Accueil / Non classé / Les bennouri (e) s àl’honneur : Sa Majesté le Roi a visité leur ville pour inaugurer plusieurs projets

Les bennouri (e) s àl’honneur : Sa Majesté le Roi a visité leur ville pour inaugurer plusieurs projets

 

Auteur : Abderrazak MAZINI

La ville de Sidi Bennour et ses habitants ont eu l’insigne honneur d’accueillir Sa Majesté Le Roi. Il semble selon les historiens que c’est la première visite effectuée par un souverain à cette contrée. Malgré les intempéries, notre Auguste Roi a tenu à s’enquérir des conditions de vie de cette région restée en marge du développement que connaît notre pays. Elle souffre, selon les statistiques officielles, des taux les plus élevés d’analphabétisme, de déperdition scolaire, de chômage et de pauvreté. Malgré un climat non clément, les citoyens de Sidi Bennour et communes environnantes, sont sortis nombreux pour applaudir la visite de Sa Majesté. Les projets présentés au Souverain concernent les axes ci-dessous :

1)Mise à niveau de la ville de Sidi Bennour

1.1 Amélioration des conditions de vie des habitants des bidonvilles de Sidi Bennour

Le programme vise la création et l’amélioration des infrastructures et équipements de base, la généralisation de l’accès à l’eau potable et à l’électricité. Dans le même cadre, la ville de Sidi Bennour bénéficiera d’autres projets dont ceux portant sur l’aménagement urbain, le renforcement des équipements publics et socioculturels et la protection de l’environnement (+22 MDH). Il s’agit aussi de l’aménagement d’un parc urbain et d’une décharge contrôlée, le renforcement de voirie et la création d’une ceinture verte.

1.2 Lutte contre les bidonvilles

Le programme du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’espace prévoit une enveloppe de 78 millions dirhams. Le programme bénéficiera à 4 quartiers, d’une population de plus de 12.000 personnes réparties sur 2 517 familles, soit 27 % des habitants de la ville.

La ceinture des bidonvilles constitue pour la Ville de Sidi Bennour un défi qu’il faut relever d’urgence. On ne peut en effet penser à améliorer le cadre de vie des habitants de Sidi Bennour lorsque 27% de ses habitants sont cloîtrés dans des baraques. On prévoit à cet égard un budget de 7 millions de dirhams pour le relogement de 12.000 personnes. Faut-il rappeler que la même objectif a été prévu dans le programme « Villes sans bidonvilles ». Il y était question en 1995, dans le cadre d’un partenariat multipartite entre le Ministère de l’Habitat et diverses collectivités locales, de terminer vers 2007 le relogement de tous les bidonvillois des douars El Abdi, Lfatmi et Lkaria. (consulter ) http://www.eljadida.ma/actualite_news_el_jadida/article.php ?id_article=1459 ) Depuis lors, non seulement on n’a pas éradiqué les bidonvilles, mais les baraque se sont multipliées, avec leurs lots de précarité et criminalité. En 2008, on reprend le même projet et on recommence. Cette fois-ci les engagements sont pris devant Sa Majesté le Roi, et le projet doit être plus transparent (qui ? fera quoi ? avec quoi ? et quand est-ce que ?). On ne peut plus décevoir les espoirs de ses populations pour sortir d’un cadre de vie déplorable.

2) L’initiative Nationale de développement humain

Par la même occasion, le Souverain a visité un stand où sont exposés des produits d’activités génératrices de revenus, programmées dans le cadre de l’INDH, et dont bénéficient les coopératives locales. Ces projets portent notamment sur la création d’une unité pour l’insémination artificielle au profit des éleveurs de bovins à la commune Ouled Ghanem (320.000 DH), l’acquisition de ruches pour l’apiculture et la production de miel au profit de la coopérative « Achifae », au centre Lâounate (241.000 DH), l’acquisition au profit de diverses Associations d’Azemmour (sic) d’équipements, dont trois machines modernes pour la menuiserie en faveur de la coopérative « Kounouz » (377.000 DH), et l’acquisition de machines à coudre au profit de l’Association « Annahda » et la coopérative « Oum Rabie » (191.000DH).

Les stands, les maquettes et les fiches de projets présentés à Sa Majesté ont été nombreux, diversifiés et prometteurs pour le développement humain. Ils soulèvent néanmoins quelques remarques.

Les chantiers de la mise à niveau de Sidi Bennour sont des plus urgents pour améliorer le cadre de vie des populations de cette contrée, pôle de développement de la Région. Les promesses des responsables locaux et les élus n’ont pas toujours été traduites dans la réalité, ce qui a nourri un sentiment de scepticisme chez les populations. Cette fois-ci, à l’occasion de la visite royale, les promesse ont été pris devant Sa Majesté le Roi, ce qui rend les maîtres d’ouvrage plus responsables de leurs engagements. Les espaces verts ont été rongés par de multiples constructions, sans aucune vision globale d’aménagement urbain ; les infrastructures de base, telles les chaussées, les canalisations, les jardins publics (un seul dans piteux état) etc…, nécessitent une mise à niveau urgente. La dégradation de l’environnement (les émanations de l’usine sucrière, la pollution des nappes phréatiques, la destruction d’espaces verts, etc) a atteint un niveau tel qu’il risque de compromettre à l’avenir la mise en œuvre de tout chantier de développement humain. On projette, entre autres, l’aménagement d’un parc et d’une décharge contrôlée ( ?), le renforcement de la voirie et la création (ou plutôt la restauration) d’une ceinture verte. Les intentions sont sûrement bonnes, mais Il y a lieu dans tout cela de déterminer le maître d’ouvrage de chaque chantier, les acteurs impliqués (de la municipalité, des conseils régionaux et provinciaux, de l’Etat), des modalités et montants de leurs contributions, le timing de réalisation, etc. Il y va de la crédibilité des engagements pris devant le Souverain. On doit mettre un terme au scepticisme des bennouris (e) s pour obtenir leur adhésion à la mise en œuvre de ces projets.

S’agissant de l’INDH, et selon les statistiques officielles, la part des populations de Sidi Bennour et communes environnantes reste maigre. Il est regrettable à cet égard que les responsables locaux et associations locales ne soient pas à la hauteur des espoirs du Souverain pour monter, faire adopter et suivre la mise en œuvre de projets éligibles au financement de cet instrument de développement cher à Sa Majesté le Roi qu’est l’Initiative Nationale de Développement Humain.

Signé Le v/Président de l’ASBR

À propos Responsable de publication