Accueil / Non classé / De l’utilité de la mise en place d’un SIG comme outil de développement durable/local de tourisme, Cas de territoire de la province d’Al-Hoceima

De l’utilité de la mise en place d’un SIG comme outil de développement durable/local de tourisme, Cas de territoire de la province d’Al-Hoceima

Auteur : Elaissaoui Ahmed

De l’utilité de la mise en place d’un SIG comme outil de développement durable/local de tourisme, Cas de territoire de la province d’Al-Hoceima

Ahmed Elaissaoui [email protected]

E3R : Laboratoire de l’Équipe de Recherche sur la Région et la Régionalisation ,équipe relevant du CERGéo (Centre d’Etudes et de Recherches Géographique) de l’Université Mohammed V Agdal (UMVA) Laboratoire Mixte International MediTer : Terroirs Méditerranéens : Environnement, Patrimoine et Développement(IRD.E3R. LPED)

Le développement durable réunit un ensemble de principes et de méthodes de gestion et d’analyse. Ces principes prônent le développement travers trois dimensions fondamentales qu’il faudrait prendre en compte d’une manière équilibrée, à savoir : le développement économique, les conditions sociales et la qualité environnementale.

Or, l’approche du développement durable introduit une complexité beaucoup plus grande dans le processus d’analyse et de prise de decision. Elle s’appuie sur des processus de récolte, d’analyse et d’échange d’informations qui permettent aux acteurs concernés de construire, renforcer ou modifier leurs préférences ou leurs actions. C’est dans ce cadre que les Systèmes d’Information Géographique, communément désignés par S.I.G., peuvent étre considérés de reels outils d’appui a la prise des decisions nécessaire au développement durable. L’objectif de ce travail consiste donc a réfléchir sur la pertinence et l’utilité de tels outils pour la gestion et le développement des sites touristiques à tracers le cas de la province d’Alhoceima d’une manière concertée et durable.

Les S.I.G. constituent succinctement des outils stratégiques mais comptexes à mettre en ruvre pour étre optimisés et développés de manière cohérente. Leur mise en ceuvre est une affaire de volonte, de méthodes et de moyens. Elle nécessite un ensemble d’études préalables d’ opportunité et de faisabilité fonctionnelle, organisationnelle et technico-financière avant l’implantation effective du système. La réussite de chaque étape est intimement liée à l’autre.

Nous avons procédé ainsi à mettre en contribution le S.I.G. que nous avons mis en place par un ensemble de cades touchant les domaines et les problématiques qui peuvent interpeller les décideurs et les utilisateurs tout en respectant les principaux domaines d’intérêt identifies par les acteurs locaux lors des etudes préliminaires. Ces domaines intéressent la disponibilité des données de références communes et partagées, la gestion des données a caractêre urbain et le développement du tourisme aux milieux urbain et rural et PN d’Alhoceima .

Le tourisme trouve egalement dans les S.I.G., un support particulièrement. intéressant au travers de plans interactifs, d’informations valorisant les différents éléments du patrimoine, les capacités d’accueil, d’hôtels, de restauration, des lieux de loisirs..

Les cartes issues des S.I.G. sont a même de proposer un agepcement de circuits, d’activités, de sites qui sont autant d’atouts pour les acteurs concernés.

L’accessibilité de ces informations sur Internet ouvre des potentialités élevées en matière de diffusion, accessibilité et disponibilité des informations liées au tourisme au grand public et notamment aux touristes. En effet, a travers les S.I.G., la commune et les autres acteurs concernés peuvent proposer des visites virtuelles, et une visualisation des équipements touristiques, des offres de restauration et d’hebergement avec un accès détaillé aux informations pratiques. L’utilisateur peut ainsi se voir proposer des circuits de randonnée et localiser les services de proximité.

Le développement et l’aménagement touristiques reposent en grande pratie sur la disponibilité d’un système d’information géographique localisée et de données associées riches.

Nous avons vu pour le cas du tourisme environnement de PNA , la contribution effective dudit SIG dans la representation et la spatialisation de données diverses sur le meme territoire.

Pour le volet du tourisme rural, nous avons mis à contribution un ensemble de fonds initialement numérisés pour le Module des Références communes. L’utilisation des produits de ce module est multiple selon les thématiques a analyser et les objectifs a atteindre.

La carte générale a l’échelle de la province a servi donc de plate forme et de toile de fond pour l’analyse et l’étude du potentiel et de l’offre en tourismc rural dans l’arriére pays d’Alhoceima. D’autres informations sont venues se greffer sur cet arriêre plan, rendant ainsi les produits finaux plus riches et plus explicatifs des aspects étudiés.

Les quelques cartes produites et élaborées dans le cadre du S.I.G.E. en général et du Module Tourisme en particulier, ne sont qu’indicatives des possibilités et dçs capacités énormes de cet outil dans l’appui a l’analyse et l’étude du tourisme aussi bien en milieu urbain que rural.

Pour l’inventaire du potentiel, le S.I.G. à été mis a profit pour la spatialisation de ce potentiel et son croisement spatial avec les autres éléments constitutifs du territoire provincial d’Alhoceima. L’intérét de l’utilisation de notre S.I.G. ne se limite pas uniquement a cette spatialisation et localisation du potentiel, mais également à la proposition et au montage de notre territoire touristique rural. La spatialisation a montré que ce potentiel n’est pas partout le méme, qu’il est concentré dans certaines regions plus que dans d’autres et par consequent ne peut pas étre développé partout, ni de Ia méme façon ni en méme temps. La superposition des différentes cartes (potentiel, parc d’hébergement existant, restauration, voies d’accês, migration, circuits…) à émergé des zones plus aptes, des zones prioritaires qui présentent tous les ingredients de réussite et de faisabilité et d’autres qui devraient êtres développées plus tard, dans plusieurs phases ultérieures. D’ou l’idée fondamentale que le Ministère compte développer ne doit pas correspondre aux limites de la province comme il entend mettre en place.

Le S.l.G. nous a permis aussi d’inventorier et de spatialiser les actions des acteurs :

hébergement, restauration et initiatives des circuits. Là aussi l’utilisation de notre S.I.G. a démontré que les initiatives des acteurs ne sont pas partout les mémes et leur repartition montre que le territoire de projet touristique est entrain de se construire de façon plus ou moths spontanée sans aucune influence du Ministére et que la notion de PAT du Ministére est dépassée par une notion plus pertinente qui est celle de territoire de projet monte par le bas, par les acteurs, sans qu’ils ne le sachent. En fin de compte, la conclusion tirCe est complêtement différente de cc que veut faire le Ministére.

Ainsi, le S.I.G. à été d’une grande utilité pour montrer ce constat et pour argumenter la delimitation de notre territoire touristique rural. Son utilité scra doublée en accompagnant ces activités par l’élaboration de cartes et de brochures dérivées et vulgarisées destinées aux acteurs, aux touristes et à la population. II faut toutefois insister que ce n’est pas une baguette magique et qu’il ne suffit pas d’avoir un S.I.G. pour que le produit soit monte par magie. II faut d’abord et avant tout une volonté, un projet de développement territorial dont le tourisme n’est qu’un élément, et l’implication de tous les acteurs locaux. Le S.l.G. n’apparait finalement qu’en tant qu’un outil de connaissance, d’aide ct d’appui a la prise de decision.

-Le SIG est un outil qui peut accompagner les efforts de développement local/durable d’un territoire comme celui d’Alhoceima.

-Mais,le SIG ne doit pas être assimilé par les acteurs locaux à une baguette magique qui résoudra tous les problèmes de développement .

-  Enfin, sa mise en place ne demande pas de grands moyens financiers et logistiques.