Accueil / Non classé / Le rapport alarmant de l’Unicef sur la situation des enfants au Maroc

Le rapport alarmant de l’Unicef sur la situation des enfants au Maroc

Le CNDH et l’Unicef ont présenté le 2 avril au siège du CNDH à Rabat le rapport de l’Unicef sur la situation des enfants. S’il met en évidence les progrès réalisés au profit des enfants au Maroc, il ne manque pas de pointer du doigt les inégalités entre urbain et rural.

Intitulé « Chaque enfant compte, dévoiler les disparités, promouvoir les droits de l’enfant », le rapport analyse, chiffres à l’appui, les réalisations à l’échelle mondiale en matière de droit de l’enfant et répond à plusieurs questions sur la situation des enfants dans tous les pays.

Des enfants ne fêteront jamais leur cinquième anniversaire

La première question abordée par le rapport est le taux de mortalité des moins de 5 ans, qui est « l’un des indicateurs les plus importants du bien-être des enfants », selon l’Unicef. Le Maroc est 72e dans le monde avec un taux de 31 pour mille en 2012. Un phénomène en baisse puisqu’en 1990, ce taux était de 80 pour mille au Maroc. Plus précisément, le nombre de décès des moins de 5 ans a été de 23.000 en 2012.

Les pays où ce phénomène est le plus alarmant sont le Sierra Leone (182 pour mille), l’Angola (164) et le Tchad (150). A contrario, en Islande et au Luxembourg, le taux de mortalité des moins de 5 ans est le plus faible dans le monde avec 2 décès pour mille.

Pour ce qui est de l’utilisation de sources d’eau potable améliorées en 2011, le rapporte informe que 82% des Marocains y ont accès : 98% en milieu urbain et 61% en milieu rural.

Quant à l’utilisation d’installations sanitaires améliorées, 70% des Marocains y ont accès : 83% en milieu urbain et 52% en milieu rural.

Disparités dans l’éducation

Le rapport se penche également sur la question de l’éducation, et nous apprend que concernant le taux d’alphabétisation des jeunes (15–24 ans) entre 2008 et 2012, il est de 89% chez les garçons et 74% chez les filles.

Pour ce qui est du taux de participation à l’école secondaire pour la même période, il est de 39% chez les garçons et 36% chez les filles.

Travail des enfants et mariage des mineurs

Combien d’enfants doivent travailler ou sont mariés ? Le rapport y apporte une réponse en précisant qu’entre 2005 et 2012, 9% des garçons mineurs marocains travaillaient, contre 8% de filles. Entre 2005 et 2012, 3% des filles des moins de 15 ans ont été mariées.

Par ailleurs, le rapport souligne que plusieurs naissances ne sont pas enregistrées et que par conséquent, ces enfants ne bénéficient pas d’une identité officielle et des droits qui en découlent.

Des naissances non enregistrées

Au Maroc, 97% des naissances sont enregistrées en milieu urbain, contre 91% en milieu rural. Concernant les naissances assistées par du personnel soignant qualifié, elles sont de 92% en milieu urbain et 55% en milieu rural.

A noter que ce rapport a été édité à l’occasion du 25ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant.

Source