Accueil / Actualités / Déclaration présentée par la High Atlas Foundation, organisation non gouvernementale dotée du statut consultatif auprès du Conseil économique et social

Déclaration présentée par la High Atlas Foundation, organisation non gouvernementale dotée du statut consultatif auprès du Conseil économique et social

Déclaration
Le renforcement des moyens par lesquels les pays peuvent réaliser
intégralement le projet mondial du développement durable est un objectif essentiel
du développement durable. Existe-t-il une méthodologie ayant fait ses preuves que
les pays puissent envisager et adopter à cet égard, puisque les défis et les
opportunités qui s’offrent à elles sont aussi variés que l’humanité elle -même?
Nous proposons quatre facteurs spécifiques applicables dans ce cas :

a) D’abord, notre expérience sur des décennies d’évaluations du
développement de projets au niveau mondial nous a appris que la participation des
individus, de la conception jusqu’à l’évaluation, est le meilleur moyen de
déterminer si la durabilité sera assurée. Afin de promouvoir la participation effective
de la communauté, un système administratif décentralisé permet aux populations
locales de prendre des décisions et d’assumer la responsabilité de mettre en œuvre le
changement social qu’elles souhaitent.

b) Une deuxième mesure nécessaire au niveau national est le renforc ement
des capacités des parties prenantes afin de proposer des projets permettant
d’atteindre les objectifs de développement. Plus précisément, les organisateurs de
réunions et de rencontres de proximité ont un rôle essentiel à jouer afin de favoriser
la participation. Des animateurs qualifiés permettent de s’assurer que tous les avis
sont représentés et pris en compte. Ils sont en outre conscients des relations de
pouvoir préexistantes et savent comment gérer la question de manière à orienter un
processus de développement à la fois large et juste.

c) Troisièmement, il serait intéressant que les mesures visant à une mise en
œuvre durable soient décrites en termes tenant compte des différences culturelles.
Par exemple, en ce qui concerne l’Islam, la choura est un concept qui indique l’idée
de participation et de consultation; oumma indique l’intégration de l’ensemble des
individus et des groupes ayant droit à des solidarités et une partie de l’humanité
dans son ensemble (décentralisation); la baya dans la tradition islamique est un
concept qui tient les dirigeants pour responsables; et la société tawhidi est le
concept qui reconnaît l’indivisibilité de l’humanité. Expliquer la participation et la
décentralisation d’après les concepts islamiques, plutôt que d’après les concepts
occidentaux permettrait aux musulmans de voir que leur propre point de vue et leurs
valeurs sont pleinement pris en compte dans les différentes étapes nécessaires pour
mettre en œuvre les objectifs et qu’ils en font partie.

d) Enfin, l’ élaboration de la politique entreprise par les nations en vue
d’atteindre les objectifs, sera d’autant plus durable et appropriée que les processus
participatifs locaux seront exposés et que la lumière sera naturellement faite sur les
opportunités stratégiques favorisant le développement durable. Dans un sens la
participation des individus teste le système social. De cette façon, par exemple, les
restrictions à la croissance de la société civile sont clarifiées et le rôle nécessaire
que pourraient jouer les organismes publics afin de mener à bien des projets
déterminés par les communautés locales, peut être défini plus en détail. En somme,
le développement des politiques le plus efficace résulte des leçons tirées de
l’expérience de la participation communautaire au développement.

Télécharger les pièces jointes

Fichier Description Taille Téléchargements
pdf French UN Statement 201 KB 195