Accueil / Non classé / Société civile et économie sociale : Cas de réussite de l’association AMARAGH

Société civile et économie sociale : Cas de réussite de l’association AMARAGH

 

Il va sans dire que quand on parle d’économie sociale, on fait allusion au facteur humain beaucoup plus que l’on fait référence à d’autres ressources de développement économique.

L’économie sociale est au fait une culture, un comportement qui fait que l’on fait plus avec le peu de moyens économiques.

Cette économie repose surtout sur un esprit de solidarité communautaire et un esprit d’équipe motivé par une vision de gestion de la richesse globale.

Nous entendons souvent parler de cas de réussite d’expériences telles que la création de coopératives et de magasins sociaux.

On peut être étonné de voir comment les habitants d’un douar du Souss dont la majorité sont illétrés mais ô combien ! sensés font une collecte de fonds qui sert à ouvrir un magasin social ou à créer une activité génératrice de revenus.

Nous prenons l’exemple ici de l’association AMARAGH pour le Développement et la Coopération. Cette association a eu l’idée de créer un moulin qui génère des revenus depuis les années quatre vingt. Cette source de revenus sert à financer des projets tels que la création d’une crêche pour enfants de 3 ans à 6 ans. L’association a travaillé le mois dernier sur la troisième tranche de la route reliant le douar à la route principale de Tiznit.

La toute nouvelle entreprise de AMARAGH consiste à la gestion des déchêts du douar. Afin de pallier le jet anarchique de déchêts dans ce qu’on appelle les « points noirs », l’association a employé un gars du village et l’a équipé d’une monture avec charette pour lui faciliter la collecte de déchêts.

Ce cas de réussite nous démontre qu’une économie sociale bien pensée fait ses preuves même dans les domaines de l’éducation et de l’infrastructure, en passant par celui de l’environnement et la création d’emploi, lesquels secteurs sont souvent laissés au bon vouloir des instances décisionnelles traditionnelles.

L’une des morales de l’histoire serait bien de dire qu’en matière de développement social, on devrait tous mettre la main à la pâte !

Par Tanmia.ma / Fahd El Asté

À propos Responsable de publication