Accueil / Non classé / Le Rapport 2005 de l’Etat de la Campagne du Sommet du Microcrédit

Le Rapport 2005 de l’Etat de la Campagne du Sommet du Microcrédit

 

Les Objectifs du Millénaire pour le Développement peuvent être atteints d’ici 2015, à condition de s’écarter des pratiques habituelles et d’accélérer et d’intensifier immédiatement et de façon spectaculaire l’application des mesures : Kofi Annan, Secrétaire Général des Nations Unies

Huit ans avant que ces mots ne soient insérés dans le Rapport Mondial sur le Développement Humain 2005 publié par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), plus de 2900 personnes provenant de 137 pays se sont retrouvées à Washington D.C. pour participer au Sommet du Microcrédit-un sommet organisé par les membres de la société civile qui s’engageaient solennellement à ne pas se contenter d’opérer comme ils en ont l’habitude et, au contraire, dès aujourd’hui, à accélérer et accroître rapidement leurs actions. Les délégués du Sommet du Microcrédit de 1997 lancèrent une campagne audacieuse pour desservir 100 millions de personnes parmi les familles les plus pauvres du monde, particulièrement les femmes, avec des crédits pour des activités économiques indépendantes et d’autres services commerciaux et financiers, d’ici l’année 2005.

Ainsi, le Sommet 1) brisait avec la tradition qui consistait à exclure les pauvres de l’accès aux services financiers, 2) brisait avec la tradition qui consistait à exclure les plus pauvres du développement international et 3) s’engageait à accélérer rapidement et augmenter significativement leur action. Ce rapport résume les progrès faits pour atteindre l’objectif de desservir 100 millions des plus démunis ainsi que les obstacles rencontrés.

Cette Campagne apporte beaucoup d’espoir pour ceux qui oeuvrent pour l’accomplissement des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), avec particulièrement l’objectif de réduire de moitié la pauvreté absolue d’ici 2015.

Au 31 Décembre 2004, 3.164 institutions de microcrédit ont rapporté qu’elles desservaient 92.270.289 clients, dont 66.614.871 faisaient partie des plus pauvres lorsqu’ils ont souscrit leur premier emprunt. Si l’on estime qu’il y a en moyenne cinq personnes par famille, les 66,6 millions de clients les plus pauvres desservis à la fin de 2004 ont affecté près de 333 millions de personnes, membres des familles de ces clients.

Afin de desservir 100 millions de familles parmi les plus pauvres d’ici la fin de l’année 2005, la Campagne requiert un taux de croissance de 38,1 pour cent par an à partir de son point de départ qui représentait, à la fin de 1997, 7,6 millions de familles parmi les plus pauvres desservies. La croissance globale de la Campagne, qui s’élève à 776 pour cent entre 1997 et 2004, représente aujourd’hui un peu plus de 36 pour cent en moyenne par an.

Cette année, la Campagne fut capable de vérifier les données de 330 institutions, ce qui représente 58.450.926 familles parmi les plus pauvres, soit 87,7 pour cent du total des familles les plus pauvres rapportées. Une liste complète des institutions ayant été vérifiées cette année se trouve en Annexe I du rapport.

Les prêts à ces 66,6 millions de clients parmi les plus pauvres affectent au total 333 millions de personnes. Cela représente un total égal à l’ensemble combiné de la population de Grande Bretagne, de France, d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne, des Pays-Bas, de Suisse et de Norvège, mais leurs vies sont très différentes des citoyens de ces pays.

Pour consulter le rapport, veuillez vous rendre sur le lien suivant : www.microcreditsummit.org

 

Source : www.lamicrofinance.org

À propos Responsable de publication