Accueil / Non classé / Le Maroc prépare sa Charte “verte” pour 2010

Le Maroc prépare sa Charte “verte” pour 2010

 

Le Maroc envisage de dévoiler l’an prochain une charte de l’environnement destinée à réglementer la gestion des déchets liquides et solides dans tous les secteurs publics et privés, tout en préservant les ressources et les espaces naturels.

“La protection de l’environnement est un investissement sur le long terme, et tous les acteurs, à commencer par les milieux industriels, doivent y adhérer”, a déclaré l’économiste Mohammed Grine à Magharebia jeudi 24 septembre, ajoutant que les pollueurs devront s’acquitter de “taxes vertes’, ce qu’ils n’ont jamais fait auparavant.”

Ce projet de rédaction de charte, qui sera publiée en mars 2010, a été au départ promu par le Roi Mohammed VI. Le souverain a présidé jeudi une réunion avec des responsables du gouvernement sur le sujet.

Selon les chiffres du ministère du Commerce et de l’Industrie, le coût des dégâts occasionnés à l’environnement se situerait aux alentours de 8 pour cent du PIB annuel du Maroc.

Cette charte permettra d’assurer que tous les projets respectent des normes respectueuses de l’environnement, apportant “la preuve de la volonté du Maroc d’adhérer à une politique progressiste visant à réconcilier les impératifs du développement socio-économique et la préservation de l’environnement et le développement durable”, selon un communiqué du ministère du Commerce publié le jour de la réunion.

Cette charte vise à rattraper le temps perdu en matière de gestion des eaux. Selon l’agence gouvernementale responsable de l’eau et de l’environnement, le Maroc produit plus de 750 millions de mètres cubes d’eaux usées chaque année, sur lesquels seulement 100 millions de mètres cubes sont traités et une très faible quantité de 10 millions sont réutilisés. Aux termes de cette nouvelle charte, l’objectif est de recycler plus de 96 pour cent des eaux usées. Les eaux ainsi traitées seront utilisées pour irriguer les espaces verts et les terrains agricoles.

Abdelkébir Zahoud, chargé des questions de l’eau et de l’environnement pour le gouvernement, a expliqué à Magharebia que le gouvernement ouvrira un débat sur cette charte aux niveaux régional et national, et organisera une consultation dans tout le pays pour collecter les opinions. Les conventions signées avec les seize régions du pays permettront prochainement au gouvernement de mettre en place un observatoire de l’environnement dans chacune d’elles, qui publiera des rapports annuels sur l’environnement, assurera le suivi de la situation écologique et traitera les problèmes.

Cette charte couvrira la création de sites d’élimination des déchets, le traitement et le recyclage des eaux usées, le classement des espaces ouverts tels que les forêts, la lutte contre la pollution de l’air, et la préservation des réserves naturelles.

Le secteur industriel devra également se conformer à cette charte.

Le gouvernement adoptera le principe du “pollueur-payeur” pour encourager le secteur de l’industrie à procéder aux ajustements écologiques nécessaires dans ses pratiques, selon le communiqué du ministère du Commerce. Les responsables travailleront en étroite collaboration avec ce secteur pour fixer des limites à la production des déchets liquides, qui seront introduites d’ici 2013.

“Nous allons certainement entendre des voix s’élever contre l’augmentation des coûts de production”, a déclaré M. Grine. “Mais nous devons introduire ces mesures, afin que les industries paient en fonction de leur contribution à la détérioration de l’environnement.”

“La nécessité de la protection de l’environnement est plus pressante que jamais au Maroc”, a déclaré la parlementaire Fatima Moustaghfir. Elle a souligné tous les aspects de ce programme pour l’environnement et affirmé que les efforts doivent commencer avec la création de parcs publics, la mise en place de mesures de propreté et de toilettes publiques.