Accueil / Non classé / La démocratie des démons crasseux

La démocratie des démons crasseux

Les conseils municipaux et communaux représentent la population, leurs attributions sont très larges, je dirais même totales jusqu’à ne faire de l’administration et de ces représentants qu’un simple outil de travail, serte dans un monde parfait, je dirais que c’est la  formule exacte de la démocratie, mais loin de là, la voie du développement prend une forme on ne peut plus compliquée et dépourvue du bon sens.

Pour une démocratie à l’aval il faut déjà une démocratie en amont, tout le monde connais ce qui se passe dans les élections, surtout en milieu rural, c’est une vérité qu’il faut à mon avis prendre en considération avant de donner tout les pouvoirs aux élus, jusqu’à même mettre les initiatives des représentants de l’état (les fonctionnaires des collectivité locaux) sous la tutelle de ces derniers, est ce qu’ils ont vraiment le droit de manipuler le sort de toute une population, alors que le moindre qu’on puissent dire d’eux est qu’ils sont soit ignorons dans le rural, soit trop occupés dans l’urbain, qu’en est il des projets qui terminent en disputes et querelles par le simple faite qu’il vont  toucher le douar d’un élu et pas l’autre, et du partage des biens communales comme s’il s’agissait d’un acquis légitime après les élections.

Les représentants du peuple, les moyens financiers, l’outil administratif, selon l’Etat cela suffi pour mener à bien les projets de développement et satisfaire la soif des protecteurs de démocratie.

Mais qui est ce représentant soit disant élu qui va juger des priorités et des besoins réels des gents,  et comment va-t-il savoir toutes les solutions qu’on a pu tester jusqu’à aujourd’hui pour venir à l’aide des citoyens en besoin quelconque, et s’il s’avers qu’il est indifférent vis-à-vis de la scolarisation, ou les droits de la femme, ou le trafic de drogue, ou l’ignorance, peut on compter sur son appuis la dessus, et encore s’il s’agit d’un élu trop  soucieux de son image électorale et qui veut gagner le plus grand nombre possible des sympathisants toute en frôlant la loi, a savoir le sabotage des concours d’embauche et d’appels d’offres, dans ces cas là, qui peut protéger la population de son mauvais choix, ou faut il dire, elle la bien chercher.

Dans l’intérêt de la décentralisation du pouvoir, les cadres administratifs régionaux cogites pour mettre au points des stratégies de développement locales et obtenir les moyens en parallèle, et on se charge de les étaler sur toutes les collectivités locales sur la base des projets déjà élaborés qui soit disant expriment le besoin de la population qu’elle soit rurale ou urbaine,  et c’est comme ça qu’on vois un quartier qui a besoin d’un réseau d’assainissement se faire doté d’un projet de dallage des ruelles pour une meilleur esthétique, et qu’on vois des villages qui ont besoin d’un centre de santé se faire doté d’un terrain de sport et selon les normes en plus, sans parler des projets faits au moindre coût, juste pour faire étaler le budget  sur le plus grand nombre de bénéficiaires au dépits de la qualité, encor pour des raisons politiques, et où sont les agents administratifs dans tout ça, ont ils le moindre pouvoir sur le bon déroulement des projets, et bien non, la moindre contestation attirerai des conflits avec les membres du conseil et ceux là sont les protégés du président, et ce derniers peut très bien lui rendre la vie difficile, alors laissons l’eau clouer même si c’est du gaspillage,  même si ça peut faire un déluge, ce n’est pas mon quartier, ce n’est pas mon douar je ne suis que fonctionnaire ici.

Enfin de compte les responsabilités se heurtent dans le mauvais sens et laisse propager la décadence et l’inefficacité et l’embrouillement, les projets prennent une décennie, le développement est comparé alors à un escargot, il est bien vivant, il se nourri, mais on le voit pas trop bouger.

Mettre le développement d’un pays entre les mains des représentants ignorants et incompétents ne peut être au service de la démocratie, et je ne parle pas des corrompus car cela relève du pouvoir du peuple, les législateurs sont appelés à revoir les conditions de candidature au listes électorales, on le fait bien pour choisir un instituteur, et bien il le faut plus pour celui qui va nous apporter l’école, l’Etat doit faire l’évaluation de la stratégie actuelle du développement, l’adoptassions aveugle des lois européennes ne donnerai pas forcement les mêmes résultats ici, il faut prendre en considération nos faiblesses nos contraintes et nos défaillances, ne pas sous-estimer le rôle des associations qui vivent sur les miettes jetés par les élus, alors quelles peuvent être incitées à faire partenariat avec les communes pour la gestion des projets de développement, elles, qui n’ont ni raison discriminatoires ni appartenance politique, et leurs membres sont en générale dotés d’un certain niveau culturel et aptitudes divers, pourquoi ne pas les intégrer dans les décisions des conseils municipaux et communaux avants quelles ne soient invitées à en réparer les dégâts, et que ça face l’objet d’un appel d’offre à chaque période électorale, ou appel à manifestation d’intérêt ou autres, peut importe la forme, quelques  associations parmi les plus actives dans la commune, opérant dans le domaine du développement et dans la même commune, se présenterons pour être le porte parole non politique de la population, sans que cela leurs donne droit à un profit quelconque, au moins elles apporteraient plus d’équilibre à la bonne gouvernance et peut être quelles couperaient la route sur les mauvais manipulateurs et quelles viendraient en secoure des présidents bien intentionnés, et quelle puissent enfin nous délibéré du contrôles des élus sur les biens communaux.

 Est t il toujours prudent de copier sur l’autre si on veut réussir notre développement ? ne pouvons nous pas, pour une fois, être les premières à conduire une nouvelle expérience dans la quête de la démocratie ? je veux dire la fructueuse démocratie, celle qui satisfait tout le monde, nous avons notre propre système législative qui est en bonne santé et qui peut encor perfectionner nos lois électorales, mais il ne fait que remuer encor et encor ce qui existe déjà, encor faut il nous demander à quel point nous somme libre d’en faire sage.     

 

 

Hanan BOUROKBA

À propos Responsable de publication