Accueil / Non classé / Le MRE a besoin d’un Ministre décent

Le MRE a besoin d’un Ministre décent

 

Il semble que les problèmes des ressortissants marocains à l’étranger vont s’empirer avec l’actuel  ministre délégué chargé de leurs affaires qui n’a fait preuve , jusqu’à nouvel ordre , de la moindre bonne volonté ! Et comment ! Alors qu’il ne dispose pas de feuille de route ! Depuis sa nomination, il n’a visité que quelques pays. Certains d’entre eux, comme le Qatar, a une communauté marocaine très restreinte. Mieux encore, il a appelé à la création d’un site Web afin de faciliter l’information, ciblant essentiellement la diaspora marocaine qualifiée, en vue de favoriser les opportunités d’affaires et d’investissements, en partenariat avec les différents acteurs nationaux, les pays d’accueil et les réseaux de compétences. L’exemple du partenariat avec la CGEM et les médecins chercheurs expatriés en dit long ! Il aurait pu continuer ce qui était initiée par ses prédécesseurs et l’améliorer au mieux c’est plus efficace et plus crédible !

Nous nous interrogeons si Monsieur le Ministre connait les tracas de la communauté marocaine résidant à l’étranger, lui qui est de formation économique et de souche bourgeoise ? ! Nous nous en doutons fort bien.

Sa formation académique le pousse à réfléchir dans ce sens. Après l’encouragement à l’investissement alors que le monde passe par une crise économique périlleuse et qu’il y a plusieurs licenciements des Marocains du Monde, il fait appel aux différents organismes marocains dans le but de faciliter les crédits de financement pour les investissements et les acquisitions des biens par les ressortissants.

Le lancement du projet ” Maghribcom ” est le même que celui de ” Fincome ” à l’époque de Nezha CHEKROUNI en 2007. Tout simplement, il y a eu changement d’appellation .Il sollicite une mobilisation des compétences marocaines à l’étranger pour le développement économique et social du Maroc à travers l’application concrète des expatriés. Promotion économique du pays certes, car ces expatriés représentent une source capitale du transfert des devises ! Sociale, très peu pour ne pas dire quasi – absente.

Administrativement, refaire le passeport marocain auprès des consulats, en plus de l’accueil des agents qui laisse à désirer, revient très cher.

Par ailleurs, l’un des membres du cabinet de notre ministre qui est aussi membre  au bureau exécutif de son parti politique, fait énormément de pression pour la création des annexes du parti dans les pays d’accueil.

La fonction serait donc de faire de la propagande et non pas de se pencher sur les questions primordiales dont se soucie la diaspora marocaine, et envers qui on ne prête que peu d’attention, lors de l’opération ” Marhaba”.

Au cours de sa dernière visite en Espagne , Monsieur le Ministre a insisté pour que tous les acteurs associatifs se réunissent et concordent leurs efforts pour une meilleure défense de leurs intérêts auprès des décideurs espagnols . Pourquoi ne pas prendre la même initiative en regroupant les représentants de la société civile à l’étranger ? Ce serait un point louable de sa part. Le dialogue est toujours bénéfique. Ainsi, il aura une meilleure vision et peut en faire beaucoup. Tant que les concernés sont écartés, nous ne pouvons s’attendre à de l’avancement !

Il est temps de prendre des mesures concrètes à un très haut degré . La constitution a été claire , notamment l’article 16 qui garantit l’application des droits des MRE par l’Etat . Cependant , nous assistons à l’annulation de certains acquis au temps du Ministre AMEUR . Nous citons essentiellement la prise en charge des dépouilles des expatriés vers leur patrie – mère qui était prise en charge par l’Etat . Aujourd’hui , faute d’assurances , ce sont les familles des défunts qui doivent prendre la relève , sinon procéder à la collecte pour le faire !

L’article 17 parle des droits des Marocains Du Monde quant aux élections . Mais comment y procéder ? Les interprétations sont multiples . Faut – il qu’ils intègrent le Parlement Marocain ? Il s’agit plutôt de se pencher sur leurs problèmes et seulement les considérer en tant que pourvoyeurs de fonds .

C’est pour cela que nous avons besoin d’un ministre compétent , en ministre en mesure de répondre à toutes leurs attentes .

 

 

Jamal Eddine Ryane