Accueil / Non classé / Reflexions à propos du projet d’Amenagement de la vallée du Bou Regreg :

Reflexions à propos du projet d’Amenagement de la vallée du Bou Regreg :

 

La revue des activités réalisées à ce jour par les responsables du très ambitieux projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg m’a beaucoup intéressé, au même titre d’ailleurs que de nombreux riverains du fleuve qui voudraient bien voir un jour se concrétiser la création d’un bel espace commun reliant les deux rives.

Ainsi, à l’initiative de Sa Majesté, un groupe de compétences a depuis plus de deux ans planché sur la question, pour finalement mettre désormais la machine sur les rails, pour la plus grande satisfaction de tous.

Parmi les spécialités conviées à la réflexion, l’on peut noter presque toutes les disciplines concernées, et pour cause, le futur projet ne doit vu son importance et sa situation ne négliger aucun aspect (architecture, environnement…etc).

Mais la question qui vient tout de suite à l’esprit c’est pourquoi depuis des siècles aucun établissement humain n’a été édifié sur cette étendue si vaste (4000 ha), et si bien située. La réponse qui s’impose par une évidence déconcertante (zone non aedificandi) oblige à mettre à contribution dés les toutes premières phases du projet d’autres disciplines à même d’enrichir le débat quant à la prédisposition du réceptacle naturel que constitue le milieu physique appelé à abriter les très séduisants scenarii proposés par les architectes. Il s’agit en effet de la géologie, de la géotechnique, de géomorphologie, de l’hydrogéologie, par lesquelles on peut d’emblée reconsidérer certaines parties du puzzle afin de tenir compte des impératifs des fois incontournables du sol et du sous-sol. Bien sûr à toute difficulté technique il y a une solution technique. Mais pour le cas, en l’occurrence les palliatifs risquent de grever lourdement le projet.

En effet, les constituants du sol de la vallée varient dans l’espace parfois très vite tant horizontalement que verticalement, mettant en contact des formations dont le comportement physique et mécanique est loin d’être homogène et présenter ainsi un danger potentiel réel ( marne altérée, vases, alluvions d’estuaire…etc). La difficulté est par ailleurs amplifiée par la présence de l’eau dans les terrains tant en surface (marécages), qu’en profondeur (nappes perchées).