Accueil / Non classé / La région de Tahanawte : vers un développement durable

La région de Tahanawte : vers un développement durable

 

La région de Tahanawte et le besoin d’une nouvelle dynamique de développement

La région de Tahanawte est marquée par la chaîne de l’Atlas formant une barrière dont les sommets atteignent jusqu’à 4.000m. La ligne de crête vive dans la partie orientale et centrale s’abaisse vers l’ouest avec un décrochement net, c’est l’arête dorsale du Haut Atlas. Elle correspond essentiellement aux roches des formations métamorphiques et éruptives. Les formes sont nettes, les arêtes assez vives, les pentes très fortes. On note cependant de nombreuses falaises. Le point culminant est le Toubkal avec 4.167m.

C’est presque une zone de transition, le relief reste vif, souvent abrupt et le contact avec la plaine est assez brutal dans la partie orientale. Dans la partie occidentale le passage se fait par frange collinaire. Cette zone se situe entre 1.000 et 2.000m avec prédominance des formations marno-greseuses et calcaires. Les marnes rouges de Trias correspondent à des formes massives, tandis que les calcaires de Jurassique forment des reliefs compliqués et abruptes. La plaine est une sorte de glacis dont la pente générale, déjà douce au départ, s’atténue de la montagne vers les oueds.

La climatologie de la région se caractérise par : Un climat semi-aride de type continental Les amplitudes thermiques sont assez importantes entre l’hiver et l’été 45°C comme température maxima et -10°C comme température minima. Elle connait une faible pluviométrie moyenne allant de 250 à 350 mm/an avec des variations importantes inter-annuelles et inter-saisons.

La région de Tahanawte, qui compte une population dépassant 450000 milles habitants, a des atouts pour créer une dynamique de développement durable. Les autorités locales, les associations et les ONG peuvent contribuer au développement socio-économique durable des populations surtout rurales désavantagées des zones montagneuses et ça à travers l’amélioration et la diversification des sources de revenu, avec une amélioration attendue des conditions de vie et le développement de systèmes de gestion durable ressources naturelles. Les objectifs de développement durable doivent aider : au renforcement des capacités de participation des organisations locales des groupes cibles et leur implication dans l’exécution du projet ; à l’amélioration de la productivité des cultures et des systèmes de production animale, et à l’augmentation de la valeur de leurs produits ; à l’augmentation et la diversification des revenus agricoles et non-agricoles à travers la promotion d’activités génératrices de revenu qui profitent particulièrement aux femmes et aux jeunes ; à la facilitation de l’accès des communautés rurales les plus pauvres aux infrastructures socio-économiques de base ; à la réhabilitation, la protection et la gestion rationnelle des ressources naturelles et à l’introduction des nouvelles technologies et technopôles dans une vision de développement durable.