Accueil / Non classé / Energies renouvelables et développement durable : Mise au point d’un procédé de densification des résidus bio-massiques.

Energies renouvelables et développement durable : Mise au point d’un procédé de densification des résidus bio-massiques.

 

Auteur : Hammada Lahsen

HAMMADA LAHSEN 

Département de Machinisme Agricole 

Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès

E-mail : [email protected]

Énergies renouvelables et développement durable : Mise au point d’un procédé de densification des résidus bio-massiques.

Le Maroc dépend, pour plus de 97 % de l’extérieur en ce qui concerne son approvisionnement en produits énergétiques. La consommation d’énergie du pays est essentiellement d’origine pétrolière dont la facture d’importation représente à elle seule le quart des recettes totales des exportations. La contribution du secteur de l’énergie dans l’économie nationale reste encore très faible et ne représente qu’en moyenne 7% du produit intérieur brut (PIB). Sa contribution aux recettes ordinaires de l’état n’est que de 13 %. Le nombre d’emplois directs dans ce secteur estimé à 30000 est très faible. Les ressources énergétiques du Maroc sont très limitées. La production moyenne annuelle d’énergie n’est que de 730000 TEP (Tonne Equivalent Pétrole). La production en électricité vient en première place avec 63 % suivit de celle du charbon avec 35 % et en dernière position le pétrole et le gaz naturel avec 2%. La consommation en énergie du Maroc repose principalement sur les produits pétroliers importés qui couvrent plus de 69 % de la consommation totale, le charbon venant en seconde place (24 %) suivi de loin par l’énergie électrique (7%). Le déséquilibre entre la production et la consommation en énergie au Maroc est l’un des freins majeurs à son développement socio-économique. En effet le déficit en énergie du pays se situe entre 80 et 90 %.

 

L’énergie est un facteur essentiel pour le développement socio-économique des populations. Toutefois, les problèmes de pollution, la rareté du combustible d’origine pétrolière et du gaz naturel et surtout leurs prix très élevés par rapport au pouvoir d’achat des populations locales, les problèmes de déforestation liés à l’utilisation du bois et du charbon de bois comme combustible et le poids de la facture pétrolière sur l’économie nationale suscitent de plus en plus les responsables marocains à promouvoir les énergies renouvelables. L’impact sur l’environnement notamment en termes d’émissions de gaz à effet de serre (60% des émissions sont liées à l’énergie) et en terme de pression sur la ressource forestière avec une consommation de biomasse pour le chauffage et la cuisson en milieu rural estimée à 3.3 MTEP, générant la perte de quelques 30000 hectares de forêts annuellement et reflétant un accès encore limité aux services énergétiques modernes dans ces zones. Dépourvu de ressources énergétiques conventionnelles et engagé dans la voie du développement durable, le Maroc est obligé de s’orienter vers la recherche et le développement des énergies renouvelables, propres et respectueuses de l’environnement.

Si récemment des efforts considérables sont consentis par le Maroc en matière d’énergie solaire et éolienne, il n’en demeure pas moins que l’énergie d’origine bio-massique reste au stade de balbutiement alors que notre pays dispose d’un très grand gisement de biomasse non encore exploité. En effet le tableau 1 ci-dessous de l’occupation du sol au Maroc montre qu’il existe un potentiel de biomasse qu’il faudra explorer afin d’en dégager la partie valorisable. Il s’agit essentiellement du sous bois forestier, des copeaux de bois issus de la filière de l’exploitation du bois et des scieries, les nappes alfatières, le bois de taille en arboriculture et viticulture, les tiges et les feuilles d’après récole d’un certains nombre de culture (Céréales, légumineuses, tournesol, betterave sucrière, cane à sucre, cultures maraîchères,), les sous produits de l’agro-industrie comme, les grignons d’olives issus des 16000 moulins traditionnels et de 14 huileries modernes (40 000 tonnes d’huile d’olive sont extraites en moyenne annuellement ; 160 000 tonnes pour l’année 20010), les sus produits des sucreries (13 sucreries ), les coques d’amendes et de graines d’arganier sans oublier les mauvaises herbes des incultes comme les bords des sentiers, des routes, des autoroutes, des voies ferroviaires, etc.

La valorisation de la biomasse s’inscrit dans le cadre de la lutte contre l’effet de serre, de la promotion des énergies renouvelables, et de la maîtrise de l’énergie, tout en accompagnant les politiques publiques touchant à l’emploi, à l’aménagement du territoire et à l’agriculture. L’énergie bio-massiques est donc susceptible d’être dans l’avenir parmi les solutions pour les problèmes d’énergie, de pollution, de déforestation dans les pays en voie de développement d’une manière générale et en particulier au Maroc.

Le Maroc dispose d’un grand gisement de biomasse non valorisé. Il est possible aujourd’hui grâce à la technologie de densification de la biomasse d’obtenir des briquettes pouvant être utilisées comme combustible. La technologie de densification de la biomasse pourra être mise à la disposition des populations rurales (sous forme de coopératives ou autres) pour produire une énergie disponible sur place, moins coûteuse et moins polluantes pouvant améliorer leurs conditions de vie et réduire la pression sur la forêt

La technologie pourra être aussi mise à la disposition des jeunes promoteurs pour former leurs propres entreprises en leurs fournissant les bases technologiques de densification de la biomasse. Ces entreprises constitueront des possibilités concrètes d’embauche pour les jeunes diplômés à la recherche d’emploi.

En outre, le projet constituera également une plate forme pour la formation d’ingénieurs compétents dans le domaine des énergies bio-massiques par densification.

Enfin, le projet aura aussi un impact sur la sensibilisation des populations à l’utilisation des énergies propres respectueuses de l’environnement. Depuis quelques années, nous avons travaillé sur le sujet et nous avons mis au point un procédé unique de densification et conçu une presse de compactage à haute pression des résidus bio-massiques.