Accueil / Actualités / « Mouvement de la Colère » Pour l’égalité, les droits et les libertés

« Mouvement de la Colère » Pour l’égalité, les droits et les libertés

Le mouvement « Pour l’égalité, les droits et les libertés, organise une conférence de presse, pour dénoncer le processus actuel d’adoption des projets de loi. En effet, quelques mois avant la fin de son mandat et dans une frénésie inexplicable, l’actuel gouvernement, a procédé à l’adoption de nombreux projets de loi qui ne répondent ni aux droits garantis par la Constitution ni aux besoins de la société marocaine.

Cette régression dans la promotion et la protection des droits et des libertés, a incité les associations, coordinations, dynamiques associatives des droits de l’Homme, des droits des Femmes, des droits des personnes en situation de handicap, des droits des enfants, des droits des jeunes, les dynamiques syndicales, amazighs, médiatiques et bien d’autres à se mobiliser dans le cadre du «Mouvement de la Colère» pour l’égalité, les droits et les libertés.

Le mouvement a publié de nombreuses déclarations et positions dans lesquelles il dénonce l’approche utilisée pour le vote des projets de loi. Les textes votés font table rase des acquis de cette dernière décennie et les interprétations adoptées ne correspondent pas aux dispositions constitutionnelles en matière de promotion et de protection des droits de la personne  et de prohibition de toutes les formes de violences et de discriminations.

Eu égard à tout ce qui précède, le Mouvement interpelle toutes les composantes de l’Etat marocain et leur demande de prendre leurs responsabilités pour la protection des droits et des libertés garantis à tous et à toutes sans discrimination aucune et pour l’effectivité de la parité et de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Dans ce contexte, et à l’occasion de cette conférence de presse, « Le Mouvement de la Colère» pour l’égalité, les droits et les libertés» réitère ses positions sur ce qui suit :

  • Les projets de loi que le gouvernement s’ingénie à faire adopter tout en tournant le dos à la société civile et en faisant fi des modifications substantielles et cruciales proposées durant tout le processus, sont des textes anticonstitutionnels et contraires aux engagements de l’Etat marocain et à ses déclarations et autres slogans concernant la levée des discriminations de toutes sortes et l’égalité entre tous les citoyens.
  • L’approche adoptée est d’autant plus alarmante que les projets de lois en question sont tous liés aux droits fondamentaux des citoyens et des citoyennes. Notamment :- le projet de loi sur l’autorité pour la parité et la lutte contre toutes formes de discriminations  (APALD), le projet de loi sur les travailleurs domestiques, le projet de loi sur la presse, le projet de loi sur les pétitions, le projet de code pénal ;   les projets de loi concernant les droits des travailleurs et salariés ;  le projet de loi organique pour lancer la formalisation de la langue amazighe, le projet de loi sur la protection des droits des personnes en situation de handicap…
  • Le gouvernement, l’Etat Marocain avec toutes ses composantes ainsi que chacun des cercles de prise de décisions ayant contribué à ce piètre bilan législatif inconstitutionnel est tenu pour responsable de la faillite de la mise en œuvre de la constitution.
  • Les composantes du Mouvement réitèrent leur intention de rejeter toutes les lois inconstitutionnelles si elles sont adoptées sans les modifications nécessaires, et de continuer à les condamner à l’intérieur et à l’extérieur avec tous les moyens légaux et pacifiques reconnus. Il ne sera jamais question pour les composantes du  « Mouvement de la Colère » de laisser l’Etat marocain présenter à l’internationale ces graves régressions comme étant des réalisations positives.
  • Les composantes du Mouvement exigent de l’Etat marocain, l’harmonisation de l’arsenal juridique national avec les normes et standards internationaux, le respect de ses engagements internationaux dans le domaine de l’égalité des sexes, des droits et des libertés, la réorientation de la politique du gouvernement en faveur des besoins réels de la société en question et la reconnaissance effective du rôle de la société civile indépendante dans la construction de l’Etat de droit.
  • Les composantes du Mouvement, appellent à la mobilisation et au plaidoyer pour des lois constitutionnelles équitables sur toutes les questions liées aux droits fondamentaux des marocains et des marocaines, afin de mettre fin à la discrimination dans toutes ses formes et aux violations des droits des citoyens, hommes et femmes.
  • Enfin, les composantes du Mouvement, annoncent l’organisation d’une manifestation qui réunira toutes les parties touchées par ces égarements législatifs pour rappeler les revendications réelles piétinées dans les projets concoctés dans les couloirs du gouvernement, et pour lesquels l’approche participative et les gains constitutionnels ont été totalement sacrifiés.

 

Le sit-in aura lieu devant le Parlement à Rabat le samedi 18 Juin, 2016 à partir de 21 :30.

Télécharger les pièces jointes