Accueil / Non classé / Le système éducatif Marocain

Le système éducatif Marocain

Auteur : LAMIRI Mustapha

 

Un enseignement de qualité et bien orienté est la seule garantie d’un bon avenir pour nos enfants. Pour cela, le système éducatif Marocain doit être divisé en 3 courants majoritaires :

 

1) Les écoles publiques

 

Le programme sera établi et contrôlé par le Ministère de l’Education.

 

Il en est de même pour les diplômes exigés pour les enseignants et le nombre d’élèves dans chaque classe. L’enseignement des cultures arabo-musulmane et amazigh y sont également obligatoires, mais seulement comme matières à connaître, sans implications forcées sur le mode de vie.

 

L’enseignement sera gratuit jusqu’au baccalauréat et comprend :

 

*  une année de maternelle obligatoire : 5 à 6 ans. 

*  six années d’école primaire : 6 à 12 ans. 

*  trois années de collège : 12 à 15 ans. 

*  trois années de lycée : 15 à 18 ans.

 

2) Les écoles publiques religieuses

 

Même programme qui sera contrôlé par deux Ministères, le Ministère de l’Education et celui des Habous et des Affaires islamiques. Mêmes avantages financiers et même organisation. Par contre l’enseignement religieux : Coran, culture arabo-musulmane, culture amazigh et fêtes, y est plus poussé. Les enfants seront initiés à la pratique religieuse conformément à la doctrine malikite et cela pour affronter les autres doctrines qui ne conviennent pas à notre patrimoine socioculturel. Par ailleurs, ces écoles ont pour but la formation et l’encadrement des imams, des spécialistes dans le domaine du dialogue interreligieux et d’autres cadres.

 

3) Les écoles indépendantes

 

La raison de leur création va varier beaucoup. Certaines seront spécialisées, les parents désirant une école tournée vers tel ou tel programme : sport, musique, méthodes modernes. Dans ces écoles privées, les programmes, la qualification des enseignants, la discipline, ne seront plus sous contrôle du Ministère de l’Education. Les parents et les enseignants seront seuls responsables. Certaines de ces écoles privées seront reconnues partiellement par l’Education nationale.

 

Pour distinguer les unes des autres pour chaque type (publiques, publiques religieuses ou indépendantes) et selon des critères bien déterminés, les écoles citées précédemment doivent recevoir des étoiles… comme les hôtels ! Une, deux, trois ou quatre étoiles selon les résultats obtenus. Il y a des écoles pour les surdoués qui perdraient leur temps et même leur talent dans des écoles ordinaires. D’autres écoles s’adaptent à des quartiers avec une population dont les parents ne sont pas à même de soutenir les enfants. Les enseignants se mettent au service des enfants, s’adaptant autant que possible à leur niveau pour les faire progresser. Les parents peuvent choisir jusqu’à un certain point dans quelles écoles ils désirent mettre leurs enfants. Les écoles indépendantes ayant parfois un niveau supérieur sont très cotées par les parents ayant suffisamment d’argent pour y mettre leurs enfants. Là encore, la situation économique familiale intervient pour l’avenir de la jeunesse. Dans ce cas, les familles nécessiteuses doivent bénéficier de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain pour la gratuité de l’inscription et des dons de cartables, des cahiers, des livres scolaires…..etc.

 

Enfin, il ne faut pas marginaliser les enfants handicapés ou ayant des difficultés psychologiques ou sortant d’un milieu défavorisé. Dans certains établissements les élèves ce genre d’enfant doivent s’initier au jardinage, à l’équitation, ou prendre en charge des animaux domestiques. Les enseignants, très attentifs à chacun, sont formés pour un travail pédagogique spécialisé.

À propos Responsable de publication