Accueil / Non classé / Journée nationale de l’alphabétisation

Journée nationale de l’alphabétisation

 

Le Maroc qui célèbre, vendredi, la journée nationale de l’alphabétisation, avance à grands pas vers l’éradication de ce phénomène, qui entrave le développement humain.

La célébration de cette journée offre l’occasion idoine de s’arrêter sur les avancées réalisées par le Maroc dans ce domaine.

En effet, le taux national d’analphabétisme est descendu, pour la première fois à 39 pc en 2006. Le nombre des bénéficiaires des programmes d’alphabétisation s’est ainsi élevé à 655.478 personnes, dont 34.294 inscrits aux classes dites « seconde chance » et 133.275 ont bénéficié du soutien éducatif réservé aux enfants présentant des risques d’abandon scolaire.

Entre 2006, le nombre des bénéficiaires de ces programmes a augmenté de 40 pc. 56 pc de ces bénéficiaires résident dans le monde rural et 80,1 pc sont des femmes.

Le Maroc ambitionne d’alphabétiser un million de personnes par année, de réduire le taux d’analphabétisme à moins de 20 pc à l’horizon 2010 et d’éradiquer de façon quasi totale ce phénomène à l’aube de 2015.

Un signal fort de cette politique a été donné par SM le Roi Mohammed VI en lançant l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) qui accorde, dans ses différents volets, un grand intérêt à l’élément humain en tant que moteur pour lever les défis en matière de développement.

M. Nadir Habib, chef de la division de lutte contre l’analphabétisme au secrétariat d’Etat chargé de l’Alphabétisation et de l’Education non formelle, s’est félicité des efforts conjugués menés par l’ensemble des acteurs nationaux en vue d’atteindre les objectifs escomptés.

Il a, à ce titre, mis en exergue les grands efforts déployés par la société civile et les ONGs dans ce domaine, relevant toutefois le caractère mitigé de la contribution du secteur privé.

De son côté, M. Hssaien Ajour, chef de la division de l’éducation non formelle a souligné que le Maroc a adopté une nouvelle approche en matière de lutte contre l’analphabétisme incluant les programmes d’alphabétisation dans une opération globale qui ne se limite pas uniquement à enseigner et à éduquer l’individu mais aussi à améliorer sa situation socio-économique et à garantir son adhésion active au sein de son environnement.

La lutte fonctionnelle contre l’analphabétisme ne peut être efficace que dans la mesure où elle apporte des valeurs nouvelles favorisant le développement de l’individu, l’amélioration de la santé, la protection de l’environnement et la rationnalisation des ressources, a-t-il ajouté.

Le Maroc a reçu le 23 septembre dernier en Chine le Prix Confucius de l’UNESCO qui est venu primer l’expérience du Maroc en matière d’éducation non-formelle.

L’expérience marocaine se distingue par l’intérêt prioritaire accordé à l’offre d’une école de deuxième chance aux enfants non scolarisés ou ayant arrêté leur scolarité de manière précoce, à travers une approche participative répondant aux besoins des bénéficiaires.

Le bilan est certes positif mais de nombreuses actions demeurent nécessaires en vue de venir à bout de ce fléau.

Source :(MAP).

À propos Responsable de publication