plus de l’Institut National de la consommation, il existe une multitude d’associations de défense du consommateur qui veillent à dénoncer les différents manquements aux pratiques saines de l’hygiène, de la production et de la distribution. ( tromperie sur la qualité, le poids, la sécurité, le service, la concurrence déloyale etc).

Ils disposent pour cela de moyens d’information largement diffusés. Parmi eux, la Revue éditée par l’Institut National de la consommation ( l’INC ) et Que Choisir éditée par l’Union Fédérale des Consommateurs ( l’UFC). Ces périodiques proposent chaque mois des tests comparatifs entre plusieurs produits de différentes marques et conseillent l’acheteur sur le meilleur rapport qualité-prix. En outre, ils dénoncent les manquements à l’éthique commerciale et aux pratiques abusives de l’administration.

Pourtant il est clair que :  » Le bonheur de la majorité doit primer sur celui de l’individu. Étant démocrates, nous courrons le risque de nous voir imposer les décisions de l’autre et devons les assumer. Militons donc pour être des acteurs de la consommation, pratiquons la « consommation »