Accueil / Actualités / Le Centre Batha de Fès pour les femmes victimes de violences veut servir de modèle

Le Centre Batha de Fès pour les femmes victimes de violences veut servir de modèle

L’association Initiatives pour la protection des droits des femmes (IPDF) a présidé, le 22 mai à Rabat, une rencontre pour présenter les résultats de son travail de capitalisation et de modélisation du Centre multi-fonctionnel Batha de Fès, qu’elle gère depuis 2009, pour l’autonomisation des femmes victimes de violences basées sur le genre.

Un rapport a donc été élaboré par l’association avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), et met en lumière les réalisations et pratiques du centre Batha de Fès, qui accueille près de 1000 femmes annuellement, et sa théorie d’intervention en tant que modèle “efficient, réel, réaliste, réalisable et conforme aux lignes directives de l’UNFPA”.

La directrice de l’IPDF, Ilhame Ouadghiri, a clarifié la position de l’association qu’elle dirige et qu’elle qualifie de “féminine”, en conformité avec les lignes directrices onusiennes et les services sociaux essentiels pour les femmes et les filles victimes de violence tels que définis par l’UNFPA et en parallèle avec l’élaboration d’un cahier des charges élaboré par le ministère de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social, relatif aux centres de protection sociale.

“Cette rencontre est une opportunité pour partager cette approche de modélisation et en tirer les meilleures pratiques pour mieux répondre aux attentes des femmes victimes de violence en termes de changement qualitatif vers leur autonomisation effective”, a déclaré le représentant de l’UNFPA, Abdellah Yaakoub, ajoutant qu’il serait bénéfique que cette expérience soit prise comme référence et généralisée au niveau d’autres régions du royaume.

“Les femmes survivantes actrices de leur changement”

C’est sous ce slogan que le Centre Batha mène différents combats au profit des femmes en situation difficile depuis sa création en 2009. Le processus développé par l’IPDF insiste sur le rôle que doivent jouer les femmes qui fréquentent le centre en tant “qu’actrices de leur propre autonomisation et du changement aux niveaux individuel et collectif”.

La structure vient en aide aux femmes victimes de violences et met à leur disposition des services pour renforcer leurs capacités et développer leur “empowerment”, tout en faisant la promotion des rapports égalitaires entre hommes/garçons et femmes/filles et en prévenant la violence basée sur le genre et ses effets sur le développement social et économique.

Accueil, écoute active, orientation juridique, soutien psychologique, assistance médicale et hébergement sont proposés par le Centre Batha aux femmes et filles victimes de violences conjugales, familiales et sexuelles dans les sphères privées et publiques. Elles peuvent être accompagnées par du personnel intervenant externe ou interne au centre, des membres bénévoles de l’association IPDF et divers services externes impliqués dans la chaîne de services du centre.

Cette présentation du processus de modélisation du Centre Batha est destinée a être partagée avec d’autres institutions qui pourraient l’utiliser comme orientation globale. La rencontre organisée à Rabat intervient alors que le gouvernement est dans une dynamique relative au cadrage et à la standardisation de l’intervention sociale auprès des populations vulnérables (dont les femmes victimes de violences basées sur le genre).