Accueil / Non classé / Etude sur les ‘’ Connaissances, Attitudes et Pratiques’’ (CAP) en matière de Tuberculose

Etude sur les ‘’ Connaissances, Attitudes et Pratiques’’ (CAP) en matière de Tuberculose

 

La tuberculose demeure un problème majeur de santé publique au Maroc. Au cours des cinq dernières années,  environ  26.000  à  27.000  nouveaux  cas  de  tuberculose  ont  été  notifiés  annuellement, représentant une incidence d’environ 82 nouveaux cas pour 100.000 habitants par an. En 2012, il a été
notifié 27 437  nouveaux cas de tuberculose toutes formes avec une incidence de 83 nouveaux cas/ 100.000 habitants.
 
Les  données  de  la  surveillance  épidémiologique  montrent  que  la  tuberculose  touche  l’adulte  jeune. Ainsi, 65% des cas de tuberculose ont un âge compris entre 15 et 45 ans, et 80% ont un âge inférieur à 45 ans; l’âge moyen des cas notifiés est en progression et était de l’ordre de 34 ans en 2011. L’homme est  plus  touché  que  la  femme,  58%  des  cas  enregistrés  sont  du  genre  masculin  et  42%  du  genre féminin. La tuberculose est particulièrement fréquente dans les régions les plus urbanisées et les plus peuplées du pays. En effet, 65% des cas identifiés au niveau national résident dans 6 régions administratives à grands centres urbains. 
 
Le  ministère  de  la  Santé  dans  le  cadre  de  sa  stratégie  nationale  de  lutte  assure  la  gratuité  et  la décentralisation de la prise en charge de tous les malades tuberculeux. Des progrès importants sont atteints et découlent principalement des efforts fournis par le ministère de la santé, mais, , l’impact de ces efforts sur la cadence de la régression de l’incidence de la maladie est loin de satisfaire l’objectif fixé par le programme national de lutte contre  la tuberculose si l’on veut vraiment s’inscrire dans une réelle  logique  d’élimination  de cette  maladie  dans  les  délais  fixés  par  l’Organisation  Mondiale  de  la Santé.  L’analyse  de  l’épidémiologie  de  la  tuberculeuse  et  de  sa  dynamique,  démontre  l’influence puissante  des  autres  déterminants  sur  l’incidence  de  cette  maladie.  En  effet,  la  tuberculose  étant fortement  concentrée  dans  les  périphéries  des  grandes  agglomérations  urbaines,  ses  liens  avec l’habitat insalubre, la densité élevée des populations, la promiscuité, la malnutrition, la précarité et la pauvreté,  autant  d’influences  que  subissent  ces  quartiers  périphériques,  sont  indéniables  ;  d’où l’intégration de la dimension multisectorielle en matière de lutte antituberculeuse.   

Tenant compte de ces facteurs et réalités, le PNLAT a élaboré une stratégie nationale de lutte contre la Tuberculose  2006-2015  qui  a  pour  but  de  réduire  significativement  la  charge  de  morbidité  de  la tuberculose dans la population marocaine au cours de la décennie en cours. 
 
La  nouvelle  stratégie  a  préconisé  l’intégration  d’une  composante  Plaidoyer,  Communication,  et Mobilisation Sociale et dont les objectifs sont :
 
•  Mobilisation sociale : Mobiliser les membres de la communauté, les partenaires de la société civile de manière à stimuler la participation de la population dans la réponse de lutte contre la tuberculose.  
•  Plaidoyer :  Veiller  à  ce  que  les  pouvoirs  publics  restent  fermement  résolus  à  appliquer  des politiques de lutte contre la tuberculose.

•  Communication : Changer  les comportements, les connaissances, les attitudes et les pratiques au sein des différents groupes de population par la sensibilisation et l’éducation sanitaire
 
Dans  ce  sens  et  compte  tenu  de  l’importance  accordée  désormais  par  le  PNLAT  à  la  composante PCMS dans sa nouvelle stratégie de lutte, la conduite d’une étude quantitative de type CAP, s’avère être une activité impérative pour disposer des informations stratégiques nécessaires à la planification
pour  la  prochaine  période.  Cette  étude  cherchera  à  collecter  des  données  CAP  à  propos  de  la tuberculose en général et la perception de la population sur plusieurs registres : modes de transmission de l’infection, traitement, guérison, qualité de la prise en charge par le système de santé, sans oublier toutes les contraintes et facteurs de vulnérabilité contribuant à l’endémie, c’est-à-dire les facteurs de risque.

Objectifs généraux de l’étude :
 

  • Mettre à jour les données et les indicateurs concernant les connaissances, les attitudes et les comportements de la population générale sur la Tuberculose. 
  • Disposer  des  informations  stratégiques  pour  orienter  et  renforcer  les  activités  de communication et communautaire en matière de lutte contre la TB. 

 

À propos Responsable de publication