Accueil / Non classé / Rapport sur le développement humain 2011 Durabilité et équité : Un meilleur avenir pour tous

Rapport sur le développement humain 2011 Durabilité et équité : Un meilleur avenir pour tous

Vue d’ensemble

Cette année, le Rapport sur le développement humain (RDH) fait le point sur les défis posés par la recherche d’un progrès durable et équitable. Il met en évidence la façon dont les dommages environnementaux accroissent les inégalités en exerçant un impact négatif sur les populations déjà défavorisées, ainsi que la manière dont les inégalités de développement humain amplifient les dommages environnementaux.

Le développement humain – qui vise à élargir l’éventail de choix des populations – est fondé sur le partage des ressources naturelles. Pour le promouvoir, il convient de travailler sur la durabilité au plan local, national et mondial. Cela peut et doit être effectué d’une manière équitable et autonomisante.

Nous nous attachons à vérifier que l’aspiration des populations pauvres à vivre mieux est pleinement prise en compte dans l’évolution vers une plus grande durabilité. Nous dégageons les pistes permettant aux personnes, aux groupes, aux pays et à la communauté internationale de promouvoir la durabilité et l’équité afin qu’elles se renforcent mutuellement.

Pourquoi la durabilité et l’équité ?

L’approche du développement humain revêt une importance persistante dans l’optique d’appréhender notre monde et de s’attaquer à ses problèmes. L’année dernière, l’édition du 20e anniversaire du RDH célébrait le concept du développement humain, en soulignant comment l’équité, l’autonomisation et la durabilité favorisent la multiplication des choix accessibles aux personnes. Parallèlement, il mettait en lumière les difficultés inhérentes en montrant que ces trois points clés du développement humain n’avancent pas toujours de front. Pertinence d’une étude conjointe de la durabilité et de l’équité

Nous explorons cette année les relations croisées entre la durabilité environnementale et l’équité, aussi essentielles l’une que l’autre à une justice distributive. Nous jugeons la durabilité primordiale, parce que les générations futures devraient disposer au moins d’autant de possibilités que nous aujourd’hui. De même, tout processus inéquitable est injuste : les chances d’accéder à une existence meilleure ne devraient pas être restreintes par des facteurs échappant au contrôle des populations. Les inégalités sont particulièrement injustes lorsqu’elles frappent systématiquement un groupe spécifique pour des raisons liées au sexe, à l’origine ethnique ou au lieu de naissance.

Il y a plus de dix ans, Anand et Sen postulaient le traitement simultané de la durabilité et de l’équité. « Si nous étions obsédés par l’équité intergénérationnelle sans nous soucier en même temps du problème de l’équité intragénérationnelle, cela constituerait une flagrante violation du principe d’universalité » affirmaient- ils (souligné par les auteurs). Des questions similaires ont émergé du rapport de la commission Brundtland en 1987, ainsi que d’une série de déclarations internationales, depuis Stockholm en 1972 jusqu’à Johannesburg en 2002. Pourtant, encore de nos jours, de nombreux débats sur la durabilité négligent l’équité, considérée comme une notion distincte et indépendante. Cette approche parcellaire est contreproductive.

Quelques définitions clés

Le développement humain est l’accroissement des libertés et des capacités permettant aux personnes de mener une vie qu’elles jugent satisfaisante à juste titre. Il repose sur l’élargissement de l’éventail des choix disponibles. Les notions de libertés et de capacités vont au-delà de la satisfaction des besoins essentiels. La qualité de vie dépend de nombreux aspects, qui peuvent avoir une valeur intrinsèque autant qu’un intérêt concret : nous pouvons par exemple valoriser la biodiversité ou la beauté de la nature indépendamment de leur contribution à notre niveau de vie.

Les populations défavorisées constituent un axe essentiel du développement humain. Elles englobent celles qui subiront à l’avenir les conséquences les plus graves des risques liés à nos activités actuelles. Nous nous soucions non seulement des situations courantes ou correspondant aux scénarios les plus probables, mais aussi de celles découlant de scénarios moins probables mais néanmoins possibles, notamment lorsqu’elles peuvent avoir des répercussions catastrophiques sur les populations pauvres et vulnérables.

Souvent, les débats sur la durabilité environnementale se focalisent soit sur la manière de remplacer les ressources naturelles par notre potentiel technologique, soit sur notre ingéniosité à atténuer les contraintes pesant sur ces ressources comme autrefois. Le fait que l’on ignore si cela sera possible un jour, allié aux risques de catastrophes, incite à préserver nos actifs naturels essentiels et le flux de services écologiques qui en découle. Cette attitude résulte également d’une approche du développement fondée sur les droits humains. Le développement humain durable est l’accroissement des libertés essentielles des personnes vivant aujourd’hui, accompagné d’efforts raisonnables pour éviter le risque de compromettre sérieusement celles des générations futures. Dans cet esprit, des débats publics éclairés sont cruciaux pour définir les risques que les populations sont prêtes à accepter.

La recherche conjointe de la durabilité environnementale et de l’équité n’implique pas qu’elles se renforcent mutuellement. De fait, des compromis sont souvent nécessaires. Il arrive que des mesures prises en faveur de l’environnement aient des effets inéquitables, par exemple quand elles limitent la croissance économique d’un pays en voie de développement. Le présent RDH illustre les types d’impacts communs que les politiques pourraient générer, tout en soulignant qu’ils ne sont pas systématiques et que le contexte est crucial à cet égard (voir figure 1).

Ce contexte demande d’accorder une attention spéciale à l’identification des synergies positives et à l’examen des compromis. Nous étudions la manière dont les sociétés peuvent élaborer des solutions gagnant-gagnant-gagnant qui favorisent à la fois la durabilité, l’équité et le développement humain.

Téléchargez le Rapport 2011 en français

Accédez à l’indice de développement humain 2011

Téléchargez le Rapport 2011 en arabe

À propos Responsable de publication