Accueil / Education / L’éducation de base des ruraux pauvres nécessite 1,64 milliard de dollars par an

L’éducation de base des ruraux pauvres nécessite 1,64 milliard de dollars par an

 

Pour couvrir les besoins en éducation de base des populations rurales dans les pays à faible revenu, il faudrait que les bailleurs de fonds déboursent, chaque année, un milliard 640 millions de dollars, a déclaré M. Alexander Müller, Sous-Directeur général de la FAO, au cours d’une réunion internationale sur l’éducation.

La FAO, l’Unesco, d’autres agences des Nations Unies et des représentants de la société civile et des bailleurs de fonds participent à cette réunion.

M. Müller, qui dirige le Département du développement durable de la FAO, a souligné que l’aide extérieure était requise de toute urgence pour plus de 94 millions d’enfants ruraux qui ne sont pas scolarisés. Il a, d’autre part, invité la communauté internationale à trouver des solutions au problème de la disparité entre l’éducation rurale et urbaine.

Pour atteindre à la fois les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et l’objectif de l’Education pour tous, il faudrait que les gouvernements et les bailleurs de fonds investissent davantage pour l’éducation en milieu rural.

Aujourd’hui, un peu plus de la moitié de la population mondiale vit dans les zones rurales. Dans les pays en développement, où l’éducation est vitale pour réduire la pauvreté, les ruraux continueront de former la majeure partie de la population au cours des prochaines décennies, selon la FAO.

Vivre en zone rurale dans un pays pauvre est souvent synonyme de pauvreté, de faim et d’illéttrisme. La proportion d’enfants non scolarisés dans les zones rurales est presque le double de celle qui prévaut dans les zones urbaines. Ces enfants ruraux rejoindront, pour la plupart, les rangs de la prochaine génération d’adultes illettrés et pauvres.

« Les populations rurales ayant bénéficié d’une éducation de base sont davantage portées à adopter de nouvelles technologies, améliorant ainsi leur productivité. Elles peuvent s’adapter plus facilement aux changements, améliorer leurs moyens d’existence et renforcer la parité hommes-femmes tout en jouant un rôle actif au plan de la citoyenneté », a affirmé M. Müller.

Une initiative mondiale

La réunion, organisée par le Groupe de travail international sur l’éducation, est hébergée par la FAO dans le cadre du partenariat mondial pour l’éducation des populations rurales qui avait été lancé par la FAO et l’Unesco lors du Sommet mondial sur le développement durable (Johannesburg, 2002).

L’objectif de cette initiative, qui s’appuie sur la recherche en matière d’interaction entre éducation, savoir-faire et développement agricole et rural, est de permettre aux populations rurales de devenir des acteurs complétement intégrés dans le processus de développement.

Actuellement, ce partenariat mondial, dont la FAO est le chef de file, se focalise sur la formation des capacités nationales en vue de relever le défi de l’éducation pour les populations rurales. Source :www.fao.org

À propos Responsable de publication