Accueil / Actualités / Le Forum mondial des droits de l’Homme qui vient de clôturer ses travaux ce dimanche à Marrakech a-t-il réellement tenu ses promesses?

Le Forum mondial des droits de l’Homme qui vient de clôturer ses travaux ce dimanche à Marrakech a-t-il réellement tenu ses promesses?

En parcourant la chronologie des événements de cette grand-messe, organisée pour la première fois en terre arabe et africaine, on constate que les différentes thématiques débattues par les 7.000 conférenciers ont cerné tous les volets liés à la question des droits de l’Homme. Après quatre jours de débats et d’échanges autour des principales thématiques des droits humains dans le monde, l’heure est au bilan.   En tout, les experts, chercheurs, universitaires, décideurs et acteurs associatifs venus de 95 pays ont enrichi les débats de cette manifestation et les 160 activités associatives, sportives, culturelles et de formation initiées partout dans la cité ocre. La couverture médiatique de ce rendez-vous mondial a été assurée par 397 journalistes représentant les médias de plus de 20 pays, abordant ainsi les thèmes traités sous différents angles et selon des lectures spécifiques à chaque support. Tout le monde y a trouvé son compte. Les grandes thématiques mondiales ont particulièrement été nourries par les discussions au sein d’ateliers thématiques et autres réunions organisées en marge du FMDH, et qui font l’objet de rapports de synthèse comportant des recommandations et des propositions concrètes.

Aucun sujet ne fâche La femme n’est pas en reste. Le Forum de Marrakech a ainsi activement

participé aux préparatifs du 20ème anniversaire de la Déclaration et du programme mondial d’action Beijing+20 sur les droits de la gente féminine. Des thématiques dédiées aux questions de parité et d’égalité, de violences de genre, de leadership féminin, ont fait l’objet d’intenses échanges de la part des participants, qui ont également animé la discussion mondiale autour des objectifs de développement post-2015. 

Les questions de migration ont de même été fortement présentes. Les conférenciers n’ont pas manqué de plaider pour une nouvelle gouvernance internationale en matière de gestion des flux migratoires et des droits des réfugiés et de l’asile.
 
A quelques mois de l’ouverture de la 21ème conférence internationale sur le climat à Paris (COP 21), les questions de protection de l’environnement et des villes durables ont dominé l’agenda de cette deuxième édition.   Plusieurs autres sujets relatifs aux droits civils et politiques, socio-économiques, culturels et environnementaux ont retenu l’attention des congressistes à Marrakech. Des questions émergentes ont particulièrement animé les débats parmi lesquelles les droits des personnes âgées, les droits de l’homme et les entreprises, le sida, le droit à l’information, la gouvernance sécuritaire, la liberté de conscience, etc.

La deuxième édition du Forum mondial des droits de l’homme a également coïncidé avec la célébration de la journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. Des manifestations, des projections de films, des expositions de photos et des concerts ont permis aux participants du FMDH de Marrakech 2014 de faire entendre leur voix et d’exiger une solution juste et équitable au conflit israélo-palestinien. 

Le FMDH Marrakech 2014 a permis à 18 institutions internationales, réseaux et collectifs de défense des droits de l’homme de tenir leurs réunions internes à Marrakech. Ces différents organismes ont inscrit, à leur tour, les principales thématiques sur leurs agendas internes, nourrissant ainsi la délibération mondiale autour de questions clés pour l’avenir du système international des droits de l’Homme.

L’écho ne s’est pas fait attendre, les travaux ayant été relayés grâce à l’installation d’une télévision et d’une radio sur Internet et aux publications sur les réseaux sociaux. En tout, 14 millions de personnes ont pu suivre, en direct, les activités du Forum partout dans le monde. Les contenus produits sur les différentes plateformes utilisées ont totalisé 30 millions de vues. Il n’en demeure pas moins vrai que le moment fort de cet événement reste le message du roi Mohammed VI qui a annoncé le dépôt, par le Maroc, des instruments de ratification du protocole facultatif de la Convention internationale contre la torture et autres traitements inhumains, cruels ou dégradants, en vue de la mise en place dans les prochains mois d’un Mécanisme national de prévention. Le souverain a également annoncé la ratification du troisième Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, qui établit une procédure de présentation de communications.

Source : le360