Accueil / Non classé / Rapport du Séminaire National sur la Gestion des Emballages Vides de Pesticides au Maroc

Rapport du Séminaire National sur la Gestion des Emballages Vides de Pesticides au Maroc

 

L’Association d’Education Environnementale et de Protection des Oiseaux au Maroc (SEEPOM) a organisé en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime (MAPM), Global Grenning Fund (GGF), Pesticide Action Network (PAN Afrique, PAN Maroc et PAN UK) et Croplife Maroc (Bayer Cropsciences et Syngenta), un Séminaire National sur la Gestion des Emballages Vides de Pesticides au Maroc, le 11 juin 2009 à Hôtel Ibis de Rabat (Maroc). Cet atelier révèle d’une importance capitale pour la protection de la santé humaine et la préservation de l’environnement notamment vis-à-vis des émissions involontaires des Polluants Organiques persistant (POPs) comme les dioxines et les furannes, produits très toxiques et dangereux.

Cette rencontre a regroupé 51 experts et cadres du MAPM, du Département de l’Environnement, du Ministère de la Santé, du Ministère de l’Intérieur, du Centre National de Lutte Antiacridienne (CNLAA), du Crédit Agricole, de la FAO, de la GTZ, du CropLife Maroc, des ONGs (notamment ceux membre des réseaux PAN Maroc et ASP Maroc), des enseignants chercheurs, des producteurs, des journalistes et des étudiants. A l’occasion de ce colloque, des posters et des dépliants sur les emballages vides de produits phytosanitaires (EVPP) et un dépliant sur PAN Maroc ont été distribués aux participants.

L’ouverture de ce colloque a été faite par Monsieur Mekki Chouibani, Chef de Division à la Direction de la Sécurité Sanitaire de Aliments (Ultérieurement Office Nationale de la Sécurité Sanitaire de Aliments) relevant du MAPM et Coordinateur National du PASP – Maroc qui a souligné que cette rencontre est capitale pour l’avenir de la gestion des pesticides au Maroc. Il a précisé que cette initiative est une plateforme dans l’avenir pour la mise en place d’une filière de gestion de ces déchets à l’instar de ce qui se fait en Europe notamment en France.

Après avoir mis le point sur la problématique de la gestion des emballages vides de produits phytosanitaires, il a évoqué les progrès faits par le Royaume du Maroc en matière de la gestion des pesticides et des déchets dangereux, Il a souhaité que le Maroc doublera d’effort pour la mise en place d’une procédure de la gestion des déchets dangereux et notamment les déchets issus de l’utilisation des pesticides comme les EVPP et les produits phytosanitaires non utilisables (PPNU). Ensuite, ce responsable a incité les participants de mettre l’accent sur les actions de court terme à savoir le renforcement de la sensibilisation sur les dangers du mauvais usage des emballages en attendant les actions de long terme en l’occurrence la gestion adéquate de ces déchets.

Avant de clore son allocution, M. Chouibani a saisi l’occasion pour saluer le dynamisme de la société civile qu’il félicite de nouveau d’avoir mis en place PAN Maroc, tout en précisant que l’administration reste à la disposition des ONGs pour tout appui et expertise.

Ensuite, Docteur Zine laabidin ARHZAF, Président de SEEPOM, a signalé que cette rencontre traitera l’un des aspects importants pour la prévention des pesticides obsolètes. Il a souligné que des grandes quantités d’EVPP se sont accumulées au Maroc à cause du manque de mécanismes pour leur recyclage et/ou leur élimination selon les normes reconnues internationalement. Ces matériaux considérés comme étant des déchets spéciaux et/ou dangereux sont souvent abandonnés dans des conditions extrêmement précaires, réutilisés à des fins alimentaires, incinérés ou enterrés, ce qui nuit à la santé du citoyen à l’environnement. Il a rappelé que la responsabilité de gestion des EVPP est partagée entre tous les acteurs. De ce fait, il faut penser dés à présent à mettre en place des mesures concrètes pour gérer dans l’avenir de la manière la plus écologique possible les emballages vides issus des interventions phytosanitaires, antiacridiennes et anti-vectorielles.

M. Arhzaf n’a pas manqué de citer les efforts consentis par le Maroc pour la gestion rationnelle des produits chimiques notamment la ratification de conventions internationales, la promulgation des lois sur la gestion des pesticides et les déchets dangereux, l’implémentation du PASP, et la

préparation de projet de mise en place du Centre National de l’Elimination des Déchets Spéciaux.

Enfin, il a souligné qu’étant donné que les outils réglementaires et financiers prennent en général un temps énorme, des actions immédiates devront être lancées pour sensibiliser les agriculteurs et les ouvriers agricoles sur les risques des mauvaises pratiques en particulier la réutilisation et l’incinération des emballages de pesticides.

Ensuite la parole a été donnée aux intervenants pour présenter leurs contributions selon le programme de la journée :

Présentation 1 : Gestion des produits chimiques : contexte national et international par Mesdames Amal Lesmssioui et Samira Azzaoui, Administrateurs à la Direction de la Surveillance et de la Prévention des Risques au Département de l’Environnement qui ont étayé la stratégie internationale de la gestion des produits chimiques (SAICM), le profil national sur la gestion des produits chimiques, la stratégie nationale de la gestion des produits chimiques, le plan d’action national de la gestion des produits chimiques, les études environnementales en cours d’exécution au Maroc, les conventions sur les produits chimiques et les déchets dangereux (Stockholm, Bale et Rotterdam), les Plans de prévention des risques liés à la gestion des produits chimiques dangereux, le Projet relatif à la gestion et l’élimination écologiquement rationnelle des PCB au Maroc et la

E projet de création d’un Centre National d’Elimination des Déchets Spéciaux (CNEDS).

Présentation 2 : Expérience du groupe Holcim dans le traitement des pesticides et des emballages, par A.Badiri, Groupe Holcim qui a mis l’accent sur le contexte du marché marocain des déchets, les services fournis par la Société Ecoval (Filiale du groupe Holcim) en matière de traitement des déchets, le fonctionnement de la filière de gestion des déchets phytopharmaceutiques professionnels en France assurée par Adivalor (Cas des EVPP) et l’expérience de la société Holcim dans le domaine d’élimination des pesticides (à travers le monde).

Présentation 3 : Gestion des emballages vides de pesticides au Maroc : Problématique et Stratégie, Par Monsieur Ahmed Jaafari, Ingénieur d’Etat Principal au MAPM/DPVCTRF, spécialiste en pesticides pour le PASP – Maroc et secrétaire Général de la SEEPOM qui a mis l’accent sur les impacts environnementaux et sanitaires liés à la réutilisation, à l’incinération, à l’enfouissement et à l’abandon des EVPP, particulièrement la pollution des biotopes et les émissions des POPs notamment les dioxines et les furannes. Il a proposé des actions pour la gestion de gestion des EVPP dans l’immédiat notamment le renforcement des capacités, la sensibilisation et la promotion des Bonnes pratiques phytosanitaire (BPP) et des bonnes pratiques agricoles (BPA) et une stratégie de moyen et de long terme réservée principalement au renfoncement du cadre réglementaire, la création et le fonctionnement de la filière de la gestion de gestion des EVPP et des PPNU et l’instauration de système de financement et de fonctionnement de cette filière pour sa durabilité.

Présentation 4 : Gestion des pesticides utilisés en santé publique, par Madame Ibtissam Ameur, Direction de l’Epidémiologie et de la Lutte contre les Maladies, Ministère de la Santé qui a traité la législation, la distribution et l’utilisation des pesticides à usage de santé et hygiène publique, le suivi post-traitement, le stockage et l’élimination des déchets et les perspectives en matière de gestion des emballages vides.

Présentation 5 : Gestion des pesticides et des emballages vides en lutte antiacridienne, par Monsieur Ahmed Mouhim, Ingénieur en Chef au CNLAA qui s’est penché sur l’organisation de la lutte antiacridienne au niveau national, le stockage, le choix approprié et le contrôle de la qualité des pesticides, la protection individuelle des travailleurs. Enfin il a traité la gestion des EVPP et la stratégie pour éviter des stocks de pesticides obsolètes adopté par le CNLAA.

Présentation 6 : Projet de gestion des Emballages Vides de Produits Phytosanitaires dans la région de Souss Massa piloté par Bayer cropScience et du Comptoir Agricole du Souss, Par Mme Mehdia Mounir, Bayer Cropscience qui a commencé son exposé par l’engagement de Bayer face aux exigences du consommateur puis elle a présenté les Projets « Food Chain » dans le monde notamment en Angleterre, en Espagne, en Chine, en Inde, en Turquie, au Tailande, an Maysie, au Kenya, au Brésil et au Maroc. Elle a mis l’accent sur l’importance de la formation et de l’information. Enfin, elle exposé le Projet Pilote des Emballages Vides de produits Phytosanitaires de Bayer/GTZ. Elle a précisé que ce projet s’insère dans la politique d’engagement de Bayer CropScience à travers l’accompagnement de ses partenaires pour une agriculture durable et respectueuse de l’environnement. Ce projet se base sur les lois marocaines existantes notamment la loi 28-00 sur la gestion des déchets et son décret d’application se rapportant à la classification des déchets. Ce projet touche 10 producteurs les plus organisés et les plus structurés de la région d’Agadir. Il y a lieu de noter que ce projet est conçu en quatre phase : Triple Rinçage, Collecte, Entreposage, Transport et Incinération des emballages Vides (Ecoval assure le prétraitement et Holcim s’occupe de l’incinération avec valorisation énergétique).

Présentation 7 : Point de vue de Syngenta sur la gestion des Emballages vides de pesticides, Par M. Boubker El Ouilani, Directeur de Syngenta Maroc qui a commencé son intervention par l’information des participants sur la contribution de Syngenta à la protection de l’environnement, à l’amélioration de la santé et de la qualité de vie notamment la formation des agriculteurs à une utilisation sécurisée des produits de protection des plantes. Ensuite, il a précisé que les étapes de cycle de pesticides relatifs à la distribution, à l’utilisation et à l’après utilisation sont très mal gérés. A noter que Syngenta a réalisé des interviews dans plusieurs pays sur la distribution, l’utilisation et à l’après utilisation des pesticides. Au Maroc, entre 2005 et 2007, 250 interviews ont été conduits au Gharb, à Saiss, à Doukkala et au Tadla. Les défaillances soulevées se situent au niveau du port des vêtements de protection, de l’hygiène, de la pratique du rinçage, de la lecture de l’étiquette et des consignes de sécurité. M. El Ouilani a noté que Syngenta encourage toutes les initiatives qui vont le sens d’une solution durable à la problématique des EVPP.

 

Présentation 7 : Point de vue de Croplife Maroc sur la gestion des Emballages vides de pesticides, Par M. Boubker El Ouilani, président du Cropelife Maroc qui a souligné que ce problème national concerne tous les intervenants (Administration, Profession, Producteurs, ONGs et autres). Ensuite, il a soulevé des défaillances en matière de la réglementation en rapport avec la collecte, le transport, l’entreposage des emballages vides (Décharge contrôlée) et la technologie d’élimination.

Avant de lancer la discussion et le débat, le documentaire sur la Gestion des emballages vides en France produit par Adivalor France a été projeté.

Après discussions et débats, il a été relevé que la problématique des EVPP au Maroc est la responsabilité de tous les acteurs (administration, profession, agriculteurs, privé, ONGs). Pour résoudre ce problème, il y a lieu de mettre l’accent sur les aspects suivants :

  •   La promotion des BPA et des BPP. 
  •   La renforcement des actions de communication, de sensibilisation et d’éducation en faveur d’agriculteurs et utilisateurs. 
  •   L’encouragement des actions pilotes à l’instar du projet de gestion des EVPP à Souss Massa. 
  •   Le renforcement des capacités nationales. 
  •   Le renforcement de la législation nationale en vue de l’instauration d’une filière « EVPP », et assurance de son financement et son fonctionnement. 
  •   L’extension de cette réflexion sur les emballages vides des autres produits chimiques.