Accueil / Non classé / Lancement du projet Projet « Appui aux initiatives de prévention de la migration illégale des mineurs non accompagnées »

Lancement du projet Projet « Appui aux initiatives de prévention de la migration illégale des mineurs non accompagnées »

L’immigration clandestine des mineurs non accompagnés en partance des pays du Maghreb est un phénomène qui inquiète de plus en plus l’opinion public et toutes les forces vives, aussi bien, des pays de provenance que de destination. Ce phénomène est en croissance constante depuis les années 90.

Les émigrés mineurs partagent certains traits communs, puisqu’ils sont constitués essentiellement des garçons dont la moyenne d’âge est de 13-15 ans. Malgré leur jeune âge, ils témoignent dans leur majorité d’une grande maturité, spécialement dans la détermination à concrétiser leur projet migratoire pour le but d’améliorer leur situation personnelle et familiale.

Ils sont dotés d’une grande mobilité géographique, motivée par la réussite de leurs objectifs. L’acte d’émigrer pour ces mineurs n’est pas individuel, puisque la majorité des mineurs candidats à l’émigration le font au sein d’un petit groupe.

La quasi-majorité des mineurs non accompagnés, proviennent des quartiers périphériques des grandes villes marocaines ou des zones rurales les plus pauvres. Bon nombre d’entre eux ont abandonné l’école au cours de la sixième année du primaire ou la première année du secondaire. Ils ont travaillé par la suite comme apprentis dans des conditions précaires.

Sur la base de ces constats, l’association Tanmia.ma s’est mobilisée, dans le cadre du programme d’appui à la société civile (PASC) lancé par le PNUD en partenariat avec la Coopération Italienne, pour initier, en collaboration avec l’ONG Italienne CISS (Coopérazione International Sud-Sud) un projet d’« appui aux initiatives de prévention de la migration illégale des mineurs non accompagnées », ayant pour but de contribuer à la protection des droits des migrants mineurs non accompagnés.

L’intervention sera sur un plan national, avec une attention particulière aux Régions de Tadla-Azilal, Chaouia-Ourdigha, Tanger-Tétouan, l’Oriental. Le choix de ces régions est justifié par le faite que ces dernières représentent les principales sources de provenance des immigrés du Maroc vers l’Europe. D’autant plus qu’elles sont considérés aussi parmi les régions les plus touchées par la pauvreté.

Le projet vise à promouvoir une démarche de prévention de la migration illégale des mineurs à travers la création et la diffusion d’outils de sensibilisation aux dangers et aux conséquences de l’immigration illégale. Le projet se base aussi sur une approche de recherche action et de collaboration dans la conception, la production et la diffusion des différents outputs.

En utilisant des techniques de production multimédia et fortement basées sur une approche collaborative, le projet prévoit d’exécuter le cycle de production des séries animées : – rédaction des synopsis, des scénarios, des dialogues et enfin des story-boards détaillés ; – enregistrement de la bande son, du bruitage et des musiques ; -mise en animation, le montage des séries et livraison du produit final. Ce produit final prendra la forme de séries animées au format flash d’utilisation simple et immédiate. L’outil final pourra être utilisé aussi bien par un public alphabétisé qu’analphabète car il sera entièrement animé et sonorisé. Ainsi qu’il sera distribué aux associations d’éducation à la citoyenneté et de plaidoyer dans le domaine des droits humains et notamment de protection des droits des enfants et à leurs réseaux de partenaires, celles-ci l’utilisera dans leur travail quotidien d’éducation et verront aussi augmenter leurs capacités en terme d’approche pédagogique.

Afin d’entamer un processus de concertation et de réflexion collective avec un ensemble d’acteurs (associatifs, institutionnels, universitaires, …) au niveau des régions, autour de mécanismes de prévention de la migration illégale des mineurs non accompagnées, Tanmia.ma lance une série d’ateliers de concertation au niveau des quatre régions retenues, afin de recueillir les points de vus et les suggestions des différents opérateurs sociaux et de développement de la région.