Accueil / Non classé / Une étude de McKinsey : les 12 technologies qui vont révolutionner le monde

Internet mobile, cloud informatique, stockage d’énergie, impression 3D… Les nouveautés qui vont changer notre vie dans les 25 prochaines années.

 Dans une étude rendue publique vendredi 24 mai et intitulée «Technologies de rupture : des progrès qui vont transformer la vie, les affaires et l’économie mondiale», le McKinsey global institute identifie 12 technologies de rupture –disruptive technologies- qui vont profondément affecter l’économie en général au cours des 25 prochaines années.

Une étude de McKinsey : les 12 technologies qui vont révolutionner le monde

 

Internet mobile, cloud informatique, stockage d’énergie, impression 3D… Les nouveautés qui vont changer notre vie dans les 25 prochaines années.

 Dans une étude rendue publique vendredi 24 mai et intitulée «Technologies de rupture : des progrès qui vont transformer la vie, les affaires et l’économie mondiale», le McKinsey global institute identifie 12 technologies de rupture –disruptive technologies- qui vont profondément affecter l’économie en général au cours des 25 prochaines années.

Les consultants de McKinsey expliquent qu’après un premier choix et une évaluation d’impact d’une centaine de nouvelles technologies ou de technologies améliorées puisées dans les journaux scientifiques, la presse et dans les débats politiques et économiques, 12 technologies de rupture ont finalement été choisies. Il s’agit de : l’internet mobile, le travail de la connaissance automatisée, l’internet des objets, le cloud informatique, la robotique avancée, le véhicule autonome, la génomique avancée, le stockage d’énergie, l’impression 3D, les nanomatériaux avancés, l’extraction avancée du gaz et du pétrole et les énergies renouvelables.

Ces 12 technologies ont été choisies sur la base de 4 critères principaux : changement technologique rapide et profond, impact global (nombre de personnes et d’organisations affectées), impact sur la valeur économique et potentiel substantiel d’impact économique «disruptif», de rupture. Des calculs d’impact en termes de valeur économique avec un impact minimum et un impact maximum ont également été conduits.

Ils montrent par exemple que la fourchette d’impact minimum et maximum de l’internet mobile est de 3,7-10,8 milliers de milliards de dollars par an avec l’année 2025 comme point médian. La fourchette est de 5,2-6,7 milliers de milliards de dollars pour le travail de connaissance automatisée. Pour l’extraction avancée de pétrole et de gaz, l’impact est de 0,1-0,5 millier de milliard de dollars par an notamment en raison de la multiplication par 3 de la productivité d’extraction verticale aux Etats-Unis au cours de ces 5 dernières années.

Concrètement, en matière d’internet mobile, il s’agit par exemple de la création de nouveaux services en matière de santé, d’administration ou d’éducation avec des objets telles que des montres qui indiquent les horaires des transports en commun ou des lunettes à réalité virtuelle contenant un mode d’emploi pour des ouvriers de chaîne de montage ou un système GPS intégré. McKinsey estime que 5,3 milliards de personnes sont concernées par une introduction plus massive de cette technologie.

Dans le secteur du travail de la connaissance automatisée, le développement des assistants numériques à reconnaissance vocale ou le développement scanners capables d’analyser et de synthétiser plus de 500.000 documents en 2 jours.

En matière d’internet des objets, la communication entre objets modifie profondément les règles de la production et de la logistique. Dans le stockage d’énergie, l’enjeu concerne les batteries, le transport électrique et le stockage des énergies renouvelables. L’impression 3D va concerner de plus en plus la fabrication de pièces et d’objets sur commande et la diminution des besoins en stockage. En matière d’extraction de gaz et de pétrole, les techniques américaines récentes d’extraction verticale rendent de plus en plus de gisements rentables ou plus rentables.

Pour chacune des 12 technologies, les consultants de McKinsey ont déterminé la vitesse, l’ampleur et les valeurs économiques en jeu. Ainsi pour l’Internet mobile, ils rappellent que l’ordinateur le plus puissant en 1975 valait 5 millions de dollars contre 400 dollars pour un smartphone de la gamme iPhone 4 aujourd’hui et que les ventes de smartphones et de tablettes ont été multipliées par 6 depuis la sortie du premier iPhone en 2007. En matière d’Internet des objets, une augmentation de 300% des connections entre machines a été constatée depuis 5 ans.  En matière de technologie cloud, 18 mois sont désormais nécessaires pour doubler la performance d’un serveur pour un dollar dépensé tandis que coût d’acquisition d’un espace cloud a été ramené à la valeur de 3 mois de location. En matière d’impression 3D, les revenus du secteur ont été multipliés par 4 en 10 ans tandis que les coûts continuent de baisser.

Enfin en matière de transport et de logistique, les consultants de McKinsey mettent en avant le fait qu’il est aujourd’hui possible de construire des voitures, des autobus, des bateaux et des avions sans pilotes ou sans conducteurs. Grâce à l’intelligence artificielle et aux senseurs, les bénéfices en termes de productivité, de sécurité et de réduction de la pollution sont réels.

En conclusion,  McKinsey estime que l’impact économique de ces 12 technologies sera de 14 à 33 000 milliards de dollars en 2025, rappelant  que les surplus de valeur créée par les technologies Internet profitent aux 2/3 aux consommateurs.

L’intégralité ainsi qu’un résumé de cette étude sont disponibles, en anglais, sur www.mckinsey.com/mgi

Source: Media24