Accueil / Non classé / ONUSIDA : Rapport annuel sur la progression de la maladie

ONUSIDA : Rapport annuel sur la progression de la maladie

 

Le nombre de personnes vivant avec le virus du sida continue d’augmenter, tout comme celui de décès, indique le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) dans son rapport annuel, présenté mardi 21 novembre à Genève.

Cette année, 4,3 millions de personnes ont contracté l’infection dans le monde, un total de 39,5 millions de personnes vivent avec le VIH, soit 2,6 millions de plus qu’en 2004. Parmi celles-ci, 17,7 millions sont des femmes et 2,3 millions des enfants de moins de 15 ans.

Le sida a fait 2,9 millions de morts en un an, dont 2,1 millions en Afrique, selon les estimations du Programme, publiées à quelque jour de la célébration de la Journée mondiale du sida, qui a lieu le 1er décembre de chaque année.

D’après le document, le nombre de personnes vivant avec le VIH a augmenté dans toutes les régions du monde, au cours des deux dernières années, mais la hausse la plus frappante reste celle enregistrée en Europe orientale et Asie centrale avec une augmentation de 70 pc en deux ans (270.000 infections en 2006 contre 160.000 en 2004).

En Asie du Sud et du sud-est, le nombre de nouvelles infections a augmenté de 15 pc depuis 2004, alors que la hausse est de 12 pc au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

L’Afrique Subsaharienne est toujours la plus touchée avec deux tiers des personnes infectées (24,7 millions, 1,1 million de plus qu’en 2004) et trois quarts des décès. Les femmes sont particulièrement victimes du fléau avec 59 pc.

Toutefois, l’ONUSIDA a relevé des signes encourageants comme le déclin sensible de la prévalence du VIH parmi les jeunes dans huit des onze pays disposant de données suffisantes, principalement au Kenya, dans des villes de Côte d’Ivoire, du Malawi et du Zimbabwe et dans les campagnes du Botswana.

L’accès aux traitements s’est également accru ces dernières années, selon l’ONUSIDA, du fait que deux millions d’années de vie ont été épargnées depuis 2002 dans les pays pauvres grâce à la fourniture de médicaments antirétroviraux, indique-t-on de même source.

 

Source : (MAP)