Accueil / Non classé / Quand le travail rend sourd !

Quand le travail rend sourd !

 

Le petit déjeuner, c’est indispensable !

Le cerveau, un petit futé

Regard sur les crucifères

Les Listeria n’aiment pas le propre !

Quand le travail rend sourd !

En Algérie, le bruit est un réel problème de santé au travail. Plus de 40% des maladies professionnelles se traduiraient par une surdité. Ce chiffre inquiétant ressort d’une nouvelle étude menée par le Service de Médecine au Travail du CHU d’Oran. Le Dr Rezk-Kallah et ses collègues se sont intéressés à une entreprise spécialisée dans le textile. Ses 340 employés -dont l’ancienneté dans leur poste de travail était en moyenne était de 12 ans – ont tous vu leur niveau d’exposition sonore mesuré, avant de subir un examen audiométrique.

Les résultats sont alarmants. Plus d’un salarié sur deux (58%) est quotidiennement exposé à un niveau sonore supérieur à 85 décibels (dB), voire 90 décibels dB pour 67% d’entre eux ! Un seuil bien supérieur aux 85 décibels dB à partir desquels des mesures de prévention -port de casques ou de bouchons- sont indispensables. Conséquences directes, « 32 travailleurs présentent une surdité profonde selon la classification du Bureau international d’Audiophonologie, 30 autres une surdité sévère », constatent les auteurs.

Ce travail est une première en Algérie, où il « a permis de révéler la gravité des atteintes auditives » parmi les travailleurs. Et si rien n’est fait, des milliers d’entre eux « risquent très certainement d’atteindre, avant leur départ en retraite, le seuil fatidique du déficit audiométrique fixé à 35 dB ». Un seuil à partir duquel on est reconnu comme malentendant.

Le petit déjeuner, c’est indispensable !

Le premier repas de la journée est plus que jamais le talon d’Achille des jeunes. En France, par exemple, à peine un enfant sur sept pendrait un petit- déjeuner régulier et équilibré. Une proportion très inquiétante, qui ne va pas sans conséquences réelles… En se privant du repas du matin, l’enfant déséquilibre totalement ses apports énergétiques. Ceux-ci se trouvent alors concentrés sur seulement deux repas et… de multiples grignotages qui vont entraîner une prise de poids. D’où la fréquence croissante des cas d’obésité infantile.

La privation de petit-déjeuner nuit également aux performances intellectuelles et à la créativité. Sans oublier qu’elle peut être à l’origine d’hypoglycémies, voire de pertes de connaissance qui surviennent généralement en fin de matinée. Rappelons donc que trois ingrédients sont indispensables pour « attaquer » la journée en pleine forme : un laitage, des sucres lents et un liquide. Si vous voulez des idées, rendez-vous sur www.destinationsante.com à la rubrique « Bien manger, bien vivre ».

Le cerveau, un petit futé

Le cerveau est un petit malin… Il est capable d’établir seul de nouvelles connexions pour pallier des lésions. Voilà pourquoi, après un accident, nous pouvons récupérer des fonctions cérébrales que nous pensions perdues à jamais.

Un chercheur a établi que le cerveau « cherche » tout seul le moyen de rétablir ses connexions endommagées. Chez des patients privés de la parole à la suite d’une attaque cérébrale, il a observé que le cerveau lésé procède à une sorte de « re-allocation des ressources » entre les hémisphère gauche – spécialisé dans l’élocution – et droit !

Regard sur les crucifères

Chou vert, épinards, brocoli… Les légumes de la famille des crucifères, c’est sans modération ! A tel point d’ailleurs que selon un travail de l’INSERM, leur forte teneur en caroténoïdes aurait un effet protecteur contre les maladies oculaires liées à l’âge. Telles la cataracte, le glaucome et la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Soit les trois principales causes de cécité dans le monde !

Le risque de cataracte a été diminué de 47% chez les personnes ayant des niveaux élevés de caroténoïde par rapport aux autres sujets. Bien entendu d’autres études seront nécessaires pour confirmer ces résultats. En attendant, vous reprendrez bien un peu de crucifères ?

Les Listeria n’aiment pas le propre !

Pour vous prémunir de la listériose, veillez à la propreté intérieure de votre réfrigérateur. N’oubliez pas, deux fois par mois au minimum, de le vider complètement et de le laver à fond avec une solution d’eau de Javel à 10%. Au retour de vos courses, retirez les emballages souillés et rangez les aliments dans des emballages propres.

Evitez de remettre des plats entamés en les laissant dans une assiette ou une casserole. Ces récipients, utilisés une fois, sont sales et constituent un véritable milieu de culture. Vous devez au contraire ranger ces restes dans une boîte hermétique… et propre.

Sachez aussi que les personnes affaiblies par la vie ou leur condition physique sont les plus sensibles à la listériose. Il s’agit dLes femmes enceintes, ldes personnes âgées et ldes malades souffrant d’un déficit immunitaire tout particulièrement. Quels produits éviter ? Les charcuteries et les plats en gelée, les poissons fumés et les fromages à pâte molle. Enfin, les rayons de vente à la coupe aggravent les risques.

Destination Santé 

www.destinationsante.com