Accueil / Appels d'offres / Termes de références – Mission d’évaluation mi-parcours

Termes de références – Mission d’évaluation mi-parcours

Termes de références – Mission d’évaluation mi-parcours

 

Projet :                                 Tanouir+ dans la région de Marrakech

Partenaire :                         Association Kane Ya Makane

Période à évaluer :         Du 1er Décembre 2012 au 30 octobre 2014

Durée du projet :             3 ans

 

I- Résumé du projet

Le projet « Tanouir+ » est un projet socio-éducatif, d’une durée de 3 années qui est déployé dans des écoles primaires publiques situées en milieu rural.

Ce projet a pour objectif principal de favoriser un développement personnel et éducatif harmonieux des élèves des écoles primaires publiques, situées en milieu rural dans la région de Marrakech en intervenant directement au niveau des enfants, mais également au niveau de leur environnement : le projet bénéficie en effet aux mamans des élèves ciblés, en raison de leur rôle fondamental au sein de la famille ; par ailleurs, le projet vise à impacter l’école dans laquelle ces enfants évoluent et plus particulièrement leurs instituteurs qui ont un rôle central dans l’enseignement dispensé à ces enfants.

Faisant suite à une période de préparation au démarrage des activités, le projet a démarré début mars 2013 son activité principale, à savoir les ateliers artistiques au profit des élèves des 6 écoles d’intervention situées dans la région de Marrakech. A noter que selon les termes de la convention, le projet devrait s’achever en décembre 2015, mais qu’à la demande de l’association, et compte tenu de la volonté de finir le projet à la fin de l’année scolaire, il pourrait être prolongé jusqu’à fin juin 2016. Dans ces conditions, la 1ère année complète du projet est intervenue entre septembre 2013 et juillet 2014, après une première période de quelques mois (entre mars 2013 et juin 2013) de démarrage dans les 6 écoles d’intervention.

II- Description détaillée du projet

Contexte du projet :

Le système éducatif au Maroc comporte de nombreuses lacunes. L’école publique remplit actuellement faiblement son rôle de lieu de transmission de savoirs, d’épanouissement et d’éveil. De part son faible attrait, l’école conduit souvent à un manque d’intérêt pour l’éducation, l’échec scolaire voire l’abandon de la scolarité par une partie significative de ses élèves.

De plus, à ce jour, les programmes scolaires n’offrent aucun espace pour l’éducation artistique, l’expérimentation, et le questionnement des enfants, activités pourtant essentielles à leur construction.

Par ailleurs, les enseignants dans les écoles publiques sont souvent peu motivés, bénéficiant très rarement de formations destinées à enrichir leurs techniques d’animation et à renouveler leurs méthodes. Ils assurent en conséquence un enseignement de très faible qualité, ne répondant pas aux besoins des élèves et se traduisant par un faible niveau scolaire de ces derniers.

Enfin, l’environnement dans lequel évoluent les élèves en milieu rural n’offre pas non plus de possibilité aux enfants de développer des savoirs être et certaines compétences transversales pourtant essentielles à leur construction en tant que futur adulte responsable et citoyen.

Partant de ces constats, Kane Ya Makane a conçu le projet Tanouir +, qu’elle a proposé à la Fondation Drosos pour une implémentation dans 6 écoles primaires publiques situées en milieu rural dans la région de Marrakech.

A noter que ce projet correspond à une version enrichie d’un premier projet « Tanouir » mené à titre expérimental dans la région d’Agadir, depuis janvier 2011. Deux activités ont été rajoutées pour répondre aux besoins exprimés par les parties prenantes lors d’une évaluation à mi parcours du projet Tanouir : des cours de renforcement en langue française pour les élèves bénéficiaires du programme artistique et des activités en faveur des mères des élèves et autres femmes du village (alphabétisation en cas de besoin et ateliers artistiques), pour les impacter, compte tenu de leur rôle fondamental dans l’éducation des enfants.

Objectif général du projet :

Favoriser un développement personnel et éducatif harmonieux des élèves des écoles primaires publiques situées en milieu rural en vue d’améliorer leurs chances de réussite en tant qu’adultes.

Objectif spécifique 1 : Contribuer à l’éveil des enfants (corporel, intellectuel et émotionnel), développer leur créativité et favoriser leur épanouissement dans leur relation aux autres et dans leur rapport à soi.

Résultats 1.1.

  • 80% des enfants sont capables d’exprimer un avis, un désir, leurs sensations… Ils ont aiguisé leur sens de l’observation et d’analyse, et ils sont plus curieux. Les élèves de 5ème et 6ème années de primaire ont développé des capacités de projection dans l’avenir.
  • 80% des enfants sont capables de créer des histoires, d’interpréter des personnages et ils réalisent des productions artistiques qui reflètent leur imaginaire.
  • 90% des enfants se sentent plus épanouis, ils prennent plaisir aux activités, ils participent tous aux activités
  • 600 enfants bénéficient régulièrement d’ateliers artistiques déployés au sein des écoles

Activité 1.1.1. Conception et déploiement d’ateliers artistiques pluridisciplinaires (contes, théâtre, BD, arts plastiques…)

 

Résultat 1.2. Les enfants se sentent valorisés et sont fiers de ce qu’ils ont présenté lors du spectacle de fin d’année.

Activité 1.2.1. La production d’un spectacle annuel par école

 

Résultat 1.3. La créativité des enfants est encouragée et leurs productions sont mises en valeur.

Activité 1.3.1. L’édition de deux recueils avec CD des plus belles productions des enfants (en années 2 et 3 du projet).

 

Objectif spécifique 2 : Développer les capacités d’expression orale des enfants en français.

Résultats 2.1. 300 élèves de 3ème à 6ème année primaire suivent des ateliers hebdomadaires de renforcement en français.

Activité 2.1.1. La conception et le déploiement d’ateliers de renforcement en langue Française.

Objectif spécifique 3 : Redynamiser les pratiques d’enseignement des instituteurs et encourager leur implication dans la vie scolaire.

Résultats 3.1. 18 instituteurs des écoles publiques sont initiés aux techniques d’animation d’ateliers artistiques

Résultat 3.2 : 65% de ces instituteurs appliquent dans le cadre de leur enseignement en classe une partie des techniques apprises

Activité 3.1.1. La formation des instituteurs des écoles publiques.

Résultats 3.2. Les instituteurs ont participé à l’organisation du spectacle et de la fête de fin d’année

Activité 3.2.1. La production d’un spectacle annuel.

Objectif spécifique 4. Renforcer le rôle des mamans dans l’éducation et l’épanouissement de leurs enfants.

Résultats 4.1.

  • 120 mamans (en priorité) et/ou filles et femmes du douar ont suivi des cours d’alphabétisation
  • 100 mamans ont acquis les compétences de base
  • 100 mamans sont davantages conscientes de l’importance de l’éducation pour leurs enfants.
  • 100 mamans sont sensibilisées aux droits de l’homme, au code de la famille, à des règles élémentaires d’hygiène et de santé

Activité 4.1.1. La mise en place des cours d’alphabétisation.

 

Résultats 4.2.

  • 120 mamans et/ou filles et femmes du douar ont assisté à au moins 10 séances d’ateliers artistiques
  • 100 mamans ont pris conscience du bien être que leur procure une activité artistique

Activité 4.2.1. La conception et le déploiement d’ateliers artistiques au profit des mères des élèves participants (dernière année du projet).

 

Résultats 4.3.

  • un groupe entre 10 et 20 femmes a développé ses talents artistiques
  • le groupe a suivi 4 formations de 3 jours sous l’encadrement d’un artiste
  • une exposition des œuvres des femmes est organisée

Activité 4.3.1. L’accompagnement spécifique des femmes les plus talentueuses (formation et préparation des expositions) (dernière année du projet).

Bénéficiaires directs :

Ce projet touche plusieurs bénéficiaires directs:

  • 600 élèves des écoles publiques primaires, âgés de 6 à 13 ans issus des différents niveaux du primaire (de la 1ère à la 6ème année). Le projet bénéficiera en particulier à 6 écoles primaires publiques situées dans des douars défavorisés, enclavés, en milieu rural, dans la région de Marrakech.
  • 18 instituteurs des écoles publiques seront formés à de nouvelles méthodes d’enseignement, basées notamment sur l’art, la créativité et le jeu.
  • 120 mères d’élèves (ou femmes du douar) bénéficieront d’ateliers artistiques dans les disciplines de leur choix
  • auparavant, entre 0 à 120 mères d’élèves seront alphabétisées dans le cadre du projet (à confirmer par les focus groups, selon les besoins)
  • un groupe de 10 à 20 femmes particulièrement talentueuses sera encadré de près en vue de l’organisation d’une exposition de leurs oeuvres
  • 1 chargé de suivi et 6 animateurs (estimation d’1 animateur par école) en charge des ateliers, recrutés localement. Ils bénéficieront de plusieurs sessions de formations qui leur serviront dans le cadre du projet mais également dans leur cursus professionnel futur, leur ouvrant potentiellement de nouvelles perspectives d’insertion professionnelle.

 

Bénéficiaires indirects :

  • Les effets du projet auront inéluctablement un impact transversal sur les familles des jeunes, leurs camarades d’écoles (ne participant pas au projet) ainsi que leur voisinage.
  • La formation des instituteurs des écoles publiques à l’apprentissage de nouvelles méthodes d’enseignement, va permettre de démultiplier les effets de ce projet sur les prochaines années, auprès des futurs élèves de ces instituteurs.
  • Ce sont 6 écoles publiques primaires qui seront également concernées par une redynamisation de la vie scolaire.
  • Enfin, l’implication des mères d’élèves dans les activités artistiques permettra de toucher fortement l’ensemble des familles, compte tenu du rôle central de la femme dans tous les volets de la vie quotidienne.

III- Les caractéristiques de l’évaluation à mi parcours

  1. Objectifs de l’évaluation

Les consultants effectuent une mission d’évaluation mi-parcours. L’évaluation appréciera la façon dont le projet a été mis en place sur la période concernée (janvier 2013 – octobre 2014). L’évaluation appréciera en outre la pertinence du projet en fonction des besoins des groupes cibles. Elle déterminera également quels facteurs et contraintes ont influencé la mise en œuvre du projet et identifiera les éventuels dysfonctionnements. L’évaluation donnera des recommandations pour améliorer la qualité des prestations envers les bénéficiaires et l’efficience dans la gestion du projet. Elle permettra enfin d’améliorer certains outils d’évaluation mis en place par l’association pour mesurer le niveau d’éveil, d’épanouissement et de créativité.

 

  1. Questions spécifique à étudier par l’évaluateur
    • PERTINENCE / Analyse des problèmes et prise en compte des besoins
  • Est-ce que les objectifs dans le cadre logique sont pertinents et adaptés par rapport aux problèmes et aux besoins identifiés ?
  • Est-ce que le cadre logique contient assez d’indicateurs pertinents et vérifiables ? Si jugé nécessaire, le consultant peut suggérer une adaptation des indicateurs existants ou identifier avec l’équipe du projet des nouveaux indicateurs plus pertinents ou complémentaires.
  • Est-ce que les ressources (financières, humaines et administratives) planifiées pour la mise en œuvre du projet sont réalistes pour pouvoir atteindre les objectifs du projet ?
    • EFFICACITE / Réalisation des objectifs
  • Est-ce que les objectifs ont été atteints ? quels sont les résultats du projet ? Est-ce que d’autres résultats, non planifiés, se sont produits ?
  • Les activités prévues par le projet ont elles été mises en place ? en cas d’écart, expliquer les raisons
  • Est-ce qu’il y a eu des changements (ex : départ de plusieurs membres de l’équipe) ou problèmes qui ont influencé la réalisation des objectifs ?
  • Si oui, est-ce que l’association a réagi adéquatement par rapport à ces changements pour atteindre tout de même les objectifs ?
  • Quelle est le degré de satisfaction des bénéficiaires des ateliers artistiques ? et des cours d’alphabétisation ? et des formations (instituteurs) ?
    • Efficience
  • Est-ce que la gestion du projet est efficiente ? l’organisation mise en place pour le déployer est elle efficiente ?
  • Quels sont les facteurs internes ou externes qui ont pu favoriser ou l’inverse freiner la mise en œuvre du projet ?
  • Est-ce qu’il y a des plans d’actions, une gestion professionnelle du personnel, de la logistique, de l’information ?
  • Est-ce que la coordination et les relations avec les principaux partenaires (écoles, délégation de l’éducation nationale, académie, enseignants, parents) fonctionnent comme initialement planifié ?
  • Est-ce qu’un système de suivi/évaluation interne est mis en place et appliqué ?
    • Effet/Impact
  • Quels sont les effets du projet sur les bénéficiaires directs (enfants, mères, instituteurs, écoles) et indirects (parents, frères et soeurs…) ?
  • Est-ce que le niveau de créativité, d’épanouissement et d’éveil des enfants bénéficiaires du programme Tanouir+ s’est développé ?
  • Est-ce que les bénéficiaires (élèves, mères, enseignants) ont pu retirer des avantages perceptibles des ateliers ?
  • Est-ce que le projet a eu des effets inattendus ?
  • Est-ce que l’équipe a pu acquérir des nouvelles compétences ?
    • Pérennité
  • Est-ce que le projet tel qu’il est planifié et mis en place jusqu’à maintenant est sur la bonne voie de devenir pérenne après la fin du financement de la Fondation Drosos ? La question concerne la pérennité de l’impact, de la structure et du financement.
  • Quelles mesures sont nécessaires pour augmenter la chance de pérennité ?

 

  • Le dispositif d’évaluation du niveau d’éveil, d’épanouissement et de créativité des enfants bénéficiaires des ateliers artistiques

Pour être à même d’évaluer les effets du projet en terme d’éveil, d’épanouissement et de créativité, l’association a fait concevoir des outils d’évaluation par un psychologue. Sur cette base, une évaluation initiale des niveaux d’éveil, d’épanouissement et de créativité a été réalisée en octobre 2013 sur un échantillon d’enfants de tous les niveaux scolaire (1ère année primaire à 6ème année) ayant bénéficié des ateliers artistiques, ainsi que sur un échantillon d’élèves d’une école primaire publique rurale présentant des conditions socio économiques similaires à celle des écoles bénéficiaires du projet et non bénéficiaires du projet.

Cette évaluation initiale a fait l’objet d’un rapport détaillé. Elle a été l’occasion de révéler l’extrême lourdeur du dispositif d’évaluation ainsi que certains biais remettant en cause la pertinence et l’efficience de ce dispositif.

Dans le cadre de la présente évaluation, il est demandé à l’évaluateur psychologue :

  • d’utiliser les informations qui lui paraissent pertinentes dans le dispositif et rapport produit suite à l’évaluation initiale
  • de proposer de nouveaux outils, plus simples et moins lourds à mettre en place pour évaluer les effets du projet sur les enfants en terme d’éveil, d’épanouissement et de créativité ;
  • d’appliquer ces outils lors de la présente évaluation et de procéder le cas échéant à leur réajustement, après expérimentation
  • de produire un rapport détaillant les effets sur les enfants ainsi que les outils mis en place.
  1. Méthode à utiliser pour l’évaluation

Sur la base des termes de références le groupe des évaluateurs doivent proposer une note méthodologique détaillée, assortie d’un budget, l’ensemble devant être discuté lors d’une réunion de cadrage avec l’association Kane Ya Makane et la Fondation Drosos avant la réalisation de l’évaluation. Le groupe des évaluateurs développera des méthodologies appropriées pour analyser la performance et le succès du projet.

La mission d’évaluation sera effectuée à partir de mi-octobre 2014, la phase terrain devant intervenir fin octobre.

Le groupe d’évaluateurs procédera à une revue documentaire, à des rencontres avec l’équipe du projet (siège et terrain), à des visites dans les écoles d’intervention pour y rencontrer tous les acteurs (enseignants, directeurs, élèves) ainsi que les autres partenaires du projet (associations locales, autorités, parents des bénéficiaires).

  1. Rapports

Le groupe des évaluateurs fournira après l’évaluation un rapport provisoire au plus tard sept semaines après le démarrage de la mission d’évaluation. Ce rapport sera discuté avec le partenaire et la Fondation Drosos. Un rapport final sera élaboré après qui tiendra compte des commentaires des parties prenantes.

Le rapport final contient :

  • un résumé synthétique de maximum 3 pages : résumé du contenu du projet et de la tâche de l’évaluateur ; quels étaient les objectifs et qu’est-ce qui a été atteint ; conclusions de l’évaluation ; potentiel pour une démultiplication ; pérennité financière et structurelle et de l’impact ; recommandations de l’évaluation.
  • introduction: description du projet et de l’évaluation, description de la méthodologie utilisée.
  • présentation des résultats de l’analyse et réponses aux questions: pertinence, effectivité, efficience, impact et pérennité.
  • présentation de tous les résultats relatifs à l’évaluation spécifique du niveau d’éveil, d’épanouissement et de créativité des enfants: résultats de l’évaluation effectuée, et outils finalisés utilisés pour mener cette évaluation
  • synthèse globale : résultats, conclusion, leçons
  • conclusion : souligner les succès, mais aussi les points à améliorer ou modifier, et des leçons à tirer pour la capitalisation
  • recommandations : réalistes, opérationnelles et pragmatiques. Les recommandations visent principalement à améliorer la qualité des prestations envers les bénéficiaires et l’effectivité de la gestion en vue d’une pérennisation des activités de Kane Ya Makane.
  1. Profil et expérience de l’évaluateur

Le groupe des évaluateurs est composé d’un :

  • Evaluateur technique du projet qui est un expert avec un profil et qualifications spécifiques :
  • niveau d’études de Bac + 5
  • expérience professionnelle de 6 années minimum, dont 3 années minimum en gestion des projets éducatifs et sociaux
  • expérience de plus de 5 évaluations de projets sociaux et éducatifs, dont au minimum 3 en milieu rural
  • excellente connaissance du contexte éducatif et social marocain et notamment en milieu rural
  • Evaluateur en charge du volet spécifique d’évaluation des effets du projet en terme d’éveil, d’épanouissement et de créativité qui est un expert avec un profil et qualification spécifique :
  • diplômé de psychologie (bac +5)
  • expérience professionnelle en psychologie de l’enfant d’au minimum 6 ans
  • une expérience en évaluation de projets sociaux et éducatifs serait un atout.
  1. Modalités de candidature :
  • Première étape :

 

Les personnes intéressées doivent faire parvenir une lettre de manifestation d’intérêt et un curriculum vitae avant le 19.11.2014 et par mail, avec comme intitulé de ce dernier « Evaluation duprojet Tanouir + » aux deux personnes suivantes :

 

Madame Mounia Benchekroun : [email protected]

 

Madame Rajae Slimani : [email protected]

 

  • Deuxième étape :

 

Une note méthodologique sera demandée aux personnes ayant été pré – sélectionnées à l’issue de la première étape.

 

À propos Responsable de publication