Accueil / Non classé / Expérience pilote pour la plantation et la régénération de l’Arganier à Chtouka Ait Baha .

Expérience pilote pour la plantation et la régénération de l’Arganier à Chtouka Ait Baha .

 

Auteur : amehdar mustapha

Si la pomme qui a atterrit sur la tête de Newton l’a amené à en déduire la gravité, les branches desséchées de l’arganier ont amené le jeune et ambitieux Mustapha Amhdar à se poser la question : comment sauver les branches de cet arbre fabuleux qu’est l’arganier ? Comment lui rendre la vie et comment rendre à la forêt d’arganiers sa vigueur et son âme ?

A cet instant, Mustapha n’était encore qu’un petit garçon qui se posait des questions d’adultes. Armé de sa volonté et d’une détermination en acier, il s’est résolu à l’idée que l’auto- apprentissage est la voie à suivre pour arriver aux réponses à toutes ses interrogations qui s’enracinaient dans ses veines comme le fait l’arganier dans la terre. C’est ainsi que débuta l’aventure de l’observation, la plantation, l’expérimentation et la recherche. Les idées furent confuses à son égard : On ne peut planter l’arbre de l’arganier ? L’arganier ne se renouvelle point ?

Amhdar a voulu démontrer que toutes ses conclusions hâtives faites autour de l’arganier étaient infondées. Il réussit son pari en s’appuyant sur de multiples expériences réalisées dans son « laboratoire », alliant les nouvelles technologies, acquises par Mustapha lors de ses derniers stages dans des instituts scientifiques (Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Faculté des sciences d’Agadir ; Centre de recherche scientifique des eaux et forêts de Marrakech) et les pratiques agricoles ancestrales. Toutes ses expériences ont été couronnées d’un succès inégalable que ce soit sur le plan local, national ou international puisque la pépinière a donné des résultats probants en un temps record n’ayant pas dépassé les deux ans.

Après avoir publié son expérience sur le net, Mustapha fut contacté par plusieurs personnes intéressées par l’arganier ou passionnées par la recherche scientifique. Les lettres ont fusées de partout et il a été contacté par bon nombre de personnes à travers le monde qui lui ont demandé d’amples explications sur tel ou tel sujet en rapport avec son projet. D’autres lui ont proposé de visiter sa pépinière pour voir de près cette expérience pilote dans le Royaume.

L’arganier représente l’identité économique, sociale et culturelle de la région Souss Massa et du Maroc en général. Cet arbre a obtenu une grande notoriété sans avoir bénéficier d’aucun appui interne ou externe. Il n’a pas été appuyé par le projet de lutte contre la désertification ou le projet de la préservation des produits du terroir ni d’autres projets écologiques. Après avoir travaillé avec l’Association marocaine de l’indication géographique de l’huile d’argane, Mustapha pu partager son expérience avec les autres acteurs. Il a également assisté à plusieurs conférences autour de cette thématique et il a participé à l’édification d’une conscience écologique et de développement social surtout quand on sait que l’arganier est une source de revenu importante pour les femmes : par exemple les veuves qui peuvent gagner jusqu’à 300dh par semaine c’est pour quoi les femmes s’amusent à comparer argane à « argaze » (homme en Tamazighte).

La pépinière de Mustapha est devenue au fil du temps un « laboratoire » au profit de la faculté des sciences d’Agadir surtout en faveur des étudiants spécialisés en biologie appliquée et écologique puisque la pépinière a été visitée par deux groupes d’étudiants accompagnés de leur enseignants. Ces derniers n’ont ménagé aucun effort pour renforcer les connaissances scientifiques de notre jeune aventurier.

L’expérience du « laboratoire », bien que sise en milieu rural, est devenue un exemple à suivre au niveau des recherches scientifiques académiques spécialisées. A travers cette pépinière originale, Amhdar a tracé la voie à plusieurs autres jeunes même si plusieurs questions demeurent sans réponses :

Est ce que Mustapha Amhdar a contribué à l’instauration d’un institut de la filière argane ? Est-ce que ce jeune a contribué à l’édification d’une conscience écologique et environnementale ? Est-il logique que cet institut et tous les projets qu’il porte soient privés de toute forme d’appui ?

Professeur Mohamed Dahmani Traduction Farid Ouidere

À propos Responsable de publication