Accueil / Non classé / Le film de fiction en classe de français

Le film de fiction en classe de français

Auteur : Ben seddiq Bachir

Le film de fiction en classe de français : Démarche didactique.

Le film support d’ombre et de lumière se confond bien souvent dans le langage courant avec l’ensemble dont il n’est qu’une partie : le cinéma.Il est un document, au même titre que le texte, l’image fixe, la carte ou le film documentaire.

Il est donc possible de transposer les objectifs, techniques et méthodes du commentaire de document au film de fiction. Mais le statut du film de fiction est il comparable aux autres types de documents plus fréquemment utilisés en classe ?

Il semble que non parce que le regard porté par les élèves sur le film de fiction est différent du regard qu’ils portent sur une photo, un texte ou des statistiques : le film apparaît comme familier, attaché à un sentiment de plaisir et non de travail et dont la lecture /compréhension semble facile.

Le film restera un support du savoir qu’il faudrait interroger de façon permanente par le biais d’une problématique scientifique adaptée au niveau des apprenants et aux conditions de travail .Il serai utile de le confronter aux autres mayens d’information et de construction de connaissances et tenter d’en faire une tradition pédagogique et didactique dans nos classes avec tout ce que cela suppose comme contraintes dans nos établissements scolaires.

Le soin serait laissé à l’enseignant de préciser l’usage qu’il doit en faire : prendre le film comme produit artistique ou un document ? Car dans le premier sens il serai l’objectif d’un pur plaisir et dans le second un objectif de lecture ou de décryptage de document qui s’âprète à une pluralité de lectures et d’interprétations. Toutefois comme nous l’avons signalé plus haut se pose le problème de l’équipement dans nos lycées et collèges car pour une bonne exploitation de ce genre de support nous devons assurer une bonne lisibilité et un confort de visionnage. A côté de la vidéo et télévision en salle réservée uniquement à ce genre d’activité, en devrait avoir le DVD qui nous procure une capacité de tri et une recherche inestimable sans perdre de vue les moyens classiquement connus (vidéo-projecteur, le box vidéo qui permet aux enseignants de travailler leurs projets avec des groupes d’élèves).

L’enseignant animateur , suivant la nature du film devrait faire le choix des démarches et approches à suivre lors du visionnement tout en précisant ses objectifs à réaliser à partir du film support qui n’est qu’un moyen et non une fin en lui même .

Un tel travail devrait s’inscrire dans la perspective d’un projet , un module ou une unité de formation faisant référence à un contenu , à une thématique ou un certaines notions linguistiques à exploiter soit au cours du visionnement ou ultérieurement .

En réalité il n’existe pas de recettes à suivre quant à la méthodologie de l’utilisation d’un film de fiction en classe de français .

Mais en peut recourir à quelques propositions , conseils ou ‘pistes’ recueillies à partir de certains sites ou revues spécialisés dans ce domaine .

Dans ce cadre , il faudrait dans un premier lieu procéder à une sensibilisation des élèves en énonçant quelques informations préalables sur le film tout en évitant l’excès d’érudition cinéphilique parce qu’il ne s’agit pas de former nos jeunes apprenants à l’histoire ni aux techniques du cinéma à l’image des professionnels .

Il n’y a pas de mal à faire référence à l’auteur ou plutôt réalisateur pour ne pas tomber dans une terminologie purement littéraire , cela pourrait nous renseigner sur la société ou l’histoire de son époque ou tout simplement sur le contexte de réalisation qui ne manque pas d’importance . pour passer ensuite au visionnement du film (à visionner plus d’une fois de préférence) ou à une séquence , cela dépend toujours des intentions de l’enseignant , à ce titre nous suggérons un visionnement d’un film d’une manière intégrale , en dehors de la répartition hebdomadaire et le faire lors des activités parallèles de l’établissement .On pourrait concevoir le film de fiction dans ce cas dans le cadre d’un microprojet qui peut s’étaler sur plusieurs séances convergeant vers les même objectifs tout en veillant à l’articulation entre les différentes activités . Grâce aux nouvelles technologies qui permettent de plus en plus l’accès au patrimoine mondial cinématographique .

 

PAR :BEN SEDDIQ BACHIR AMEF -OUJDA 

 

À propos Responsable de publication