Accueil / Actualités / Appel à communication : Les représentations de la femme dans le cinéma amazighe: Expériences et regards croisés

Appel à communication : Les représentations de la femme dans le cinéma amazighe: Expériences et regards croisés

L’Association ISSOURAF pour le 7ème Art – Agadir en partenariat avec le Centre cinématographique marocain, la commune urbaine d’Agadir et le Centre Souss Massa pour le développement culturel,

Organise

Le 4ème Colloque annuel, le 5 octobre 2019

A la Salle des humanités, Faculté des Lettres et des Sciences humaines, Agadir

Les représentations de la femme dans le cinéma amazighe:

Expériences et regards croisés

Pour approcher, la question des représentations de la femme dans le cinéma amazighe, il est très important de rappeler le parcours des « comédiennes » ou des actrices autodidactes qui  ont beaucoup contribués à l’émergence  de ce cinéma depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui. En accumulant des expériences, elles adoptent leurs propres méthodes dans la matière de jeu et de l’interprétation, la diversification des rôles et des personnages. En outre, leur parcours mutuel qui va de l’art de spectacle, à l’instar du théâtre, au  histoires  audiovisuelles filmées leurs a permis aussi d’acquérir de multiples compétences pour inspirer et influencer à la fois le récit filmique et le public « local » qui ne cesse, souvent, d’associer les noms des personnages célèbres aux acteurs/ actrices qui l’incarnent.

Ces actrices sont également « obsédées » par des questions de l’espace, du temps, de l’Homme et de la langue amazighes qui arbore leur mode de vie et véhicule leur culture. Elles essayent d’interpréter et de montrer cela dans les films et les pièces théâtrales  qui leur avaient été confiée par un metteur en scène ou un réalisateur. D’autre part,  la présence de la femme ou des personnages féminins dans le récit filmique amazighe fait généralement l’objet d’analyse, de lecture et d’interprétation grâce non seulement aux multiples figures proposés par les cinéastes, mais aussi à l’intérêt et l’importance des thèmes liés à cette présence.  On y trouve par exemple : la vie  de la famille, la cruauté, le travail domestique, la possession, la propriété des biens, la sorcellerie, les pratiques légendaires, l’amour et la religion dans des films comme : «  Lala Taoualate »   (2017), (Madame Taoualate), de Masoud Bougaren,etc.

Bien que peu de femmes se soient lancées dans la réalisation des films amazighs, elles  n’ont pas eu un impact évident sur la filmographie marocaine en générale, à l’exception de Fatima BOUBKDI qui a réussi une écriture filmique qui associe plusieurs formes culturelles et linguistiques notamment dans ses séries et ses films télévisuels qui ont marqués la production dramatique de la télé marocaine.

Le colloque, organisé par L’Association ISSOURAF pour le 7ème Art à Agadir, est une occasion – pour soulever des idées, des concepts et des questions  autour de l’image de la femme dans le cinéma amazighe   : ses figures, ses connotations culturelles, symboliques, sociales et également la manière dont les femmes sont reçues par le public.

Nos intervenants aborderont des questions et des sujets tels que :

 

  1. Est-il possible de parler du concept d’actrice et d’actrice vedette dans le cinéma amazighe?
  2. Les figures de la femme dans le cinéma amazighe entre le thème et l’écriture filmique.
  3. Peux-t-on parler d’un discours «  féministe » à part entière dans le cinéma amazighe ? si oui, Comment se manifeste-il ?
  4. Peux-t-on parler d’un discours d’infériorité par l’homme vis-à-vis des femmes dans le cinéma amazighe ou le contraire ?
  5. Quelles sont les caractéristiques de l’écriture filmique chez les femmes- cinéastes amazighes ?
  6. Comment le cinéma marocain discute- il de la cause féminine, telle quel est conçue actuellement dans l’espace public au Maroc, dans le discours politique, médiatique, socioculturel, éducatif, religieux, etc. ?
  7. Quelle réception pour les personnages féminins dans le cinéma amazighe ?

 

Témoignages :

Fatima Bouchan, actrice, réalisatrice, producteur.

Sadia Abakil, actrice.

Zahia Zahiri, actrice.

Karima Moukharij, réalisateur, producteur, actrice.

Fatima bikourkar, actrice

Amina Achaoui, actrice

Tounarouz, actrice.

Fatima ikhra, actrice.

Khadija Sakarine, actrice.

 

Comité scientifique :

Daniela Merolla, INALCO, Paris, France.

Brahim Hasnaouy, Institut Royal de la culture amazighe, Rabat.

Abdelatif Fdil, Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel et de cinéma, Rabat.

Elhoussain Idbahcine, Université Ibn Zohr, Agadir.

Omar  Lachgar , Université Ibn Zohr, Agadir.

Sana Zahimi, Doctorante, Université Ibn Zohr, Agadir,   Présidente de fédération des ligues des droits de femmes (région Marrakech, Safi).

Comité d’organisation :

Abdelah Elmanani (Licence professionnelle, Ecriture et analyse cinématographique et  audiovisuelles),  Université Ibn Zohr, Agadir, Scénariste.

Leila Ben jddi, Etudiante en sociologie, Université Ibn Zohr, Agadir.

Ahmed Boufgous, Association Issouraf pour le 7ème Art, Agadir.

 

 

La participation au colloque   est à envoyer, par courriel, avant le 27  septembre 2019, à l’adresse suivante : abounyas@gmail.com

Les textes soumis feront l’objet d’évaluation par le comité de lecture en vue d’une publication.