Accueil / Education / Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Education Nationale.

Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Education Nationale.

Auteur : kouddane Taoufiq

Monsieur le ministre,

C’est avec mon regard d’enseignant, exerçant depuis un quart de siècle, que je me permets de m’adresser à vous pour vous faire partager ma vision de l’école de la réussite pour laquelle je voudrais fortement m’engager et ce à partir de la lecture de mon milieu et de ce qui se fait ailleurs mais adaptable à notre réalité.

 

Vous conviendriez, certainement, avec moi, Monsieur le ministre, que la démission endémique des enseignants est due, notamment, à cette absence de cohérence entre les valeurs que la hiérarchie vise à promouvoir et celles qu’elle incarne à travers son organisation et ses pratiques. Cet état de fait pousse l’enseignant à remettre en cause le système éducatif et à la longue, il finit par devenir une personne sans scrupule….. En dernier ressort, il finit par se convaincre d’une seule et unique idée ; « Après tout, le monde ne tourne pas autour de moi ; alors de quoi je me mêle ? ».

 

Mais contre toute attente, il se mobilisera volontiers dans une entreprise collégiale quand il se croit utile et qu’il lit le plaisir et la reconnaissance sur le visage de ceux qui l’entourent.

 

Cette approche systémique de la débâcle de notre enseignement, en apparence simpliste, dénote aussi d’une absence de vision éducative commune chez les principaux acteurs et d’une verticalité relationnelle génératrice d’insouciance et d’inertie.

 

Que faire alors ?

 

1- Vous n’êtes pas sans savoir, Monsieur le ministre, que les fondements de l’éducation dans les pays où la qualité est assurée sont axés sur le socioconstructivisme. La Finlande, qui développe une forme de tourisme pédagogique, pourrait, par exemple, inspirer le personnel chargé du renouveau pédagogique à mettre en œuvre une réforme adaptée à notre réalité.

 

Ceci m’amène à une deuxième proposition qui n’est pas sans moindre importance

 

2- En accordant une autonomie aux établissements, une liberté d’action aux enseignants, vous responsabiliseriez les responsables hiérarchiques en faisant d’eux de véritables managers, les enseignants de super leaders, les parents d’élèves des partenaires associés et impliqués et les élèves des acteurs de leur apprentissage. Tout est question de confiance, de libération des énergies et de leur canalisation et de plaisir dans le partage des mêmes valeurs, dans la collégialité et dans le sentiment d’utilité où chacun a quelque chose à apporter.

 

3- En proposant, à SM le Roi Mohammed VI, la création d’une Agence Nationale indépendante chargée de l’évaluation et de la confection des examens nationaux pour chaque cycle, vous mettriez fin à cette interférence dans les rôles entre le ministère et le Conseil Supérieur de l’Enseignement. Cette institution, à vocation consultative, n’est pas habilitée à faire le constat à défaut d’un diagnostic. Neutralité et rigueur obligent ! Notre système éducatif gagnerait, ainsi, en qualité, en transparence et en crédibilité.

 

Sans vouloir m’aventurer davantage dans le champ de vos compétences, je me permettrais de vous exposer un plan d’action, à titre indicatif, qui se résume en cinq points d’entrée à une école apprenante :

 

•Former un personnel pouvant assurer l’accompagnement et la démultiplication de la formation.

 

•Anticiper les problèmes en ciblant deux établissements d’expérimentation, l’un du milieu urbain et l’autre du milieu rural au niveau de chaque cycle et dans chaque délégation. Des journaux de bord de tous ces établissements, on élaborerait un guide ressources pour les enseignants et un autre guide juridique pour les chefs d’établissement sachant que la réflexion naît de l’action. Il est à préciser que le guide ressources pour les enseignants ne doit pas comporter de recettes mais plutôt des pistes de gestion des apprentissages où une grande marge de manoeuvre est laissée aux enseignants proactifs, tout en leur reconnaissant le droit à l’erreur.

 

•Créer le statut de professeur principal, pour chaque matière, chargé de booster son équipe et d’assurer le tutorat aux professeurs stagiaires. Ceci ne doit pas exonérer l’autorité compétente de l’obligation de la formation initiale et continue. Concernant la formation continue, il est préférable que ce rôle soit dévolu à la direction de chaque établissement.

 

•Instaurer un aménagement d’horaire adapté à chaque matière notamment aux mathématiques, aux langues (lecture/ production de l’écrit) et aux T I C de peur de développer une autre forme d’analphabétisme fonctionnel.

 

•Inviter les enseignants, n’ayant pas rempli leur batterie horaire annuelle, à dispenser des cours de soutien aux élèves ayant raté un module et devant passer une session de rattrapage et ce durant la période du 6 Juillet au 5 Août. Il est à rappeler que la fonction publique n’accorde qu’un mois de congé aux fonctionnaires sauf impératif.

 

Monsieur le ministre,

 

Dans un monde en constante évolution, le changement s’impose et pour le piloter, nous avons besoin d’une organisation apprenante avec une gestion de leadership, d’accompagnement et d’une compétence collégiale.

 

Dans Son message adressé au Forum arabe de l’éducation et de l’enseignement, le mercredi 2 Avril 2008, SM le Roi Mohammed VI a vu juste en utilisant « une réforme continue » et en en tirant cette conséquence « Aussi les établissements d’enseignement sont-ils constamment appelés à adapter leurs cursus et leurs méthodes de travail aux exigences de la mise à niveau de nos ressources humaines. Ils doivent également s’atteler à rehausser la qualité de leur rendement pour relever les défis de la mondialisation………….En effet, le rôle de nos écoles et de nos universités ne doit pas se limiter à l’augmentation quantitative de leurs indicateurs,……………Il leur appartient plutôt de relever le défi de la qualité…….. ».

 

Il convient de noter que mes propositions vont dans le sens de votre projet de refondation des établissements scolaires et sont le prolongement d’une étude que j’ai publiée, l’année dernière, sur le site tarbia.ma sous le titre « La bonne gouvernance : Pour une gestion des ressources humaines en éducation » et dont la partie relative à la gestion des collèges est publiée, cette année, sur le site education-developpement.org sous le titre « Pour une meilleure gestion des établissements scolaires »

 

Bien cordialement

 

Taoufiq Kouddane _ Nouveau CollègeAl Hoceima 32000

 

[email protected]

À propos Responsable de publication