Accueil / Non classé / INDH & ingénierie du développement économique et social

INDH & ingénierie du développement économique et social

 

Les orientations et les objectifs de l’INDH vont jouer sans aucun doute un rôle pionnier dans l’émergence d’une nouvelle ingénierie, il s’agit de l’ingénierie du développement économique et social, qui donnera une nouvelle image, un label des projets de développement. C’est-à-dire une bonne conception, des objectifs bien définis, et un impact immédiat, à court terme.

Face à ce grand chantier de développement humain, le développement de l’ingénierie du développement économique et social devient une nécessité, c’est l’éclaireur du développement humain qui vise la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. En fait le développement de cette ingénierie passe obligatoirement par une valorisation et une mise à niveau de tous les profits d’ingénieur opérant dans le secteur du développement économique et social.

Le succès de cette initiative nécessite la mobilisation de toutes les compétences et potentialités du pays ainsi que toutes les opportunités qui s’offrent à lui. C’est dans ce cadre que l’intérêt pour la mise en œuvre d’une approche basée sur le concept de concertation et de partenariat de l’ensemble des intervenants dans l’INDH. C’est là où la valorisation et la mise à niveau des compétences prennent tout leur sens.

Aujourd’hui, le Maroc compte environ 24 000 ingénieurs (toutes disciplines confondues), soit 8,6 pour 10.000 habitants. Un nombre incontestablement insuffisant pour répondre aux besoins du pays. Pour ce qui est des besoins économiques par exemple, l’ingénierie marocaine réalise moins de 20% de la demande globale du pays. Mais l’espoir d’accroître ce taux est très grand. En 2010, le nombre de bacheliers serait de 400.000 et en reconduisant le taux des élèves des classes préparatoires actuelles qui approche les 1,25% des bacheliers, les écoles d’ingénieurs devraient accueillir 5 fois plus d’étudiants, soit un taux de croissance de 38% par an.

Si on effectue une comparaison à l’échelle internationale en matière de taux d’encadrement technique (nombre d’ingénieur pour 10.000 habitants) on note que le Maroc à un retard très significatif par rapport aux pays en voie de développement mais surtout par rapport aux pays développés.

Nombre d’ingénieurs pour 10.000 habitants (rapport entre nombre d’ingénieurs formés à la population totale du pays).

Maroc

Tunisie

Lybie

Iraq

jordanie

France

Suede

Japan

6,37

8,75

20

24

40

64

380

540

Compte tenu de l’absence de données sur la répartition des ingénieurs au Maroc, nous posons la question suivante est ce que chaque région du Maroc est doté de l’effectif adéquat en ingénieur ?

Un deuxième constat que nous faisons c’est que l’ingénierie professionnelle intervient peu voir pas du tout dans les collectivités locales, qui sont à notre avis les principaux partenaire de l’INDH, en effet ces dernières grandissent et leurs projets se multiplient.

Les collectivités gèrent à l’heure actuelle des projets de grande envergure et cela pourrait effectivement constituer une opportunité. Et c’est là notre conviction. L’ingénierie marocaine peut apporter une valeur ajoutée.

Tous les professionnels de l’ingénierie, les représentants des collectivités locales et les pouvoirs publics sont conscients et convaincus du rôle positif de l’apport de l’ingénierie pour optimiser et rationaliser les investissements des collectivités locales qui ont été renouvelées.

Aujourd’hui, il nous semble que le contexte soit favorable pour engager un débat sur la question du développement local et l’ingénierie de proximité. L’ingénierie doit apporter son savoir-faire au développement des collectivités locales dans le cadre de l’INDH.

Face à ces constats et dans le cadre de l’INDH, le Maroc est obligé de mettre à contribution professionnelles de l’ingénierie afin qu’ils opèrent dans les différents domaines des nouvelles approches de développement de ce grand chantier. Cela permettra de concrétiser les objectifs du Maroc dans le futur.

A notre avis l’INDH à besoin de profils génériques et non pas techniques autrement dit des ingénieurs avec une vision globale qui intègre toutes les problématiques du développement économiques et social du pays (pauvreté, problématique d’alphabétisation, habitat insalubre, emploi, AGR,….etc).

La stratégie actuelle de développement économique et social du Maroc a été élaborée sur la base d’objectifs précis articulés autour d’axes prioritaires clairement déterminés, à savoir : l’habitat salubre, l’investissement porteur, l’emploi productif, l’enseignement utile. La finalité de ces axes stratégiques est de doter le pays d’un staff susceptible de relever les défis inhérents à la concurrence, d’intégrer le pays dans la société de l’information et du savoir et enfin de l’adapter au rythme rapide des changements imposés par la globalisation.

Bahetta Youssef 
SCET-SCOM 
CDG-Développement

À propos Responsable de publication