Accueil / Non classé / Les coopératives une réalité socio-économique

Les coopératives une réalité socio-économique

* Economie

* Une dynamique de groupe

* Valeurs

* Avenir

* International

* La toile de la coopération

* La coopération dans l’Union Européenne

* La coopération ailleurs dans le monde

Auteur : JARNI

Véritable réalité économique, la coopération répond aux préoccupations de la société d’aujourd’hui et de demain, comme elle l’a fait dans le passé. Les entreprises coopératives sont au cœur du développement économique et évoluent dans l’ensemble des secteurs d’activités.

 

Economie

En France, on compte

–  21 000 entreprises coopératives. 

–  700 000 salariés. 

–  105,19 milliards d’euros (690 milliards de F) de chiffre d’affaires. 

–  1 025,53 milliards d’euros (6 727 milliards de F) au bilan des banques coopératives.

En Europe, on recense

–  288 000 entreprises coopératives, présentes dans la quasi-totalité des pays. 

–  5 millions d’emplois.

Dans le monde, les moyens d’existence de 3 milliards de personnes (soit la moitié de la population mondiale) dépendent d’entreprises coopératives. Solidarité, indépendance, transparence, démocratie, proximité, respect des personnes, les entreprises coopératives reposent sur un système de valeurs fort et s’appuient sur la solidité de réseaux régionaux et nationaux.

En apportant une dimension humaine au cœur de l’économie, les entreprises coopératives proposent une façon originale et dynamique d’entreprendre. L’entreprise coopérative offre un fonctionnement de l’entreprise au service de la personne. Cette valeur commune à l’économie sociale est vecteur de dynamisme, d’engagement entrepreneurial et donc de réussite économique. Les coopératives sont présentes dans tous les domaines de l’économie : l’agriculture, l’artisanat, la pêche artisanale ou industrielle, le commerce, l’éducation, l’immobilier, les services, les transports, la banque et la finance.

On distingue quatre grandes familles coopératives : 

–  les coopératives d’usagers (de consommateurs, d’HLM, de copropriété). 

–  les coopératives d’entrepreneurs et d’entreprises (coopératives agricoles, artisanales, maritimes, les coopératives de commerçants, de transporteurs). 

–  les coopératives de salariés. 

–  les banques coopératives.

 

Une dynamique de groupe

Les entreprises coopératives favorisent le dynamisme des secteurs d’activités où elles sont présentes du fait de l’implication des membres dans le fonctionnement de l’entreprise.

–  L’entreprise coopérative : l’union fait sa force Dès qu’un projet commun d’entreprise naît, avec la volonté de mutualiser moyens humains, techniques et financiers de façon démocratique, la forme coopérative offre une réponse adéquate, adaptée, tournée vers l’avenir.

–  Les coopératives : des entreprises ancrées dans leur territoire. Par l’origine de leurs capitaux et de leur projet économique et social, les coopératives sont profondément enracinées dans le tissu économique local, contribuant ainsi à faire obstacle aux délocalisations et à leurs conséquences en termes d’emplois et d’activités.

–  Les coopératives : des entreprises qui travaillent dans la durée. Pour la coopérative, le temps est un allié. Grâce à l’impartageabilité de leurs réserves, les coopératives assurent leur pérennité et investissent pour les générations futures.

Les entreprises coopératives au cœur de l’innovation Loin d’être figé, le panorama coopératif s’enrichit toujours de nouvelles entreprises coopératives. Elles accompagnent les nouveaux entrepreneurs et soutiennent de nouvelles activités et de nouvelles initiatives collectives, principalement dans les TPE et les PME

 

Valeurs

Des valeurs vécues au quotidien

–  Solidarité S’organiser en entreprise coopérative, c’est associer des personnes, des entrepreneurs, à la fois clients, fournisseurs et associés, qui mettent en commun leurs moyens, s’obligent les uns les autres, pour assurer leur pérennité : c’est dans cette solidarité quotidienne que réside le sens de l’association coopérative. 

–  Démocratie, indépendance et transparence Les sociétaires des entreprises coopératives participent à la prise de décision selon le principe « une personne = une voix », quelque soit le capital apporté, favorisant l’indépendance financière de l’entreprise. 

–  Équité Les entreprises coopératives organisent la production de biens et de services au profit de tous leurs membres. 

–  Partage Les membres des entreprises coopératives (salariés, producteurs, usagers, fournisseurs, sociétaires-clients, etc.) reçoivent de la coopérative une juste rémunération liée aux activités qu’ils apportent. 

–  Proximité Par leur capacité d’action locale et leur ancrage sur le territoire, les entreprises coopératives sont de véritables partenaires du développement des régions.

 

Avenir

Les coopératives…

… des entreprises d’avenir…

Pour assurer sa pérennité, l’entreprise coopérative doit s’ouvrir sur son environnement et appliquer les règles propres à toute entreprise, tout en restant fidèle à ses valeurs. Concurrentielles, les entreprises coopératives s’adaptent et répondent aux besoins du marché en perpétuelle évolution. Elles investissent naturellement dans tous les secteurs, y compris dans ceux dits porteurs, tels que celui des nouvelles technologies : les e-coopératives se multiplient.

Pour faire face à la mondialisation des marchés, les entreprises coopératives ont su se restructurer, se renforcer, se développer en constituant des groupes qui englobent parfois des sociétés de statuts différents. Ces rapprochements permettent de résister à la concurrence et d’occuper un nouveau positionnement stratégique sur les marchés.

Des entreprises à dimension européenne : les stratégies des entreprises coopératives prennent de plus en plus une dimension européenne, prenant en considération le marché européen et les perspectives de l’élargissement de l’Union européenne à des pays où la coopération est en pleine mutation.Les entreprises coopératives œuvrent pour que l’Union européenne reconnaisse le statut de la société coopérative européenne afin de permettre leur développement et l’élargissement de leurs activités.

… à l’écoute de la société

La société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), actuellement en phase de lancement, vise à rassembler salariés, usagers, bénévoles et financiers publics ou coopératifs, dans une même structure pour organiser et produire des services bien adaptés aux activités de proximité et d’utilité sociale (services à la personne, protection de l’environnement, etc.). Les coopératives d’activités et d’emplois, dont plusieurs ont déjà vu le jour, réparties sur toute la France, sont au service des micro-entrepreneurs, pour les accompagner, consolider et pérenniser leurs démarches créatives. Les coopératives agricoles sont à la fois au cœur des marchés de l’agro-alimentaire et au cœur des territoires. Elles ont créé Agri-confiance®, devenue norme AFNOR, pour garantir la traçabilité et la qualité de leurs produits et de leurs services. Par la relation spécifique entretenue avec les agriculteurs qui sont à la fois leurs sociétaires, fournisseurs et clients, les coopératives agricoles ont naturellement vocation à développer la démarche d’une agriculture raisonnée.

Le bilan sociétal, récemment lancé, est un outil d’évaluation qualitatif des actions de l’entreprise, qui devrait progressivement concerner toutes les familles coopératives.

Grâce aux coopératives HLM, les ménages sont accompagnés et relogés s’ils doivent abandonner l’acquisition de leur habitat. Celles-ci développent depuis plusieurs années, une accession sociale à la propriété « sécurisée ».

Tous les groupes bancaires coopératifs suscitent et soutiennent, dans des démarches citoyennes, les initiatives individuelles et associatives de lutte contre l’exclusion, de renforcement de la cohésion et de la valorisation du patrimoine. Ils sont fortement impliqués dans des actions concrètes de soutien à la vie locale dans ses aspects économiques, sociaux et culturels. Ces réseaux mettent en œuvre des actions et des outils innovants pour les structures d’insertion par l’économique. Enfin, ils conçoivent et gèrent des produits de placements dits « solidaires », dont certains ont reçu le label « Finansol ».

 

International

Les coopératives : une réalité internationale

Il est une réalité de la coopération parfois méconnue : il existe des coopératives dans la quasi- totalité des pays du monde, sur tous les continents. La coopération n’est pas un fait isolé, limité à quelques pays, c’est un mouvement mondial important. Dans le monde, les moyens d’existence de 3 milliards de personnes dépendent d’entreprises coopératives. Les coopératives fournissent 100 millions d’emplois, 20% de plus que le nombre d’emplois dans les multinationales. D’après les estimations des Nations Unies, la vie de la moitié de la population de la planète dépend significativement des entreprises coopératives.

Quelles que soient leur taille, leur activité, leur origine, les coopératives partagent les mêmes valeurs(1) et se retrouvent dans les principes coopératifs définis par l’Alliance Coopérative Internationale (ACI) dans la Déclaration sur l’Identité Coopérative Internationale. Cette dernière défend depuis 1895, année de sa création à Londres, les principes et valeurs coopératifs au niveau international, réaffirmés en 1995 à Manchester.

Forte de ses 230 organisations membres présentes dans plus de 100 pays et représentant 760 millions de personnes, l’ACI a été l’une des premières organisations non-gouvernementales à obtenir un statut consultatif auprès des Nations Unies et auprès de son Comité Economique et Social (ECOSOC). Elle entretient aussi des relations étroites avec le Bureau International du Travail (BIT), qui se sont concrétisées, notamment, par l’adoption en juin 2002 de la Résolution 193 (promotion des coopératives) du BIT, et la conclusion en février 2004 d’un protocole d’accord entre les deux organisations pour le renforcement de la coopération et de l’échange d’informations. La liste des activités et contacts entretenus par l’ACI avec les organismes spécialisés des Nations-Unies et autres organisations internationales (Banque mondiale, Codex Alimentarius, Organisation Mondiale pour la Santé) est longue, et reflète l’étendue du champ d’activités développées par les coopératives. Peu d’organisations ont en effet la capacité d’intervenir aussi bien sur des questions d’accès au financement des entreprises, d’agriculture, de logement, de commerce, de santé, etc.

 

La toile de la coopération

La coopération internationale tisse sa toile. Nous vous proposons une sélection de sites pour découvrir la coopération dans d’autres pays, sur d’autres continents. Cette liste, non exhaustive, sera progressivement enrichie. N’hésitez pas à nous faire connaître les sites susceptibles d’y figurer : [email protected].

 

La coopération dans l’Union Européenne

Ci-après, nous vous proposons des sites d’organisations nationales coopératives transversales avec lesquelles le GNC est en relation : 

–  www.legacoop.it 

–  www.confcooperative.it 

–  www.co-op.co.uk 

–  www.cepes.es

 

La coopération ailleurs dans le monde

 –  Site de l’alliance coopérative internationale www.ica.coop / www.coop.org 

Langues : anglais, français, allemand, espagnol, suédois, portugais. Incontournable ! L’actualité de la coopération internationale, un espace dédié aux enfants, des liens, etc. 

–  Site du conseil de la coopération du Québec, carrefour des réseaux de coopératives 

www.coopquebec.qc.ca 

Langue : français 

Nos amis québécois sont très actifs dans le domaine de la coopération : découvrez en quoi à travers ce site.

 

Source : www.entreprises.coop

À propos Responsable de publication