Accueil / Non classé / Exploitation des résurgences d’eau douce en mer

Exploitation des résurgences d’eau douce en mer

L’exploitation des résurgences d’eau douce en mer, est aujourd’hui une réalité.

Nous trouvons, dans le Saint Coran, la reconnaissance de ce phénomène.

Nous sommes donc aujourd’hui à même de réaliser les premiers ouvrages, permettant d’apporter la vie au plus profond des provinces du Royaume, sachant que sans eau, aucune vie n’est possible…

L’exploitation du premier barrage devrait intervenir début mai 2012, si nous pouvons commencer les études in situ, à condition que les intervenants au projet agissent très rapidement.

Le premier barrage verrait le jour à Al Hoceima, comme demandé par le Secrétariat à l’eau, sur la côte méditerranéenne.

Nous avons prévu de construire les autres barrages au rythme suivant :

  20121 barrage ( Al Hoceima ). 

 20133 barrages 

 20144 barrages 

 20156 barrages

L’évolution de la production minimum que nous allons effectuer est de l’ordre de 200 000 m³ / jour, en qualité d’eau :

 Eau potable.

  2012200 000 m³ / jour 

 2013600 000 m³ / jour 

 2014800 000 m³ / jour 

 20151 200 000 m³ / jour

A compter de 2015, la fourniture d’eau totale sera de 2 800 000 m³ / jour, ce qui nous demandera d’effectuer un palier, afin de voir si le besoin est suffisant ou si nous devons procéder à de nouvelles installations.

Pour une production totale minimale de 2 800 000 m³ jour.

Les emplois créés par la société, dans un premier temps seront de 240 personnes par site :

  201280

 2013720 

 2014960 

 20151.440

Les emplois induits sont de l’ordre de 650.

A terme, une partie du personnel extérieur sera intégré à Groupe LG, au terme des 4 premières années d’exploitation. Soit une masse salariale de 3 360 personnes.

Le salaire moyen de départ sera de l’ordre de 10 000 dh, charges salariales comprises. Soit une charge mensuelle de : -800 x 10 000=8.000.000 dh

A terme une partie des emplois induits seront intégrés à groupe LG, ceci à fin 2013.

  800 + 650 = 1 450 salariés.

Soit une charge mensuelle de : 1450 x 10 000 = 14 500 000 dh

Annuellement :14 500 000 x 12 = 174 000 000 dh.

Nous sommes propriétaire de notre invention, ce qui nous permet d’être complètement autonome et de pouvoir réaliser nos projets selon notre choix.

  Droit d’exploitation sur l’ensemble des résurgences d’eau douce existantes sur les côtes marocaines, depuis la frontière algérienne pour la Méditerranée, à la frontière Mauritanienne pour la côte Atlantique et ce pour une durée de 99 ans.

2009Achat de l’eau mise à disposition :

  Eau potable 0 49 € / m³

L’ensemble d’un barrage, comprendra un staff de personnel de qualification différente.

  1 ingénieur hydrogéologue – directeur du site. 

  Des ingénieurs de différentes formations. 

  Agents techniques. 

  Plongeurs. 

  Électriciens. 

  Électrotechniciens. 

  Service entretien. 

  Surveillance.

Chaque résurgence, a un coût que nous allons évaluer ci après, et décomposer les différents éléments que comporte le site.

  Barrage en mer13 .752 000 

  Matériel – bassin4. 584 000 

  Habitations – bureaux1 .719 000 

  Atelier et annexes1 .719 000 

  Matériel de mesure et R D2.345 000

Coût approximatif d’un barrage : 24 .639 000

L’ensemble des immobilisations pour les 14 barrages réalisés, sera de l’ordre de :

344 946 000 de dirhams.

Il est indéniable que nous apportons en plus de notre savoir faire, unique, une thérapie en matière de travail, ainsi qu’une formation pour nos salariés. Nous avons enfin préféré mettre l’accent, sur le développement à caractère social.

Afin de pérenniser cette étude, je joints une série de documents qui permettrons d’avoir une idée complète de nos capacités.

Cette étude, ne comprend pas la reprise éventuelle de Véolia Maroc, ce qui porterait avec le développement annexe prévu, le nombre de salariés à plus de 10.000.

Notre objectif est de créer des structures d’éducation et de mise à niveau du personnel, opération, que nous effectuerons avec votre collaboration et conseils.

Docteur Jean-Yves Le Goff