Accueil / Non classé / Gestion Axée sur les Résultats « GAR », principes et valeur ajoutée

Gestion Axée sur les Résultats « GAR », principes et valeur ajoutée

 

L’appellation Gestion GAR« Gestion Axée sur les Résultats» peut être entendue comme «Planification et programmation d’un programme/projet et mise en œuvre  des ressources nécessaire en vue d’atteindre les objectifs préalablement fixés (ce que l’on veut), à travers des résultats obtenus (ce que l’on peut concrètement) ; dans le cadre d’une stratégie déterminée, suivie et évaluée continûment (système de mesure de rendement) pour mesurer les rendements et gérer les risques ; et communiqués pour la prise des décisions futures (re-planification). ».

I. Quelle valeur ajoutée ?

La Gestion Axée sur les Résultats permet à l’institution de :

  • contribuer à la prise de décisions stratégiques au niveau politique, institutionnel, organisationnel et programmatique, qui soient pertinentes, correspondant aux problèmes effectifs ressentis et aux aspirations des citoyens et citoyennes ;
  • assurer l’efficacité des interventions gouvernementales et des organisations à tous les niveaux de prise de décisions : Ministères, départements ministériels, institutions d’exécution, représentations locales, Conseils, Bureaux Exécutifs, Comité Stratégiques, Comités programmatiques, Equipes opérationnels, etc.   Les interventions sont, dans une dynamique axée sur les résultats, articulées autour de bons choix stratégiques et des programmations rigoureuses et dont les résultats sont vérifiables ;
  • garantir que les décisions stratégiques et programmatiques soient réalistes et durables : dont la mise en œuvre correspond aux capacités et disponibilités réelles de ses acteurs, en tenant réellement compte des contraintes extérieures et des risques impondérables et imprévisible et dont la durabilité des impacts soient garanties ;
  • prévoir et gérer les hypothèses et les risques ;
  • et surtout de communiquer les données utilisées sur le rendement et, par conséquent à prendre des décisions futures. Il s’agit ici du principe de la transparence dans la reddition de qui est le pilier de la crédibilité d’une institution donnée.

En outre, la GAR est une approche, c’est-à-dire une pratique qu’il faudrait s’approprier  tout au long des interventions des acteurs gouvernementaux et leurs partenaires sociaux et de la Société Civile. C’est pour cela que la GAR ne peut être pertinemment pratiquée et utilisée qu’en respectant certains principes et considérant quelques préalables.

II. Principes fondamentaux de la GAR

Comme toute approche, la pratique de la GAR tient compte de certains principes considérés fondamentaux sans lesquelles l’utilisation des techniques et des outils de la GAR ne garantie pas la pratique de l’approche. Il s’agit de :

  • partenariat, égalité et non-discrimination. Les acteurs intervenants devront travailler ensemble dans un esprit d’égalité, qu’il s’agisse des acteurs groupes cibles ou des acteurs intervenants. La non discrimination implique également la participation et la responsabilisation de l’ensemble des acteurs dans la définition des résultats du développement souhaités et dans leur suivi ;
  • responsabilité et pouvoir des partenariats responsables veut dire aussi permettre aux acteurs concernés l’accès au pouvoir dans les décisions prises et dans le processus de gestion des actions de développement ;
  • transparence et obligation de reddition des comptes : Ce principe est associé à un élément important dans la gestion axée sur les résultats. Il s’agit de la pratique de reddition des comptes liée au « Rapport sur les Résultats » qui fait partie des composantes de la gestion axées sur les résultats. La transparence implique, outre la reddition des comptes sur les résultats, que les informations soient claires, fiables et vérifiables ;
  • apprentissage « Sur le Tas » à travers de l’évaluation et du contrôle des processus permettant l’atteinte des résultats. Cela suppose que les expériences vécues sur le terrain par les acteurs concernés sont capitalisées et des leçons sont tirées pour ne pas répéter les mêmes erreurs. C’est un processus qui permet d’ailleurs de modéliser les expériences pour une qualité continue des services que le Gouvernement devra assurer aux citoyens et citoyennes.

À propos Responsable de publication