Accueil / Actualités / Le système de valorisation locale levier de développement local et gage d’une bonne gouvernance locale. Plaidoyer pour une qualification territoriale protégée des produits d’origine géographique

Le système de valorisation locale levier de développement local et gage d’une bonne gouvernance locale. Plaidoyer pour une qualification territoriale protégée des produits d’origine géographique

Le territoire est avant tout une source  de prodigalités et un réceptacle de vie, innervé par des pratiques et savoir- faire ancestraux qui permettent de répondre aux besoins de la population locale. A l’état originel Il peut être une contrée perdue, désertée, et inexploitée, est demeure dans un  état d’inertie économique, mais une fois pris en charge et aménagé à des fins économique et social  il devient alors à la fois sujet et objet et support de développement humain.

Il s’agit pour les décideurs et les aménageurs de prendre conscience du potentiel d’un territoire, et des possibilités qu’il offre en termes d’itinéraires de développement, alors apparaît le rôle des praticiens qui proposent des « politiques de développement territorial ». Ce premier scénario s’avère le plus classique, mais pas aussi naturel que celui qui met en évidence les potentialités de ce même territoire, sous l’influence des mécanismes et des lois de l’économie de marché qui a segmenté, cristallisé et ensevelie bien d’autres…

A Guelmim il existe un potentiel naturel et humain  non des moindres, notamment  de plantes et de ressources endémiques qui parsèment  ses champs et ses  montages : cactus, euphorbe, et PAM. Pour exemple le cactus constitue une ressource locale importante sur la seule province de Guelmim, qui peut être valorisé dans le cadre d’un cycle de production locale agro-industriel. Il peut être transformé en plusieurs produits (confiture, jus,  aliment de bétail, ou en huile à usage cosmétique) et  éventuellement être écoulé dans le marché national et international. Cet exemple constitue un créneau  parmi une multitude de possibilité de valorisation.

Problématique : Néanmoins  ce potentiel est resté plusieurs années en l’état brut, inexploité, et vainement valorisé ; hormis quelques  actions  ponctuelles de vente directe du fruit et son écoulement au niveau local, sa transformation est devenue l’apanage de programme de développement initié par l’Etat soit à travers l’action de l’INDH ou les agences de développement. Pour que ce potentiel naturel puisse être exploité dans le cadre d’un processus de production intense et être disponible dans les étalages des espaces commerciaux, il faudra plusieurs années pour cela. Certes il existe des produits de terroir en quantité modeste et en qualité à améliorer, mais il n’en demeure pas moins que la demande du marché reste  faible  et qu’un effort d’amélioration de la qualité est nécessaire pour concurrencer les produits agro-alimentaire.

 

  1. Said SAHLI

Chercheur en économie de proximité et développement territorial.

 

  1. Mohamed MAAYOUF

Doctorant en Communication

Université Mohamed Premier

Oujda.

Télécharger les pièces jointes