Accueil / Non classé / Les eaux usées de la ville de Tiznit

Les eaux usées de la ville de Tiznit

 

LES EAUX USEES DE LA VILLE DE TIZNIT

– Le réseau d’assainissement :

Le réseau d’assainissement dont la longueur est de 150,8 km ne couvre que 85% de l’ensemble de l’agglomération. Les conduites qui sillonnent la ville s’acheminent par un seul fossé vers la station d’épuration. Ce réseau d’égouts conçu pour moins de 30.000 habitants est gravement surchargé et se détériore d’autant plus vite que l’entretien en est insuffisant.

– Traitement des eaux usées :

Depuis 1981, la ville de Tiznit est dotée d’une station d’épuration mais celle-ci est à abandonner pour les raisons suivantes :

L’équipement électronique et électrique doit entièrement être réhabilité.

Sa capacité est devenue insuffisante vu le développement urbain et l’évolution démographique de la population.

Cette station a été dimensionnée pour 10.000 usagers et extensible à 30.000. Or la population tiznitienne est passée de 22.922 en 1982 à 54.000 en 2000 et devait atteindre 73.000 en 2005 sur un rythme croissant de 4%

Sa situation à proximité immédiate des zones d’extension d’habitats projetés au nord-ouest de la médina.

– Disfonctionnement de la station d’épuration : (situation actuelle)

Il est à noter que suite à ces anomalies, la station n’a fonctionné que pendant six mois.

– Les dangers :

Aujourd’hui, les eaux usées de Tiznit sont évacuées par un lagunage naturel traversant les villages de Doutourga et Atabane : deux zones essentiellement agricoles.

– Lagunage naturel traversant les villages de Doutourgua et Atbane

Ce type de rejet a des risques sanitaires :

Il est une menace pour la santé des agriculteurs et de leurs familles par contact direct des eaux usées.

Il présente un danger pour la population qui consomme les denrées à l’état cru. Il menace la santé des habitants des villages avoisinants qui s’alimentent.

L’embouchure du réseau d’assainissement de Tiznit sur la rive du conduit apparaît des habitations.

Les différentes études ont abouti à une même constations :

Ces eaux usées constituent, d’une part, un danger permanent pour les agriculteurs qui les réutilisent et d’autre part, détruisent le milieu écologique de Tiznit : un milieu fragile qui, par sa position géographique, souffre constamment des aléas climatiques : la sécheresse, la pénurie d’eau et la désertification.

– L’impact des déchets organiques :

Les rejets organiques menacent toutes les populations qui vivent tout au long de l’embouchure du conduit notamment par :

L’impact du rejet de nitrates azotées et phosphorés qui favorisent le développement des algues dans les zones du rejet.

 

L’impact bactériologique sur les nappes phréatiques souterraines Les eaux déversées sont fortement polluées en azote, en ion ammonium et en phosphore ce qui dégagent de mauvaises odeurs.

l’impact néfaste de métaux lourds, des huiles des hydrocarbures sur la plaine de Doutourga. A cela s’ajoute l’invasion de la région par des sacs en plastique noir .

– Solutions :

Les eaux usées de Tiznit seront traitées par lagunage afin de permettre la restitution d’une eau de qualité apte à être utilisée en agriculture sans que cela ait des répercussions sur la santé des consommateurs. L’épuration de ces eaux protégera, selon les spécialistes, les nappes phréatiques avoisinantes.

À propos Responsable de publication