Accueil / Non classé / Le degré de maîtrise de la graphie tifinaghe dans l’enseignement/apprentissage de la lecture et de l’écriture en langue amazighe au Maroc : étude évaluative diagnostique

La Charte Nationale d’Éducation et Formation (CNEF), adoptée en 1999, a consacrée dans l’un de ses leviers la place de la langue amazighe en tant que
langue nationale et véhicule de la culture amazighe, héritage commun de tous les Marocains. Dans ce cadre, l’école marocaine a été invitée à s’ouvrir sur la
langue amazighe et ses variantes régionales, en l’introduisant dans les enseignements dès le préscolaire et le premier cycle du primaire. La CNEF a aussi invité
les autorités éducatives et les universités nationales à s’investir pour mieux réussir le projet d’introduction de la langue amazighe dans le système éducatif
marocain.

Le degré de maîtrise de la graphie tifinaghe dans l’enseignement/apprentissage de la lecture et de l’écriture en langue amazighe au Maroc : étude évaluative diagnostique

 

La Charte Nationale d’Éducation et Formation (CNEF), adoptée en 1999, a consacrée dans l’un de ses leviers la place de la langue amazighe en tant que
langue nationale et véhicule de la culture amazighe, héritage commun de tous les Marocains. Dans ce cadre, l’école marocaine a été invitée à s’ouvrir sur la
langue amazighe et ses variantes régionales, en l’introduisant dans les enseignements dès le préscolaire et le premier cycle du primaire. La CNEF a aussi invité
les autorités éducatives et les universités nationales à s’investir pour mieux réussir le projet d’introduction de la langue amazighe dans le système éducatif
marocain.

Effective depuis septembre de l’année scolaire 2003–2004, l’introduction de l’enseignement/apprentissage de la langue amazighe s’appuie sur un cadre
référentiel et organisationnel qui consacre le statut de la langue amazighe en tant que langue nationale et patrimoine de tous les Marocains sans exception.
L’opérationnalisation de cette introduction a été rendue possible grâce à la signature, le 26 juin 2003, d’une Convention-Cadre de partenariat entre le Ministère
de l’Education Nationale et de la Jeunesse (MENJ) et l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM). Notons que ce dernier a oeuvré, depuis sa création en 2001, à la mise en place d’un système de graphie propre à la langue amazighe et qu’il a, par la suite, développé les outils pédagogiques et didactiques
nécessaires à son enseignement et son apprentissage en tant que discipline scolaire.

Après huit années d’institutionnalisation, l’enseignement/apprentissage de la langue amazighe concerne actuellement les différents niveaux de l’enseignement
primaire et soulève des interrogations relatives à ses résultats en termes d’apprentissages. C’est pourquoi l’IRCAM, avec la collaboration du Ministère
de l’Education Nationale (MEN), a mené une étude diagnostique en vue d’évaluer le degré de maîtrise de la graphie tifinaghe dans l’enseignement/apprentissage de la lecture et de l’écriture de cette langue. Cette étude a touché un échantillon global de 1100 élèves de la deuxième année du primaire, répartis sur six académies régionales d’éducation et de formation (AREFs).