Accueil / Non classé / L’INDH : un projet sociétal qui inaugure une période de gouvernance locale participative

L’INDH : un projet sociétal qui inaugure une période de gouvernance locale participative

 

Auteur : Ghalem ZAHOUR

L’INDH : un projet sociétal qui inaugure une période de gouvernance locale participative

ZAHOUR Ghalem, [email protected], cadre associatif, RESASM – Casablanca

L’INDH est un projet sociétal de développement de grande ampleur. Evidemment comme tout projet de développement au stade d’élaboration, les acteurs sociaux sont appelés à placer tout d’abord ce projet dans son contexte général et faire un diagnostic avant de réfléchir sur les autres étapes de réalisation du projet à savoir : les associés, les objectifs à atteindre, le calendrier d’exécution, les besoins en matériel …etc. En effet, et en tant qu’acteur associatif, j’aimerais bien donner mon avis personnel sur ce sujet d’actualités.

Si on essaye d’analyser la situation actuelle, on constate que le Maroc connaît l’inauguration de plusieurs ateliers et chantiers de développement dans différents domaines tels que : 
–  le domaine de l’éducation et de l’enseignement avec l’entrée en vigueur de la charte nationale de l’éducation et de la formation ; 
–  le domaine des droits de l’Homme à travers la fondation de l’organisation d’équité et de réconciliation ; 
–  le domaine social à travers la mise en place du code de la famille, du code de l’emploi…etc 
–  le domaine de l’équipement avec l’élargissement du réseau d’autoroute, des ports et des barrages.

Ce sont là des acquis dont nous sommes fiers, mais en parallèle, il existe aussi des contraintes et des points noirs qui demandent encore beaucoup d’efforts pour mettre le train du développement sur les rails.

Certes, une grande partie de ces difficultés ressort dans le rapport de 50 ans sur le développement humain au Maroc, dont les défaillances sont à mettre en relation avec la nature de la gestion des affaires publiques et la négligence et le non contrôle d’un certain nombre de secteurs vitaux comme le développement du monde rural, la santé, l’enseignement, l’habitat, l’investissement, le développement démographique, la gouvernance locale participative et d’autres domaines.

Que faut-il- faire maintenant dans le cadre de l’INDH ? Y a t-il un plan stratégique et une stratégie de développement ? Par quoi faut-il commencer ?

Ce sont là des questions qu’il faut débattre, et comme dit le proverbe : le vrai savant est celui qui pose les vraies questions et non pas celui qui trouve les vraies réponses. Je ne prétends pas être un savant, car il n’existe pas de solution miracle et de recette magique, mais j’estime personnellement qu’il faut tenir compte dans ce grand projet qu’est l’INDH de trois approches : 
–  la première est que la société civile est appelée, maintenant plus que jamais, à ouvrir un débat large et fructueux qui doit réunir tous les acteurs sociaux pour mettre en place un processus et une plateforme de travail ; 
–  la seconde approche est de mettre un terme avec le passé caractérisé par une approche sécuritaire qui a bloqué longtemps le développement humain au Maroc ; 
–  La troisième approche est que nous sommes tous appelés à fonder et inaugurer une nouvelle période de gouvernance locale participative où tous les acteurs sociaux prennent part et participent de façon collective dans l’élaboration et la gestion des projets de développement aussi bien dans le domaine d’investissement que dans les domaines de l’éducation, de la culture, du social et du sport.

Néanmoins, les acteurs sociaux ne sont pas tous qualifiés pour réaliser des projets sociétaux, raison pour laquelle je juge utile et indispensable que le premier axe sur lequel nous devons travailler ensemble dans le cadre de l’INDH est incontestablement le problème de la formation destinée notamment aux élus et aux cadres associatifs, une formation qui répond évidemment aux exigences actuelles plus précisément dans le domaine de l’élaboration des projets, dans le domaine des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) et dans le domaine de la planification stratégique des organisations.

 

À propos Responsable de publication