Accueil / Non classé / Le Maroc se repositionne pour reprendre sa place de leader dans la région.

Le Maroc se repositionne pour reprendre sa place de leader dans la région.

 

Doté d’une situation stratégique économique et commerciale, à la croisée des deux continents, Afrique et Europe, le Maroc a occupé dès l’aube de l’histoire une place prépondérante dans la région, méditerranéenne et dans le sud. Ce pays d’Afrique du Nord était déjà une plate forme de libre échange et de zone franche et a joué le trait d’union entre les commerçants du Sud et ceux du Nord, pendant les périodes romaines, phénicienne, grecques, bézantine …, etc.

Grâce à Sijilmassa aux portes du désert, à Taroudant au Sud, à Essaouira sur l’Atlantique et à Marrakech au centre, Al Maghrib Al Aqsa avait connu un grand essor dans le monde de l’économie, puisque ces points de rencontres constituaient la plateforme des échanges internationaux sans contestations. Les commerçants, venus de partout y transitaient. L’or, le sel, la soie, et des vivres de toutes sortes et de toutes nature transitaient par ces points stratégiques de commerce international.

Et donc, ce n’est pas un hasard si le gouvernement, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohamed VI, accorde une importance capitale aux échanges internationaux, aux investissements étrangers, au libre échange, à la création de la zone Franche, mais cela est né d’une ancienne tradition qui doit renaître et reprendre sa voie normale.

Les infrastructures et les multiples chantiers que connaissent toutes nos villes, aujourd’hui, s’inscrivent dans cette stratégie de mise à niveau de l’économie nationale, à même d’améliorer les conditions de vie des citoyens et de répondre à l’appel de la stratégie de l’initiative nationale pour le développement humain, lancée par Sa Majesté le Roi en 2005. Cette stratégie vise la valorisation du capital humain, principal levier de l’économie nationale.

Le lancement des chantiers de grande importance dans les grandes métropoles : Tanger, Rabat, Marrakech, Agadir, et Casablanca, n’a de chance que de placer le Maroc à la tête de ses voisins il en est de même pour l’amélioration des conditions de ses citoyens, à leur liberté et au repositionnement de son économie, au niveau régional et mondial.

Tanger, porte de l’Afrique vers l’Europe et de l’Europe vers l’Afrique, vit aujourd’hui tout un état de changement de structure urbanistique, ce qui ne tardera pas à en faire une ville phare dans la région. Son nouveau port, dont l’ouverture est prévue pour 2007, drainera à lui seul des investissements énormes et créera, à coup sûr, de nombreux postes de travail. D’ailleurs déjà, avec les chantiers ouverts, le nombre de jours de travail va augmenter, ce qui soulage un nombre important de familles.

Les nouveaux chantiers lancés, par Sa Majesté Le Roi Mohamed VI, depuis le 16 janvier 2006, viennent augmenter les possibilités de travail et redonne plus d’espoir à la région qui pourra être promue ville pilote du développement des économies locales durables, et de la promotion de l’emploi.

Nous devons donc tous nous féliciter pour ces grands élans socio-économiques que vivent nos régions aujourd’hui.

Salah Chakor.

À propos Responsable de publication