Accueil / Non classé / Le figuier de barbarie à ait Baamrane -Tiznit : outil de gestion de la sécheresse et perspectives de développement

Le figuier de barbarie à ait Baamrane -Tiznit : outil de gestion de la sécheresse et perspectives de développement

 

v  Introduction

v  Profil varétal

v  II – Techniques de production

v  III – Commercialisation

v  IV- Identification des atouts et contraintes

v  V- Perspectives de développement

v  Auteur : M.eladouzi

ü  Introduction

Le figuier de Barbarie est un arbre originaire des régions arides et semi-aride du Mexique d’où il a été introduit en Afrique du Nord vers le 16ème siècle. Il y occupe actuellement une superficie de 200.000 ha. Il est utilisé comme plante ornementale, pour la production de fourrage et surtout pour la production de fruits exotiques qui sont commercialisés à travers le monde.

Jusqu’aux années soixante dix, peu d’intérêts a été accordé à cette espèce. Avec le développement du marché des fruits exotiques en Europe et aux Etats Unis, les efforts se sont multipliés pour le domestiquer et en faire une culture industrielle. Actuellement, le figuier de Barbarie est cultivé dans les régions arides et semi-arides de plusieurs pays. Au Mexique, sa culture s’étende sur une superficie de plus de 50.000 ha. En Italie, il est cultivé sur une superficie de 1000 ha avec des programmes de fertilisation et d’irrigation annuels. Dans d’autres pays, on a recours aux techniques de productions les plus modernes telles que la fertigation et l’irrigation au goutte à goutte. C’est le cas par exemple d’Israël qui exporte la majorité de sa production sur les marchés européens.

La Superficie totale de la Province de Tiznit est de 820.000 ha dont 34.110 ha de figuier de barbarie soit un taux d’occupation de 4,2%. Les Communes rurales de « Mesti » et « Sbouya » présentent à elles seules 22.000 ha soit 64% de la superficie totale du Figuier de barbarie dans la province.

ü  Profil varétal

Les principales variétés existantes dans la zone d’Ait Bâamrane se présentent avec leurs caractéristiques comme suit :

Variétés

Présence épines

Période floraison

Période maturité

Poids fruit(g)

Achefri

Epineuse

Avril – Mai

Juin – Août

88 g avec 4,6 graines/g de pulpe

Aissa

Inerme

Avril – Mai

Juin – Août

95 g avec 3,5 graines/g de pulpe

Moussa              

Inerme

Juin – Juillet

Septembre – Décembre         

120 g avec 3 graines/g de pulpe

 

ü  II – Techniques de production

  Plantation : La plantation anarchique est la plus répandue dans la zone, soit 95% avec une densité qui varie de 500 à 1500 plants/ha. Elle s’effectue généralement en automne ou en hiver selon les pluies.

  Entretien de la culture : Généralement, la culture de figuier de barbarie dans la zone ne bénéficie d’aucune technique culturale sauf la récolte du fruit et la clôture.

  Récolte : Le choix de la date de récolte est déterminé par plusieurs facteurs :

La variété : La variété Aissa est précoce, sa récolte débute en Juillet et se termine au mois de Septembre alors que la récolte de la variété Moussa s’étale du mois d’août jusqu’au mois de Décembre.

La présence des acheteurs : Ce facteur constitue la contrainte majeure dans le choix de la date de récolte. En effet, même si les fruits sont en plein stade de maturité, ils ne sont récoltés que lorsqu’il y a présence des acheteurs. Autrement, la production est perdue sur l’arbre.

Généralement, la récolte se fait manuellement avec un coût qui varie de 700 à 1500 Dh/Ha, selon la quantité produite et l’accessibilité à la parcelle. Le rendement varie entre 10 à 22 T/Ha. Il dépend de l’âge des plants, la densité, la variété, les pluies et l’état des parcelles.

ü  III – Commercialisation

Le circuit de commercialisation constitue la contrainte majeure au développement de la culture du figuier de barbarie. En effet, seulement 56% de la quantité produite est commercialisée, 4% est auto-consommée et 40 % de la production est non commercialisée (perdue sur l’arbre). La commercialisation se fait à travers les intermédiaires. Ces derniers proviennent des différentes régions du royaume avec leurs camions chargés de caisses vides qu’ils distribuent aux agriculteurs et reviennent après pour récupérer la production. Les prix sont très variés selon la période, la variété et la demande. Le prix moyen pour la variété Aissa est de 15 Dh/caisse alors que celui de la variété Moussa est de 50 Dh/caisse (caisse de 30 Kg).

ü  IV- Identification des atouts et contraintes

  Atouts :

La production en figues s’étale sur une période de 7 mois (Juin – Décembre) grâce à la présence de la variété précoce Aissa et la variété tardive Moussa. Cette dernière se caractérise par une qualité supérieure (gros calibre, moins de graines, taux de sucres élevé).

La période de floraison des 3 variétés : Achefri, Aissa et Moussa s’étale d’avril jusqu’au Juin permettant de subvenir aux besoins de l’apiculture.

Le figuier de barbarie de la zone constitue une réserve fourragère très importante.

La culture de figuier de barbarie joue un rôle environnemental très important à travers la protection des sols contre l’érosion.

  Contraintes :

L’enclavement de la culture.

L’absence de la pratique des techniques culturales appropriées par les agriculteurs.

La non-organisation du circuit de commercialisation du figuier de barbarie.

L’absence de centres de collecte de la production des figues et d’unités de valorisation de cette production par les procédés de conditionnement, de séchage ou de transformation.

ü  V- Perspectives de développement

Pour relever les contraintes et exploiter les potentialités que présente la culture du figuier de barbarie, la DPA (Direction provinciale de l’Agriculture) de Tiznit a préparé le Projet de Mise en Valeur en Bour d’Ait Bâamrane dont les principaux axes de développement sont :

  Désenclavement des localités de production par aménagement des pistes.

  Application des techniques culturales les plus appropriées dans la conduite de la culture.

  Amélioration de la qualité fourragère du figuier de barbarie pour développer l’élevage.

  Modernisation du secteur apicole pour une meilleure utilisation des ressources mellifères existantes.

  Conservation des terres agricoles.

  Études des possibilités de valorisation industrielle du figuier de barbarie (fruits et raquettes).