Accueil / Non classé / Rapport 2005 d’Amnesty International

Rapport 2005 d’Amnesty International

 

En 2004, partout dans le monde, les droits fondamentaux d’hommes, de femmes et d’enfants ont été ignorés ou ouvertement bafoués. Tandis que les intérêts économiques, l’hypocrisie politique et les discriminations sociales continuaient de nourrir les conflits aux quatre coins du globe,la « guerre contre le terrorisme » sapait les principes des droits humains plus efficacement qu’elle ne contrait les actions « terroristes » au niveau international. Les millions de femmes victimes de violences – au foyer, dans la société ou dans les zones de conflit – étaient largement laissées pour compte, de même que les populations marginalisées, dont les droits économiques, sociaux et culturels restaient bien souvent lettre morte.

Ce Rapport 2005 d’Amnesty International, qui couvre 149 pays et territoires, souligne une certaine incapacité des gouvernements nationaux et des organisations internationales à combattre les atteintes aux droits humains. Il constitue également un appel visant à renforcer, pour les acteurs internationaux, l’obligation de rendre des comptes.

Par ailleurs, cet ouvrage salue les avancées amorcées en 2004, souvent par des défenseurs des droits de la personne et des mouvements de la société civile. Les demandes de réforme du système des droits humains des Nations unies se sont faites plus pressantes, et de grandes campagnes ont eu lieu en vue de responsabiliser les entreprises, de promouvoir la justice internationale, de contrôler les ventes d’armes et de mettre un terme à la violence contre les femmes.

Qu’il s’agisse de conflits très médiatisés ou de crises oubliées de tous, Amnesty International mobilise les opinions pour la construction d’un monde meilleur, et défend la justice et la liberté de chacun.

Rapport 2005 d’Amnesty International

À propos Responsable de publication