Accueil / Droits humain / Sixièmes assises de l’ALCS sur « Sida, Santé et Droits de l’Homme »

Sixièmes assises de l’ALCS sur « Sida, Santé et Droits de l’Homme »

 

« Sida, Santé et Droits de l’Homme » tel a été le thème retenu pour les sixièmes assises de l’ALCS, les 27, 28 et 29 mai 2005 à Casablanca.

L’épidémie du VIH se propage de plus en plus au Maroc.

Selon le Ministère de la Santé, en novembre 2004, 1 587 cas sont atteints du Sida et 16 000 à 20 000 personnes sont infectées par le VIH.

La région Sous Massa Drâa est la plus atteinte, avec 349 cas de sida (21%), le Grand Casablanca (16%) et Marrakech (12%)

On enregistre le plus de cas parmi les travailleurs de sexe (T.S) notamment les homosexuels. Cela s’explique par leur exposition et leur vulnérabilité au VIH ainsi que de leur marginalisation par la société qui rend leur accès aux services de prévention, de consultation IST et de dépistage VIH … plus difficile et par ce fait, ils sont privés de leur droit à la santé.

L’ALCS a donc choisi le thème « Sida, santé et droits de l’Homme » pour ses sixièmes assises afin de mobiliser ses partenaires et acteurs impliqués dans la réponse au VIH au Maroc pour travailler sur l’approche droit dans le but d’assurer aux groupes marginalisés le droit à la santé.

 

Les principaux points soulevés durant ces assises étaient :

1- L’effet néfaste de l’accord ADPIC (Aspect de Droits de Propriété Intellectuelle Liées au Commerce), adopté par le Maroc, suite à la signature de l’accord de libre échange entre le Maroc et les Etats-Unis d’Amérique et l’Union Européenne, sur la santé de la population marocaine.

Cet effet consiste à limiter l’accès aux médicaments génériques, y compris les anti-VIH., ce qui va à l’encontre du droit de la personne à la santé.

 

Les assises ont donc permis à la société civile de se mobiliser contre cette politique ;

2- La marginalisation des personnes atteintes du virus.

Durant ces assises, les volontaires de l’association, groupes marginalisés (les travailleurs de sexe, les homosexuels) et personnes atteintes du VIH, ont pu débattre sur des sujets tels que, leur droit légitime à la santé, les programmes de prévention contre le sida ainsi que les formes de discriminations qu’il peuvent rencontrer.

Dans ce sens le Pr Hakima Himmich, présidente de l’ALCS, a annoncé lors de l’ouverture des assises et pour le bonheur de tous, que les travailleurs de sexe et les homosexuels impliqués dans les actions de prévention contre le sida sur le terrain :

–  Ne seront plus sujets aux arrestations policières ; 

–  Ne seront plus obligés de faire le test de VIH dans les stations policières ; 

–  Les préservatifs ne seront plus preuves de racolage.

Afin de limiter la propagation du VIH au Maroc, les acteurs impliqués dans la réponse au VIH ont la charge de lutter contre toute forme de discrimination que peuvent rencontrer les personnes atteintes du sida.

 

Auteur : Said Bisbis

À propos Responsable de publication