Accueil / Non classé / Lancement d’un site web dédié à l’adaptation au changement climatique dans les oasis marocaines

Lancement d’un site web dédié à l’adaptation au changement climatique dans les oasis marocaines

 

Le secrétariat d’Etat auprès du ministère de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement chargé de l’eau et de l’environnement vient de lancer un site web dédié à l’adaptation au changement climatique dans les oasis marocaines, accessible à l’adresse : www.oasisadaptation.ma.

Le site Internet, créé dans le cadre du plan de communication du projet « Adaptation au changement climatique au Maroc : pour des oasis résilientes » mis en oeuvre par le secrétariat d’Etat chargé de l’eau et de l’environnement, présente ce projet ainsi que sa contribution à l’adaptation au changement climatique dans les zones oasiennes.

Dans ce contexte, le portail donne un aperçu des actions entreprises dans le cadre de la mise en oeuvre du projet « Adaptation au changement climatique au Maroc : pour des oasis résilientes », à savoir l’amélioration et la gestion des connaissances, le renforcement des capacités dans ce domaine, l’intégration de la dimension « changement climatique » dans les stratégies territoriales, ainsi que la recherche de nouveaux mécanismes de financement des programmes d’adaptation au changement climatique au niveau des zones d’intervention.

Le nouveau site électronique disponible en deux versions, arabe et française, est également une source d’information importante sur les oasis marocaines, leur population, leur histoire, ainsi que sur les principaux défis environnementaux auxquels elles font face et qui sont notamment liés à la rareté des ressources hydriques et au phénomène de désertification.

Il propose aussi un agenda des principales activités programmées dans le cadre du projet et une revue de presse relative au changement climatique aux niveaux national et international, outre un fonds documentaire qui permet aux internautes de consulter et/ou de télécharger aussi bien les publications et les études réalisées dans le cadre du projet que des documents traitant de la problématique du changement climatique.

Le nouveau portail offre également la possibilité de consulter le lexique des oasis, une photothèque, un espace interactif avec les internautes pour tester leurs connaissances concernant les oasis et recueillir leurs propositions pour un renforcement de la faculté de résilience des zones oasiennes, outre des informations sur la météo dans ces zones et un espace multimédia.

A rappeler que le projet « Adaptation au changement climatique au Maroc : pour des oasis résilientes », financé par le PNUD et le gouvernement japonais, vise à gérer et à réduire les risques, posés par le réchauffement climatique dans les systèmes productifs oasiens du Maroc, à travers l’introduction d’approches innovantes d’adaptation et le renforcement des capacités locales selon une approche territoriale.

Un projet, qui s’inscrit dans le cadre du programme africain d’adaptation au changement climatique (2009-2012) et qui cible une aire géographique assez vaste constituée de quatre bassins : 
*  Bassin de Guelmim-Tata 
*  Bassin du Drâa 
*  Bassin du Ziz-Ghriss 
*  Bassin du haut Drâa (Dadès)

Les principaux résultats attendus de ce projet se résument dans l’élaboration d’une approche intégrant tous les échelons des collectivités locales mais également la participation et l’engagement à tous les niveaux de prise de décision, le développement de données sur l’adaptation au changement climatique et l’évaluation de la vulnérabilité des systèmes oasiens et le renforcement de la planification territoriale en tenant compte de cette vulnérabilité et en initiant des mesures d’adaptation concrètes.

Les oasis marocaines, qui couvrent 15% de la superficie du Maroc et qui abritent 1,7 million d’habitants (5,3% de la population du Royaume), ont connu durant les deux dernières décennies une phase de dégradation avancée avec une baisse généralisée du niveau des nappes d’une moyenne de -15 à -20 m, une chute de 34% de la production dattière de même que la densité de la population rapportée à la surface agricole utile a dépassé 700 habitants/km2.