Accueil / Non classé / Renforcement de la coopération entre l’ONU et l’UIP

Renforcement de la coopération entre l’ONU et l’UIP

 

Le Premier vice-président de la Chambre des conseillers, M. Ahmed Kadiri, a souligné, lundi à New York, la détermination du Maroc à renforcer la coopération entre l’ONU et l’Union Interparlementaire (UIP).

A l’occasion de l’audition annuelle des Parlementaires sur le thème « Notre responsabilité partagée pour une Organisation des Nations Unies plus forte pour faire face aux défis du XXIe siècle », organisée par l’UIP, M. Kadiri, qui prend part à cette rencontre en compagnie de M. Mohamed Boudess, membre de la Chambre des conseillers, a ajouté que cette coopération pour être effective doit se concrétiser à travers des mécanismes bien déterminés.

Il a ainsi estimé insensé que des sujets importants comme la réforme de l’ONU ne soient pas soumis à l’appréciation des parlementaires, soulignant qu’une telle réforme doit renforcer la crédibilité de cette Organisation.

Pour M. Kadiri, l’élargissement du Conseil de sécurité et la réforme de la gestion de l’ONU, pour une organisation efficace et transparente comme annoncé dans l’agenda du Secrétaire général, Kofi Annan, « vivre à l’abri du besoin, vivre à l’abri de la peur et vivre dans la dignité », doivent être également débattus par l’UIP.

Parlant de la troisième composante de l’agenda de M. Annan, à savoir « vivre dans la dignité », il a souligné que le Maroc accorde un intérêt particulier à cette question.

Pour atteindre cet objectif « vivre dans la dignité », il est impératif, a-t-il indiqué, de renforcer la solidarité internationale à travers le relèvement de l’aide au développement consacrée par les pays développés aux PVD, l’allègement du poids de la dette extérieure et l’annulation de cette dette pour les Etats les moins avancés.

Le renforcement de la solidarité internationale passe également par la contribution des pays développés à la réalisation du développement durable, l’amélioration des prestations de la santé, de l’enseignement et des infrastructures, a-t-il poursuivi.

Ceci, a-t-il estimé, est de nature à améliorer les conditions de vie des citoyens, à donner à la démocratie une signification réelle, à consolider les droits de l’homme et combattre la marginalisation.

Il s’agit aussi de contribuer de la sorte à combattre toute forme de d’extrémisme et à venir à bout des causes à l’origine, en grande partie, du terrorisme, a fait remarquer M. Kadiri

À propos Responsable de publication