Accueil / Appels d'offres / Echos Communication recrute un gestionnaire de projet

Echos Communication recrute un gestionnaire de projet

Echos Communication, ONGbasée à Waterloo, en Belgique, se focalise depuis plus de 20 ans sur la manière dont on peut coopérer pour créer du développement. Nous avons la conviction profonde que l’ « Homme enraciné dans son territoire est porteur de tout changement ». Et à la fois, il est nécessaire de collaborer pour un changement d’échelle ; fédérer des acteurs afin qu’ils croisent leurs expériences, leurs savoir-faire, leurs regards et s’ouvrent à la co-construction. Face à la complexité des défis, les questions ne peuvent plus être discutées à huit clos. Et les difficultés sont là ! Aller à la rencontre de l’autre pour s’enrichir de sa manière de voir, de penser, de vivre le monde peut paraître contre-nature. Tous en tant que tel, nous avons plutôt tendance à faire naturellement confiance à des gens qui nous ressemblent et nous méfier de ceux qui nous paraissent différents. Il s’agit dès lors de trouver progressivement l’équilibre entre affirmation de son identité et ouverture à la diversité comme facteur de richesse. C’est en ce sens qu’Echos Communication souhaite accompagner des dynamiques de développement qui soient empreintes de réciprocité et d’intelligence collective.

Depuis 2008, Echos Communication organise avec l’organisation panafricaine Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLUA) le prix Harubuntu ; prix des porteurs d’espoir et créateurs de richesses africains. Cette initiative met en lumière chaque année, des hommes et des femmes qui sont porteurs d’espoir pour leur communauté en Afrique et qui créent de la richesse là où ils vivent. Mettre en avant les talents pour déconstruire les préjugés misérabilistes sur l’Afrique qui empêchent toute coopération sur pied d’égalité ; créer des espaces de rencontre, de partage d’expériences, collaborer ; tels sont les objectifs poursuivis par l’initiative.

Au Maroc, Echos Communication s’est associée avec l’OIM (Organisation internationale pour les migrations), la FNAPEM (Fédération nationale des associations de parents d’élèves), l’AMPD (Association marocaine des petits débrouillards) et l’OME (Observatoire marocain de l’éducation) pour former des animateurs à la «déconstruction des préjugés», dans un site pilote de la ville de Casablanca. C’est ainsi qu’entre mars et juin, 28 animateurs ont été formés à la déconstruction des préjugés, qui a leur tour, sont intervenus dans des écoles et collèges du Grand Casablanca.

Solidarité et Développement Maroc(SDM), basée à Oujda dans la région du Maroc Oriental, a été créée en 1998. Son objectif est de mobiliser au fil des ans, de nouveaux volontaires et de nouvelles compétences qui pourraient s’unir pour créer pour et avec les habitants des lieux d’apprentissage et de solidarité au cœur des quartiers défavorisés. Convaincu que la réussite du développement humain dépend des efforts propres de ses habitants en interaction avec les acteurs du territoire, l’association a pour but de favoriser l’épanouissement économique, social, culturel et humain et ainsi l’autonomisation de population en difficultés et de la prise en charge de leur propre avenir.

La crise économique, sociale et urbaine révèle de jour en jour de nouveaux besoins. Sitôt cernés par la présence au quotidien de nos professionnels (bénévoles et salariés), la dynamique associative ainsi initiée nous permet d’approfondir notre réflexion, renforcer nos actions et explorer de nouveaux champs dans les axes de  formation et d’insertion économique et sociale des publics en difficulté et adapter en permanence les contenus et les modalités des programmes aux nouvelles interrogations que suscite un environnement aux mutations accélérées en nous appuyant sur une capacité d’anticipation et sur une réponse rapide aux besoins exprimés.

A ce jour, et pour atteindre nos objectifs, nous avons engagé en partenariat avec nos partenaires espagnols (région de Murcie) des actions en faveur des migrants (projet d’encouragement du tissu productif dans la région orientale). De même qu’on a initié des ateliers d’échange autour des arts culinaires des Marocains et des Subsahariens.

Contexte et défis

En avril 2014, le magazine Tel Quel publiait un article dénonçant le sort des migrants sub-sahariens en situation irrégulière au Maroc : une vie faite parfois de peurs, d’exactions, de maltraitances, de violences… Une situation que l’on retrouve presque partout sur la planète. Avec 231 millions de migrants internationaux en 2013, les migrations constituent un sujet de préoccupation et de débat un peu partout dans le monde.

Cette situation, le Conseil National des Droits de l’homme l’avait analysée et en avait tiré des recommandations dans son rapport « Etrangers et droits de l’Homme au Maroc : pour une politique d’asile et d’immigration radicalement nouvelle ». Ces recommandations ont été transmises au Roi du Maroc en septembre 2013. Ce rapport a été suivi par des Orientations royales qui incitent le gouvernement à mettre en place une politique globale et intégrée de la migration selon une approche humaniste, et conformément au droit international.

Toutefois, au-delà de cette réforme politique et légale, les défis sont de taille et notamment : Comment dialoguer, organiser la rencontre gagnante ? Comment bâtir une intégration positive des populations venant du Sud ? Comment organiser, stimuler le « vivre ensemble ? Comment préparer les générations futures ?

Projet Harubuntu migration

A notre échelle et avec l’appui de partenaires, nous souhaitons contribuer à la mise en place d’espaces de rencontre, de débat et accompagner l’émergence et la mise en œuvre d’initiatives contribuant à un mieux vivre ensemble entre marocains et sub-sahariens.

Activité 1 : Réaliser un documentaire basé sur des récits migratoires, pour donner la parole à des migrants sub-sahariens qui vivent au Maroc et les écouter non pas à partir de leurs besoins et de leurs manques mais à partir de leurs expériences sur la manière dont ils contribuent au développement de leur terre d’accueil. Et parce que le Maroc est aussi un pays d’émigration, nous souhaitons croiser ces témoignages avec le vécu de Marocains dans des situations similaires en Belgique.

Activité 2 : A partir de ces parcours individuels, organiser des espaces de projection du documentaire et de débat pour questionner la migration dans ce qu’elle a d’universel ; aller au-delà des préjugés pour mettre en valeur les opportunités et les richesses de cette diversité.

Activité 3 : Créer un espace de rencontre pour favoriser l’émergence de projets collaboratifs entre marocains et sub-sahariens participant à un mieux vivre ensemble.

Activité 4 :  Accompagner la mise en œuvre de projets concrets.

Profil de poste

Nous recherchons un/une gestionnaire de projet Maroc pour permettre la mise en place concrète du projet Harubuntu/Récits migratoires au Maroc en coordination avec les référents du projet en Belgique et au Maroc. La personne engagée pour mener cette mission est basée près d’Oujda. La personne engagée mènera son action au sein de l’association Solidarité et Développement Maroc (SDM).

Tâches principales

  • Piloter opérationnellement le projet càd :
    • Mettre en œuvre toutes les activités qui peuvent contribuer à l’atteinte de l’objectif
    • Proposer et défendre des améliorations opérationnelles au projet au supérieur hiérarchique
    • Entretenir une information régulière et pertinente entre le terrain et le référent à Bruxelles
    • Assurer le monitoring du projet et le suivi des indicateurs de résultat et d’impact
    • Rendre des comptes sur l’état d’avancement du projet
    • Assurer la visibilité du projet (conférence de presse, réseaux sociaux, partenariat médias, etc.)
    • Capitaliser les expériences apprises
  • Parmi les activités à mettre en œuvre pour le projet, en voici quelques-unes non-exhaustives :
    • Mobiliser les partenaires marocains pour permettre la tenue d’espace de débat et de rencontre dans 10 lieux différents d’ici décembre 2016
    • Identifier et fédérer les parties prenantes au niveau du Maroc
    • Organiser les événements projection et lieux de rencontre
    • Mobiliser de nouveaux financements pour le projet
    • Accompagner le suivi des projets.

Profil recherché

  • Intérêt pour la raison d’être du projet et des deux ONGs.
  • Master en sciences humaines et sociales ou expérience terrain équivalente
  • Une expérience dans la gestion de projet est souhaitée.
  • Expérience en constitution et entretien de réseau
  • Grande autonomie, consciencieux (-se), contact aisé
  • Ouverture d’esprit, curiosité, enthousiasme
  • Langues : arabe-français (Tamazight facultatif)
  • Maitrise des outils informatiques de la suite Microsoft Office
  • Possibilité de se déplacer en Belgique

Contact :

Merci de nous faire parvenir vos cv et lettre de motivation avant le 3O novembre 2014 à l’adresse email suivante : [email protected].

 

Pour plus d’informations: www.echoscommunication.org.