Accueil / Non classé / Prévention contre la migration irrégulière des mineurs non accompagnés

Prévention contre la migration irrégulière des mineurs non accompagnés

La Coopération Italienne vient d’approuver le financement du projet pilote SALEM – Solidarité Avec les Enfants du Maroc.

L’initiative fait suite à une première phase de recherche nommée « Migration et Mineurs » qui vient de s’écouler. Cette recherche a été réalisée par l’OIM (Organisation Internationale pour les Migrations) qui sera aussi responsable du SALEM. Le financement total des deux phases est de 1.830.000 Euros (soit environ 20 millions de DHS).

L’initiative sera réalisée dans la zone de Khouribga, en partenariat avec l’Entraide Nationale – Ministère du Développement Social, de la famille et de la Solidarité – pendant une période de 18 mois, à partir du mois de décembre 2007.

Le but est de renforcer les capacités des structures opérationnelles de l’Entraide Nationale, de promouvoir les compétences locales et de renforcer le système de protection des mineurs vulnérables à l’émigration irrégulière et à la traite.

Le projet se focalisera sur plusieurs composantes : réaménagement des structures existantes, formation professionnelle des opérateurs sociaux locaux, mise en place des services d’écoute et d’accompagnement pour répondre aux besoins individuels des bénéficiaires, des mineurs et de leurs familles, recherche, animation sociale et sensibilisation.

La première phase de recherche, « Migration et Mineurs », a été fonctionnelle à une connaissance plus approfondie des aspects les plus saillants de ce flux migratoire et des facteurs de vulnérabilité du groupe cible ainsi qu’à l’identification de la zone géographique, des ressources et des partenaires locaux. Dans le cadre du SALEM, toutes les interventions du projet s’inscriront dans une stratégie de diffusion d’informations sur les services créés par le projet (écoute, orientation, formation et accompagnement), s’adressant à la communauté locale déshéritée de la région identifiée et en particulier aux mineurs désavantagés et à leurs familles. Dans ce but, un instrument d’information territoriale, sous forme d’un guichet intégré et d’une unité mobile, sera mis en place pour rendre accessible les informations et les opportunités du projet d’une façon permanente, aussi dans les zones rurales, dans le but d’œuvrer en tant qu’instrument de développement humain durable, d’agrégation communautaire et de mise en réseau des services territoriaux.

Ensuite, le projet se focalisera sur la formation professionnelle des opérateurs sociaux locaux qui seront engagés dans la gestion des services de soutien aux jeunes et à leurs familles, avec les différents acteurs de la région (institutions, ONG, associations, etc.) et en collaboration avec les contreparties italiennes actives dans la protection des mineurs et des groupes migrants vulnérables.

Le projet valorisera les ressources humaines et structurelles déjà existantes pour renforcer les réseaux de prévention du malaise juvénile et contraster l’impact désagrégeant de la migration sur les communautés locales.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’Initiative Nationale de Développement Humain, lancée en 2005 par Sa Majesté le Roi et respecte les principes de la Convention de New York sur les droits de l’enfant et de la Convention OIT n. 182, ratifiée par le Maroc et par l’Italie.

Il s’inscrit, également, dans le cadre de la stratégie préventive du Gouvernement Marocain en matière de migration irrégulière et en particulier de celle des mineurs, et reflète en même temps les priorités de la Coopération Italienne : le développement humain et la lutte contre la pauvreté, en parallèle à l’action en matière de migration et co-développement.